La source de cet article se trouve sur ce site

WASHINGTON DC (Kurdistan 24) – Le sénateur Lindsey Graham (Républicain, Caroline du Sud), l’un des alliés les plus proches du président américain Donald Trump au Congrès américain, a parlé avec une franchise inhabituelle des positions changeantes de Trump sur le nord-est de la Syrie : notamment, de sa décision de laisser certaines forces américaines pour s’assurer que les champs de pétrole ne tombent pas entre des mains hostiles.

S’exprimant le 20 novembre lors du dîner annuel de l’Institut juif pour la sécurité nationale de l’Amérique (JINSA), qui a récompensé le sénateur d’un prix pour ses nombreuses années de service public, Graham a décrit une considération politique nationale importante qu’implique cette décision : le point de vue des chrétiens conservateurs.

Les chrétiens conservateurs s’opposaient fermement à ce qu’eux-mêmes (et de nombreux autres) percevaient comme une forme d’abandon des alliés Kurdes par Trump et l’Amérique, en cas de retrait total des troupes américaines, qui permettait à la Turquie d’attaquer de son côté sud.

Graham a expliqué “que les gens ne se sont pas levés pour applaudir, quand il a dit : nous sortons de la Syrie (Au contraire)”, a expliqué Graham.

Encore plus, des groupes significatifs se sont opposés à sa décision et «le rejet de la communauté conservatrice chrétienne de notre abandon des Kurdes a été écrasant», a déclaré Graham.

Les chrétiens conservateurs constituent une partie importante de la base politique de Trump. En effet, juste après l’annonce du 6 octobre, par la Maison Blanche, qu’il retirait des forces du nord-est de la Syrie et ne s’opposerait pas à une incursion turque, le télévangéliste bien connu, Pat Robertson, a qualifié le président turc Recep Tayyip Erdogan de “voyou”, qui massacrerait les chrétiens et les Kurdes, alors qu’il avertissait que Trump était «en grand danger de perdre le mandat du ciel».

Lire la suite: Large opposition à Trump en Syrie, incluant républicains et chrétiens évangéliques

Michael Makovsky

Le sénateur Graham, dans une discussion prolongée avec le président de la JINSA, Michael Makovsky, a également décrit les grandes lignes de la pensée de Trump dans sa conversation téléphonique malheureuse avec le président turc, plus tôt ce soir-là (de conférences).

“Trump a essayé d’empêcher Erdogan” d’entrer en Syrie, “mais il est entré quand même”, a expliqué Graham à Makovsky. «J’ai dit au président Trump qu’au Moyen-Orient, le feu orange n’existe pas. C’est soit rouge, soit vert.

“La subtilité n’a pas fonctionné”, a expliqué Graham, pour résumer les conséquences de la conversation entre Trump et Erdogan le 6 octobre.

Graham a également noté que l’opération réussie contre Abu Bakr al-Baghdadi, il y a un mois, avait eu un impact significatif sur Trump. Il en est venu à mieux comprendre les besoins d’une telle opération, notamment en s’appuyant sur une présence militaire américaine à l’étranger et des alliés locaux.

«Je pense que le président a compris les avantages des forces déployées vers l’avant. Nous ne sommes pas partis de Virginie. Nous sommes partis de l’intérieur de la région », a déclaré Graham, faisant allusion à Erbil. «Et la capacité que nous avons acquise sur le terrain en Syrie était essentielle. Les renseignements provenant des forces kurdes ont scellé le destin de Baghdadi. “

“Je pense donc que le président a compris les avantages d’un déploiement des forces avancées et les avantages d’une relation à long terme, ce qui a changé sa façon de concevoir cette présence”, a poursuivi le sénateur.

“Je ne me suis donc jamais senti aussi bien que quand le président comprend les avantages des alliances dans la région, le profit de ce déploiement de forces avancées, à l’heure actuelle”, a-t-il conclu.

Ce sont toutefois les champs de pétrole qui ont marqué le tournant. Graham était un ardent défenseur du maintien des troupes américaines en Syrie. Il a conseillé à Trump : “Si vous fermez la porte sur la Syrie, les éléments des Forces démocratiques syriennes qui nous ont aidés à gagner” seront “exposés à une incursion turque” et “Daesh va revenir, car les Kurdes ne peuvent pas se battre contre la Turquie et faire attention à Daesh. “Et” l’Iran va entrer et prendre les champs de pétrole. “

«Quand j’ai mentionné les champs de pétrole, la lumière s’est allumée», a déclaré Graham en riant. “J’espère donc que cette nouvelle stratégie anti-Daesh, centrée sur le fait de priver l’ennemi des avantages des réserves de pétrole et de maintenir l’Iran à l’extérieur, sera plus durable que l’autre approche.”

Un récent sondage de la Fondation présidentielle Ronald Reagan a demandé à environ 1 000 Américains comment les États-Unis devraient réagir à l’attaque turque contre «les forces kurdes qui ont aidé les États-Unis à combattre l’État islamique».

Près des trois quarts des personnes interrogées – 74% – ont soutenu l’imposition de sanctions à la Turquie et un peu surprenant, 60% ont même dit soutenir une action militaire contre la Turquie.

Lors de sa visite à Erbil la semaine dernière, le vice-président Mike Pence a évoqué «le lien durable» entre les peuples kurde et américain.

Read More: Le vice – président Mike Pence en visite à Erbil, affirme son soutien durable à la région du Kurdistan

Les sondages d’opinion, comme ceux de la Reagan Foundation, ainsi que l’opposition des chrétiens conservateurs au retrait américain du nord-est de la Syrie, suggèrent que les paroles de Pence sont plus que de simples conventions vides, mais qu’elles reflètent une réalité politique émergente.

Comme l’a récemment affirmé la sénatrice Marsha Blackburn (R, Tennessee) lors d’un séminaire sur Capitol Hill, «le soutien aux Kurdes est une question bipartisane».

kurdistan24.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here