La source de cet article se trouve sur ce site

RIO DE JANEIRO ( JTA )- À 91 ans, Andor Stern, un survivant de la Shoah, ne craint plus les nazis qui l’ont emprisonné à Auschwitz. Vivant dans sa ville natale, Sao Paulo, la plus grande région métropolitaine du Brésil (près de 25 millions), ce qui l’effraie aujourd’hui, ce sont les cambrioleurs: sa modeste maison a été cambriolée à deux reprises dans la ville où il a été accueilli après son évasion d’Europe.

Lundi était un jour unique dans sa vie: Stern,  seul survivant de l’Holocauste né au Brésil, a célébré sa bar-mitsva avec un décalage de 78 ans seulement.

Pleine de rites, la cérémonie a eu lieu dans la plus ancienne synagogue de Sao Paulo, Kehilat Israel, le jour où l’association a été commémoré le 81e anniversaire de Kristallnacht, le pogrom nazi de 1938 en Allemagne et en Autriche, qui marque  le début de la Shoah.

«C’est notre réponse à Hitler et au nazisme», a déclaré à l’agence télégraphique juive le rabbin Toive Weitman, responsable du mémorial de l’Holocauste à Sao Paulo. 

«Le but d’Hitler n’était pas seulement un massacre physique du peuple juif, mais également une extermination spirituelle. Il a échoué. M. Stern est resté connecté à son essence, célébrant la vie avec sa famille. “

Carlos Reiss, directeur du Curitiba Holocaust Museum, a déclaré que l’exemple de Stern – un ancien survivant de l’Holocauste retrouvant sa religion et célébrant une bar mitzvah – est devenu de plus en plus courant ces dernières années dans le monde des rescapés de la Shoah.

Le tatouage du camp de concentration de Stern est visible malgré ses lanières de téfilines. (Mémorial de l’Holocauste à Sao Paulo)

«Cela aide à construire la mémoire de la Shoah en soulignant la résilience et l’importance de l’identité juive», a déclaré Reiss à JTA. “Cependant, il y a des milliers d’enfants qui n’ont pas eu cette opportunité parce que leur vie a été écourtée.”

Stern avait 3 ans lorsque son père a été envoyé en Inde au début des années 1930 par la multinationale des mines pour laquelle il travaillait. En 1936, la famille s’installa en Hongrie, où habitaient ses grands-parents. Il s’est ensuite caché avec eux lorsque les premiers actes antisémites ont commencé.

Stern étant Brésilien, lorsque le Brésil entra en guerre contre Italie pendant la Seconde Guerre mondiale et envoya des troupes se battre pour les Alliés, le jeune garçon était considéré comme un ennemi de l’État et interné dans un camp de travail dans la région des Carpates, d’où il parvint à s’enfuir.

Mais sa liberté fut de courte durée. En avril 1944, les Stern ont été raflé et déportés vers Auschwitz. Par miracle il survécut, mais sa mère et ses grands-parents ont été exterminés et gazés dans les chambres à gaz du camp de la mort.

“J’ai vu ma mère sortir de la cheminée le 6 octobre 1944. je me souviens de tout”, a-t-il déclaré dans une interview récente au journal Folha de S.Paulo.

 «J’étais hors du monde jusqu’au 1er mai 1945, date à laquelle nous avons été libérés par les soldats américains. J’avais 17 ans et pesais 30 kg”.

Freddy Glatt, président allemand de l’Association brésilienne des survivants de l’holocauste à Rio, a vécu une situation similaire à celle de Stern après que sa famille ait été contrainte de se réfugier en Belgique. Mais il a miraculeusement échappé à la déportation dans les camps en se déplaçant près de la frontière germano-néerlandaise.

«Il n’y avait pas de rabbi, pas de talit, pas de téfilines ou de la Torah. Andor a mon âge aujourd’hui. », a-t-il déclaré, fier lui-aussi de sa propre bar-mitsva à l’âge de 85 ans à Rio.

Stern à sa bar-mitzvah avec les rabbins David Weitman (à gauche) et Toive Weitman, qui dirige le mémorial de l’holocauste à Sao Paulo et a officié à la cérémonie. (Mémorial de l’Holocauste à Sao Paulo)

Stern est revenu au Brésil en 1948, s’est marié et a eu cinq filles. Il a neuf petits-enfants et ne sait pas combien d’arrière-petits-enfants.

«Un psychiatre m’a dit un jour que tous ceux qui traversent ce que j’ai endué pendant la guerre ne seront plus jamais entiers, ne quitteront jamais le camp de concentration.”

“Je l’ai laissé derrière », a déclaré Stern. “J’ai eu de la chance.”

«Je ne suis pas un héros. Malgré tout, je suis très reconnaissant envers la vie pour tout. “

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here