La source de cet article se trouve sur ce site

POURIM D’ALGER: En 1541, Charles-Quint se présente devant Alger avec une flotte impressionnante, décidé à prendre pied dans cette terre d’Afrique pour

Vers la fin février et le début mars, le ciel bleu reprenait ses droits et les orangers se couvraient de fleurs embaumant l’air ambiant.

Cette bouffée d’air tiède parfumé me mettait toujours en relation par la pensée avec la fête de Pourim pour une raison bien simple: à Alger, à Pourim, l’un des gâteaux faits était recouvert d’une glace royale parfumée à l’eau de fleurs d’orangers.

Et, à cette époque de l’année, je me remémore toujours les courtes promenades que je faisais étant enfant avec ma mère.

Les confiseries élaborées tenaient du grand art car, chaque maîtresse de maison tenait à cœur de présenter, pour l’échange de pâtisseries qui devait s’effectuer le matin de la fête, les plus belles créations.

Dans la belle ville blanche, avant ma naissance, des « yaouledes » se présentaient munis d’une sorte de grand « serviteur-muet » en cuivre dans chaque famille juive et ils se chargeaient de faire l’échange de pâtisseries (mishloah manoth) en lieu et place des mandataires, moyennant quelques pièces sonnantes et trébuchantes.

Ainsi, les familles recevaient leur plateau et rendaient immédiatement un autre plateau. Le jeune garçon recevait de la part de chaque famille des pièces et des friandises.

Afficher l'image d'origine
Les coutumes variaient selon les familles mais il était une constante que l’on trouvait partout : les knédelet, les mekrodsou makrouds, les galettes blanches et le tmarmarshiâsorte de nougat fait à base de dattes.

Nous pensions qu’il s’agissait de pâtisseries juives mais, en réalité, ces pâtisseries étaient des recettes arabes à quelques détails près: les pâtissiers arabes coloraient leur glaçage en jaune, rose ou vert tendre avec de petites granules argentées alors que chez nous, les Juifs, le glaçage était blanc parsemé de petits grains de sucre colorés de toutes les couleurs mais parfois les mères de famille décoraient elles aussi leur production de grains argentés.

Chacune des « maîtresses-queues » d’un œil expert jugeait d’un œil critique la blancheur et le brillant du glaçage, la friabilité de la galette, pour les knedlets appelés aussi « petits paniers » aux amandes –au Maroc cela s’appelle des massapan- on jugeait presque sans complaisance la finesse de la pâte et le fait que parfois – de manière à réduire le coût du petit-four – la ménagère avait incorporé à la poudre d’amandes soit des cacahuètes moulues soit de la semoule ce qui donnait la fâcheuse impression de croquer dans de la pâte avec des morceaux de verre !

Quant aux mekrouds, certaines ajoutaient à la semoule des œufs et de la farine et la plupart les faisaient frire avant de les plonger dans le sirop au miel. En bref, chacune tirait de cet échange de quoi sortir une satisfaction personnelle surtout aux yeux de l’époux béat d’admiration pour sa femme.

Afficher l'image d'origine
Le jour-même on faisait des beignets et des oreillettes ainsi qu’un délicieux couscous au beurre agrémenté de fèves fraîches (les premières de la saison) et l’on buvait avec du petit lait (babeurre).

De notre côté, mon frère et moi participions à grand renfort de crayons de couleurs ou de gouache et de papier dessin à l’envoi de friandises en fabriquant des étiquettes décorées en forme de masques et portant le nom des récipiendaires.

Lorsque nous quittâmes l’Algérie pour la France, il a fallu se refaire « un carnet d’adresses » et puis, les distances n’étant plus les mêmes, nous nous contentions d’envoyer nos confiseries aux voisins les plus proches par nous-mêmes.

Dans chaque pays eurent lieu des exactions contre les Juifs et, lorsque ces exactions se soldèrent par un miracle, on qualifiait cet évènement de « pourim ». C’est ainsi qu’il y eut trois pourim spéciaux à Alger et c’est en commémoration de l’un d’eux qu’ont été créées les fameuses galettes blanches en symbole in memoriam des cassettes de bijoux, d’or et d’argent qui surgirent des flots pour être récupérées par les Juifs d’Alger spoliés.

Caroline Elisheva REBOUH

TRADITION: LE POURIM D’ALGER DIT POURIM EDOM OU POURIM ENSARA

En 1492,  les Juifs ont été expulsés par les souverains d’Espagne, Isabelle de Castille  et Ferdinand d’Aragon, après avoir subi  de terribles persécutions. Certains trouveront un refuge temporaire au Portugal, d’où ils seront expulsés quelques années plus tard dans des conditions encore plus dures.

Nombre de ces juifs déracinés trouveront refuge en Afrique du Nord , rejoignant ainsi leurs frères qui s’y étaient établis avant la conquête arabe.

La mémoire des souffrances endurées dans la péninsule Ibérique était vive.

Charles-Quint, petit fils d’Isabelle et Ferdinand,  Empereur d’Autriche, roi d’Espagne Sous le nom de Charles 1er, représentant de la chrétienté, combattit pendant des années l’Empire Ottoman.

En 1535,  à la tête d’une flotte espagnole, il s’empare de Tunis et la livre au pillage durant 3 jours. La ville compta 70 000 victimes. De nombreux juifs y sont massacrés et beaucoup d’entre eux sont capturés pour être vendus comme esclaves.

Résultat de recherche d'images pour "pourim à alger"

Cette même année, les juifs de Tripoli fuient la ville chassés par les espagnols.

En octobre 1541,  la flotte de Charles-Quint se présente devant Alger, débarque une armée à proximité de la ville et la bloque. On dit même que les côtes africaines n’avaient jamais vu une flotte aussi impressionnante.

La consternation et la peur envahissent la communauté juive d’Alger.

Les synagogues ne désemplissent pas. Les juifs se réfugient dans le jeûne et la prière pour implorer leur salut.

L’issue fatale semble inéluctable.

Et voilà que la nuit du 23 octobre 1541 se déclenche une énorme tempête. Celle-ci fait des ravages dans la flotte de Charles-Quint. Celle dernière perd plus de 150 bateaux.

Les rescapés de cette armée, se réfugient à Bougie, subissant le froid et la faim, avant de rejoindre l’Espagne.

Cette incroyable issue a, pendant des siècles, été fêtée le 3 et 4 Hechvan, par un jour de jeûne à l’image du jeûne d’Esther suivi d’un jour de joie et de fête.

De nombreux poèmes ont été écrits pour célébrer cette occasion. Ils font partie du rituel algérois et étaient lus à chaque anniversaire de cette délivrance.

La synagogue Abentoua, du nom d’un des rabbins de  l’époque, possédait une Téba (pupitre de l’officiant) bien particulière, puisqu’il parait qu’elle était  faite du bois des épaves de cette flotte.

La communauté juive d’Alger a célébré un second Pourim dit Pourim de  Tamouz , institué au 18ème siècle.

Pour en savoir plus sur l’histoire des juifs d’Algérie :  http://www.zlabia.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here