La source de cet article se trouve sur ce site

La vidéo de 3 minutes 30 a été relayée par milliers et regardée plus de 200 000 fois depuis jeudi en fin d’après-midi. On y voit Elisa Tovati péter les plombs dans un restaurant du VIIIe arrondissement de Paris, où elle déjeune avec des représentants de sa maison de disques. On entend vaguement qu’ils veulent lui rendre son contrat et donner son tube à Angèle.

Alors la chanteuse bondit, tire la nappe, leur hurle dessus, les insulte, jette des assiettes et des verres par terre, fait voler des chaises, se renverse une bouteille sur la tête. « Je ne suis pas une glace Miko, je suis une artiste. Allez vous faire foutre avec votre musique de merde. Moi, j’ai donné ma vie pour la musique », crie-t-elle devant des clients médusés.

Loading video

Ces images sont commentées par tous les médias et réseaux sociaux, qui se demandent si c’est du lard ou du cochon. Elisa Tovati nous révèle ce samedi midi en exclusivité que « c’est du cinéma ».

« Pas un coup de com’» mais des images « volées »

« Nous étions en fait en train de tourner mon nouveau clip, « La machine », dans ce restaurant, nous explique-t-elle. A travers cette chanson, je dénonce la brutalité avec laquelle les artistes sont parfois traités. Comme des produits de consommation. En ce moment, quand tu fais de la chanson française ou de la variété, que tu as plus de quarante ans, surtout si tu es une femme, les médias, les réseaux sociaux et parfois les maisons de disques te font comprendre que tu as dépassé la date de péremption. Je connais d’excellentes chanteuses qui ont été remerciées du jour au lendemain. Je voulais que ce clip soit aussi violent que cette réalité, pour marquer les esprits. J’ai pété les plombs pour tous les artistes qui n’osent pas le faire. »

« La machine », le nouveau clip d’Elisa Tovati

La chanteuse et comédienne de 43 ans, qui a tourné ce clip sans prévenir sa maison de disques, voulait aussi attirer l’attention sur la question de l’image. « Parce qu’on nous colle des étiquettes insupportables. Moi, je suis depuis vingt ans Chochana Boutboul (NDLR : son personnage dans La Vérité si je mens), la girl next door, lisse et souriante. Je voulais montrer que je pouvais aussi casser cette image. »

2 Commentaires

  1. Waaaa quelle grande comédienne et pourtant elle est mise au placard lol . a mon avis chochana c pas en tirent sur une nappe qu’on deviens une comédienne. le mieux serait de prendre des cours de comédie et de théâtre.et d’arrêter de se la péter pour rien. faut rester humble et garder les pieds sur terre .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here