La source de cet article se trouve sur ce site

Parce qu’il a été fondé par un ancien officier de l’Armée populaire de libération [APL] et que la loi chinoise impose aux entreprises ayant leur siège social en Chine de collaborer avec les services de renseignement, l’équipementier Huawei suscite de la méfiance, si ce n’est de la défiance, à l’heure où le déploiement des réseaux 5G se précise.

Cependant, cela fait déjà un moment les équipementiers chinois, tant Huawei que ZTE, sont dans le collimateur. En 2012, le sénateur Jean-Marie Bockel avait recommandé de bannir les routeurs et autres équipements de télécommunication pour des raisons liées à la sécurité nationale.

Mais l’avènement de la 5G pose cette question avec plus d’acuité. En effet, cette nouvelle technologie permettra d’accélérer les échanges de flux de données toujours plus importants. Ce qui permettra, par exemple, de développer la voiture autonome ou bien encore de développer des applications dans le domaine de l’Internet des objets [IoT].

Seulement, les produits proposés par Huawei ont un double avantage : ils sont performants tout en étant moins coûteux. Des arguments qui ne peuvent que convaincre les acteurs des télécommunications.

En France, dans le cadre des débats relatifs à la loi PACTE [Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises], des mesures ont été prévues afin de garantir l’intégrité des réseaux 5G en confiant plus de pouvoir à l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information [ANSSI]. Et cela en sachant que, selon un règle non écrite, Huawei est déjà banni du coeur du réseau télécom et d’Île-de-France.

Cela étant, en Allemagne, aucune mesure spécifique n’est envisagée. Du moins officiellement.

Ainsi, si une « charte de sécurité » pour la 5G est en cours d’écriture, il ne serait pas pour autant question d’écarter Huawei. D’où les avertissements lancés à Berlin par Washington et l’Otan.

Selon le Wall Street Journal, Richard Grenell, l’ambassadeur des États-Unis en poste à Berlin a adressé une lettre au ministre allemand de l’Économie, Peter Altermaier, pour le prévenir que Washington reverrait sa politique de coopération en matière de renseignement si jamais l’Allemagne autorisait Huawei sur des réseaux 5G.

« Si des acteurs non dignes de confiance se retrouvent dans les réseaux d’un allié, cela pourrait soulever, à l’avenir, des questions concernant l’intégrité et la confidentialité de communications sensibles entre un tel pays et ses alliés. Et cela pourrait à l’avenir représenter une menace pour une bonne coopération et certains partages d’informations [avec les Etats-Unis] », a expliqué un porte-parole de l’ambassade, sollicité par l’AFP.

Une seconde salve a été tirée par Kathryn Wheelbarger, chargée des Affaires internationales au Pentagone. Interrogé lors d’une audition au Congrès, elle a estimé que Huawei représente une « menace » pour toute l’Europe.

« Je peux vous assurer que dans toutes nos conversations avec tous nos partenaires européens, nous faisons bien comprendre la menace que représentent les investissements chinois et le développement d’une infrastructure de télécommunications chinoise en Europe », a expliqué Mme Wheelbarger.

Et d’ajouter que ces préoccupations concernent « la sécurité de nos communications privées ainsi que militaires. »

Commandant suprême des forces alliées en Europe [SACEUR], le général américain Curtis Scaparrotti a enfoncé le clou devant la même commission qui a auditionné Mme Wheelbarger. S’exprimant en tant que chef militaire de l’Otan, il n’a pas pris de gant pour dire tout le mal qu’il pensait d’une possible présence du groupe Huawei dans les réseaux 5G allemands.

« Nous craignons que la structure de leurs télécommunications ne soit compromise car, tout particulièrement avec la 5G, la largeur de la bande passante et la capacité à soutirer des données sont incroyables », a affirmé le général Scaparrotti.

Et d’insister : « Si la 5G est intégrée à leur système de communication militaire, on ne communiquera plus avec eux par le biais de ce système. Et pour les militaires, ce serait un problème. »

Voilà donc la Bundeswehr menacée de ne plus pouvoir communiquer avec ses alliés…

Puis, ce 14 mars, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a aussi fait part de préoccupations au sujet du groupe chinois.

« Certains alliés ont exprimé leurs préoccupations et l’Otan prend ces préoccupations très au sérieux, a en effet déclaré M. Stoltenberg, lors d’une conférence de presse donnée à Bruxelles. « Nous sommes maintenant en étroite consultation sur cette question, y compris sur les aspects sécuritaires des investissements dans les réseaux 5G », a-t-il continué.

En outre, a insisté l’ex-Premier ministre norvégien, si le déploiement de réseaux 5G est une affaire commerciale et économique, il a aussi des répercussions en matière de sécurité. « C’est la raison pour laquelle nous continuerons à nous consulter, à évaluer et à examiner si l’Otan a un rôle à jouer dans le traitement des aspects sécuritaires liés à ce type d’infrastructures », a-t-il expliqué.

Face à ce tir de barrage, l’industriel chinois n’a pas manqué de répondre. « Huawei a fait ses preuves en matière de cybersécurité et rien ne prouve que Huawei représente une menace pour la cybersécurité », a rétorqué un porte-parole.

« Nous faisons partie de la solution, pas du problème. La cybersécurité est une question qui doit être abordée dans l’ensemble de l’industrie et des organismes de réglementation », a ensuite fait valoir ce dernier, via un communiqué.

Source: opex360.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here