La source de cet article se trouve sur ce site
Les forces de sécurité restent en état d’alerte à Jérusalem, à Gaza et en Judée-Samarie malgré un calme apparent
Les manifestations à la frontière de Gaza commencent à reprendre en fin d’après-midi en raison de la chaleur, du jeûne du Ramadan ; la police, les renforts de l’armée arrivent également en Judée-Samarie, dans la vieille ville de Jérusalem ; les données obtenues par Ynet montrent que plus de 100 dispositifs explosifs ont été placés près de la frontière au cours des 8 dernières semaines ; L’Egypte ordonne que le passage de Rafah reste ouvert tout au long du Ramadan.

Les forces de sécurité resteront en état d’alerte à la frontière de la bande de Gaza vendredi en prévision du renouvellement des émeutes de la ” Marche de retour “, pour le premier vendredi du Ramadan . Les forces en Cisjordanie recevront également des renforts.

En l’honneur du Ramadan, le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi a ordonné jeudi que le passage frontalier de Rafah soit ouvert pour l’intégralité du mois sacré musulman, a-t-il indiqué sur son compte Twitter officiel.

La frontière avec le territoire palestinien est? la plupart du temps? fermée mais s’ouvre à intervalles réguliers. Ce serait la plus longue ouverture en continu depuis des années.

Les protestations à la frontière de Gaza reprendront vendredi après-midi (Photo: EPA)

Le compte Twitter de Sissi a indiqué que l’ouverture du passage “allégerait le fardeau des frères à Gaza”.

L’Egypte a fermé la frontière pendant de longues périodes, après les attaques contre les forces de sécurité égyptiennes dans la péninsule du Sinaï, qui se sont multipliées en 2013, les responsables égyptiens accusant les djihadistes palestiniens de Gaza pour certaines d’entre elles, souvent commises par des Palestiniens issus du Hamas et passés à Daesh.

La division de Gaza, quant à elle, se prépare à un retour des Palestiniens vers les émeutes, bien que d’une gravité beaucoup amoindrie. Plusieurs milliers de Palestiniens doivent s’approcher de la barrière et essayer de la percer, dans plusieurs zones.

Des soldats de la brigade Givati ​​sont restés dans les communautés autour de Gaza pour fournir des renforts à la brigade Golani et à une brigade du corps de blindés, le Commandement Sud évaluant que les affrontements pouvant commencer plus tard – vers 17 heures – en raison de la rupture du jeûne du ramadan en début de soirée.

Tsahal a également estimé que le Hamas maintiendrait les manifestations frontalières à feu doux, au moins jusqu’au jour de la Naksa au début du mois prochain, marquant la défaite arabe de la guerre des Six Jours en 1967.

Alors que lundi a été le jour le plus sanglant des années, le Hamas n'a pas été dit vouloir désirer garder les protestations à un faible volume (Photo: EPA)

Alors que lundi a été le jour le plus sanglant depuis des années,on ne pense pas que le Hamas désire garder longtemps les protestations à faible intensité (Photo: EPA)

 

Faisant écho à cette évaluation, Dawoud Shehab, membre du comité d’organisation des manifestations, a déclaré que les activités dans les campements ne commenceraient qu’en fin d’après-midi lorsque les températures chuteraient. Des prières nocturnes auront également lieu là-bas, at-il ajouté.

“Les marches se poursuivent et il y a des appels pour que les gens se réunissent en masse vendredi, un jour que nous nous devons de consacrer à la glorification des martyrs”, a déclaré Shehab à Reuters.

Le message a été repris dans les appels lancés par des haut-parleurs sur les véhicules qui se rendaient dans les quartiers de Gaza pour inciter les gens à sortir. Les organisateurs ont déclaré que la manifestation s’étendrait jusqu’en juin.

Après le jour le plus sanglant pour les Palestiniens lundi, quand 61 ont été tués par des tirs israéliens lors de manifestations de masse qui, selon Israël, comportaient des tentatives de percer la frontière, le calme et une vague de chaleur se sont abattus sur la zone.

Tentative d'infiltration terroriste à travers la barrière frontalière. La collection de renseignements de Tsahal a jusqu'ici réussi à empêcher de telles tentatives (Photo: Unité du porte-parole de la FID)

Tentative d’infiltration terroriste à travers la barrière frontalière. Le recueil de renseignements de Tsahal a jusqu’ici réussi à empêcher de telles tentatives (Photo: Unité du porte-parole de la FID)

 

Les organisateurs des manifestations, qui ont commencé le 30 mars, ont fixé le vendredi comme une journée pour honorer les morts et ont exhorté les habitants de Gaza à affluer de nouveau dans les villages de tentes.

Mais les traditions du Ramadan – la prière, les visites familiales et les fêtes – semblent occuper les foules pendant les heures chaudes. Dans un campement, environ 70 jeunes hommes ont rempli des sacs de sable, en prévision du retour des personnes sur les sites de protestation.

“Nous faisons une barrière de sable pour que les gens puissent se sentir un peu plus en sécurité”, a déclaré l’un des hommes, refusant de donner son nom.

Les forces restent en état d’alerte malgré un calme relatif

Cependant, même si le nombre de manifestants restait faible, la gravité des incidents ponctués de violence, à la clôture pourrait devenir plus importante que lors des affrontements de mercredi, avec deux coups de feu tirés sur les forces de Tsahal.

Le Commandement du Sud a estimé que le Hamas était maintenant à la croisée des chemins, et ne décidera de ses prochaines actions qu’après avoir complètement épuisé la Marche du Retour – planifiée et conçue par le leader du groupe terroriste, Yahya Sinwar.

Le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, aurait été le cerveau des manifestants de la Marche des retours (Photo: AP, AFP)

Le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, aurait été le cerveau des manifestants de la Marche des retours (Photo: AP, AFP)

 

Sinwar était aussi celui qui a donné sa parole qu’on atténuerait la gravité des affrontements, après qu’il est devenu évident que les Gazaouis n’avaient pas réussi à franchir la barrière et à entrer en Israël, au paroxysme des émeutes, lundi.

La Division de Judée-Samarie restera également en état d’alerte, tout au long de la fin de semaine, car le premier vendredi du Ramadan a toujours été incendiaire. Des centaines de soldats en renfort, dont certains de la brigade Nahal, se sont déployés dans toute la Judée-Samarie depuis le début de la semaine.

Seuls les musulmans pourront prier à la Caverne des Patriarches à Hébron en l’honneur de la fête, et d’autres mesures de secours seront accordées à des milliers de Palestiniens. Ce faisant, Tsahal cherche à calmer les ardeurs de la semaine dernière.

Le Hamas tente de poursuivre son élan

La Division de Gaza est satisfaite de sa performance cette semaine, mais cherche également à tirer des conclusions sur la façon de mieux atteindre les objectifs fixés.

Les données obtenues par Ynet ont montré qu’au cours des six dernières semaines, les djihadistes du Hamas ont placé plus de 100 charges explosives le long de la frontière sous la couverture des manifestations, y compris de lourdes charges au bord de la route.

Plus de 100 accusations ont été portées par des Palestiniens au cours des dernières semaines (Photo: Police)

Plus de 100 charges explosives ont été déposées par des Palestiniens au cours des dernières semaines (Photo: Police)

 

Au total, 16 activités de nature terroriste ont eu lieu au cours des six dernières semaines sur le territoire de la division de Gaza, impliquant un travail de déminage et de neutralisation de charges, des tirs à l’arme automatique sur les forces israéliennes, jets et tirs pour abattre une poignée de drones de l’ armée et saboter les infrastructures militaires et civiles, comme les trois incendies successifs des réserves de combustible à Kerem Shalom, le passage frontalier détruit par les flammes.

L’objectif du groupe terroriste au pouvoir à Gaza est, maintenant, censé poursuivre et entretenir l’élan des émeutes, même à des doses réduites.

Cela dit, en examinant la campagne de renseignement complexe menée par la division de Gaza depuis que le Hamas a commencé à vouloir percer la barrière, depuis la fin du mois de mars, on découvre à quel point les émeutes frontalières sont un événement sans précédent, jamais rencontré par TsahalI.

En raison de la nature semi-militaire et semi-civile des émeutes, le quartier général de commandement de la division a inauguré une salle des opérations de renseignement, couvrant tous les aspects du renseignement : des renseignements électromagnétiques et de la photographie de drones à la collecte des observations sur le terrain et relevées à partir des séquences filmées par les Palestiniens eux-mêmes, dans les flux Facebook en direct ou dans les médias arabes.

Les services de renseignements de la division ont montré comment le Hamas s’est préparé – et a toujours l’intention – d’infiltrer des éléments terroristes en Israël.

Beit Hanoun. Les flux Facebook en direct ont aidé les efforts de collecte de renseignements de Tsahal

Beit Hanoun. Les flux Facebook en direct ont aidé les efforts de collecte de renseignements de Tsahal

 

Dans un de ces cas, un officier de Tsahal a eu du mal à reconstituer les pièces du puzzle à partir de renseignements épars, pour en faire une image complète de Beit Hanoun, dans la bande de Gaza. Et ce n’est seulement que grâce à un flux Facebook en direct lancé par un Palestinien que le tableau complet s’est dévoilé exactement à l’officier, ce qu’il ne pouvait pas découvrir par lui-même.

Les renseignements recueillis – fusionnés avec ceux recueillis par l’unité d’élite 8200 du Corps des renseignements israéliens et le Shin Bet – ont été utilisés pour créer des alertes avant certains des incidents de tirs.

Par exemple, dans l’incident de lundi, une force de l’unité commando Maglan a été déployée dans la bande nord après avoir reçu un avertissement des renseignements. Trois jours après la fin de cette fusillade, on a appris que l’unité avait supprimé dix terroristes armés sans, elle-même, subir de victimes.

De plus, la réalisation des objectifs de l’opération est intervenue après trois vagues successives de terroristes qui tiraient sur l’unité d’élite israélienne, dont des tirs provenant d’un Véhicule Utilitaire type Sport du Hamas, arrivé en renfort.

Cependant, l’espionnage des services de renseignement ne se limite pas à fournir des informations sur des mouvements ennemis spécifiques, mais s’étend aussi de manière à récolter des tendances plus «globales».

Un feu près de la forêt de Be'eri éclairé par un cerf-volant incendiaire

Un feu près de la forêt de Be’eri déclaré par un cerf-volant incendiaire

 

Le suivi des pages Facebook et leur analyse, par exemple, ont permis à la division de Gaza de constater une tendance irrégulière : chaque fois qu’une force de Tsahal était la cible de tirs et qu’Israël ripostait en attaquant des postes du Hamas par des tirs de chars ou des avions, les Palestiniens se sont complètement retirés du site de ladite confrontation.

L’armée israélienne aurait également été satisfaite de l’activité des drones qui sont actuellement envoyés pour combattre les cerfs-volants incendiaires. Les drones ont descendu plus de 150 cerfs-volants envoyés depuis Gaza, et l’appareil de la défense a commencé à travailler sur une technologie pour trianguler l’emplacement de chaque vol, similaire à la façon dont l’armée peut reconnaître un missile ou une roquette lancée.

Un drone de Tsahal dispersant des gaz lacrymogènes (Photo: MCT)

Un drone de Tsahal dispersant des gaz lacrymogènes (Photo: MCT)

 

Les touristes turcs prêts à mener des émeutes à Jérusalem?

La police du district de Jérusalem est également en état d’alerte en prévision du premier vendredi du Ramadan et du début de Chavouot samedi soir. Les évaluations de la situation ont porté sur les possibles conséquences de la crise diplomatique entre Israël et la Turquie, autour du bilan des morts de Gaza.

 

Sur le premier point, la police prend en compte la possibilité qu’un grand nombre de touristes turcs tentent de troubler la paix dans la vieille ville de la capitale. Il y a un an, trois Turcs ont été expulsés d’Israël après leur ameutage sur le Mont du Temple.

Un rassemblement de protestation devant la résidence de l'ambassadeur d'Israël à Ankara (Photo: AFP)

Un rassemblement de protestation devant la résidence de l’ambassadeur d’Israël à Ankara (Photo: AFP)

 

Bien que la vigilance soit élevée, il n’y a pas de renseignements concrets indiquant des dangers particuliers, et la police a dit se préparer à toutes les éventualités.

En conséquence, quelque 3.000 policiers seront déployés dans toute la capitale, avec un accent particulier sur les ruelles de la Vieille Ville menant au Mur des Lamentations et à la mosquée Al Aqsa, les passages frontaliers de Kalandia au nord et le tombeau de Rachel au sud- et les quartiers de Jérusalem-Est.

La police se prépare à se trouver face à environ 300 000 musulmans, lors d’un pèlerinage à Al Aqsa vendredi, et un nombre aussi important de fidèles juifs venant pour les prières au Kotel.

Quelque 300 000 musulmans se rendront en pèlerinage à la mosquée Al Aqsa vendredi (Photo: Gil Yohanan)

Quelque 300 000 musulmans se rendront en pèlerinage à la mosquée Al Aqsa vendredi (Photo: Gil Yohanan)

 

En raison de la congestion prévue dans la vieille ville, la police tente de minimiser les points de friction entre les Juifs et les Arabes. À cette fin, aucun juif ne sera admis au Kotel par la Porte de Damas à partir de samedi, qui est la veille de Chavouot, et jusqu’aux premières heures du dimanche.

La police a recommandé que les fidèles qui souhaitent arriver au lieu saint le fassent par l’entremise de la Nouvelle Porte, la Porte de Jaffa, la Porte de Sion ou la Porte des Tanneurs (près de la porte des Maghrébins).

Yoav Zitun et Yishai Porat | Publié: 18/05/18, 09:13

Reuters a contribué à ce reportage.

Première publication le: 18/05 18 09:13

ynetnews.com

The post Calme et alerte à Jérusalem, Gaza et Judée-Samarie© appeared first on JForum.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here