La source de cet article se trouve sur ce site

Facebook

Twitter

Google+

Pinterest

WhatsApp

NAHAL OZ, ISRAEL – MAY 15: (ISRAEL OUT) Israeli fire fighters and soldiers attempt to extinguish a fire in a wheat field next to the border with Gaza after it was caused by incendiaries tied to kites flown by Palestinian protesters from across the border, on May 15, 2018 in Nahal Oz, Israel. Palestinians marked the Nakba, or ‘catastrophe’, commemorating the more than 700,000 Palestinians who fled or were expelled in the 1948 war surrounding Israel’s creation. (Photo by Lior Mizrahi/Getty Images)

par Bassam Tawil  •  13 août 2019

  • « Les juifs sont partout. Nous devons attaquer tous les juifs de la Terre ! Nous devons les massacrer et les tuer, avec l’aide d’Allah. Nous allons les lacérer et les mettre en pièces. » – Fathi Hammad, haut responsable du Hamas, lors d’un rassemblement près de la frontière entre Gaza et Israël, le 14 juillet 2019.
  • Les déclarations de Haniyeh sont concomitantes à la visite en Iran d’une délégation du Hamas. Dirigée par le terroriste palestinien Saleh Arouri, la délégation s’est entretenue plusieurs jours durant avec les dirigeants iraniens sur les moyens de renforcer les relations entre les deux parties.
  • Si l’archi-terroriste du Hamas réussit à obtenir davantage de fonds de l’Iran, le Hamas, le Jihad islamique et d’autres groupes terroristes de la bande de Gaza auront les moyens d’intensifier leurs activités terroristes contre Israël. Empêcher le Hamas de « massacrer » chaque juif passe par un renforcement des sanctions internationales contre l’Iran et tout autre moyen de pression, avant qu’il ne soit trop tard.

Le Hamas, groupe terroriste palestinien qui contrôle la bande de Gaza, aurait-il abandonné son objectif de détruire Israël pour accepter finalement une solution à deux États ?

C’est ce que certains médias arabes ont tenté de faire croire. Le 20 juillet, les manchettes de médias arabes ont annoncé que le Hamas avait soudain changé de politique et ne cherchait plus à anéantir Israël. Ces médias ont même donné le sentiment que le Hamas présentait un nouveau plan de paix avec Israël.

Citant Ismail Haniyeh, le chef du Hamas, plusieurs médias arabes ont annoncé que le groupe terroriste était désormais favorable à une solution à deux États. « Le Hamas ne s’oppose pas à la création d’un Etat [palestinien] aux frontières de 1967 », ont claironné certains titres. Lire la suite

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here