La source de cet article se trouve sur ce site
 (GPO Israël / Document via REUTERS) Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le chef du Mossad Yossi Cohen rencontrent le sultan Qaboos bin Said et leurs délégations à Oman, le 26 octobre 2018.

Le Chef du Mossad, diplomate secret d’Israël au Moyen-Orient

RÉSUMÉ DE L’ARTICLE
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a consenti de nombreux efforts pour nouer des liens avec les États sunnites et a envoyé le chef du Mossad, Yossi Cohen, dans divers lieux en mission secrète.

Un haut responsable de la défense israélienne a récemment comparé la décision de plusieurs États musulmans de “sortir” leurs relations de la clandestinité et d’apparaître au grand jour avec Israël, comme étroitement apparentée au résultat d’un processus lent de cuisson. Cela a été probablement le plus long processus de ce genre dans l’histoire. À la fin du mois d’octobre, un impressionnant plat de résistance a émergé du four lors de la visite historique, publique et très médiatisée du Premier ministre Benjamin Netanyahu et de son épouse Sara à Mascate, la capitale omanaise, le 26 octobre. Le sultan Qaboos bin Said a accueilli la suite Netanyahu d’une manière digne des rois et, contrairement au réflexe instinctif affiché, traditionnellement, en ces occasions, les Omanais ont largement relaté la visite et l’ont glorifiée au lieu de la minimiser.

“Cela fait plus d’une semaine que cette visite publique s’est déroulée”, a déclaré à Al-Monitor un responsable de la défense israélienne, “et rien [d’inopportun] ne s’est passé. À l’exception de l’Iran, aucun État arabe ou musulman n’a condamné Oman ni ne l’a attaqué pour avoir accueilli [Netanyahu]. Dans les coulisses, c’est exactement le contraire qui s’est passé. Cela se répercutera sur d’autres États, qui comprendront que la normalisation des relations avec Israël offre beaucoup plus d’avantages que d’inconvénients de nos jours.”

Après le voyage israélien en Oman, le sultan a envoyé deux émissaires – Salem bin Habib al-Omeiri,  suivi par le ministre des Affaires étrangères omanais, Yusuf bin Alawi -, pour une courte visite au chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah, en territoire palestinien. Selon le journal londonien Asharq al-Awsat, basé à Londres, Oman travaille à relancer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens sur la base d’un plan de paix américain que le président Donald Trump a qualifié “d’accord du siècle”. Néanmoins, une source israélienne de haut rang, au courant des préparatifs secrets de la visite d’Oman, a pondéré les attentes quant aux résultats. “Oman n’est pas en train de devenir le nouveau médiateur israélo-palestinien”, a-t-il déclaré à Al-Monitor. «Les Omanais connaissent leur poids réel dans ce tournoi de boxe et ils n’essayent pas de se surestimer. Ils essaient d’aider. Au cours des dernières années, Oman s’est positionnée dans le rôle de la Suisse du Moyen-Orient, essayant de concilier et de résoudre toutes sortes de conflits, en dehors de la région également, et Israël est heureux de pouvoir compter sur une telle aide. ”

L’homme à l’originede la diplomatie israélienne florissante avec le monde musulman est Yossi Cohen, directeur du Mossad israélien, qui a accompagné Netanyahu à Oman. Cohen opère à un rythme effréné entre les capitales régionales, approfondit la coopération clandestine entre Israël et les pays avec lesquels il n’a pas de relations diplomatiques, et maintient l’alliance régionale entre Israël et les États sunnites, alliance forgée du fait d’une profonde préoccupation de la part de l’Arabie saoudite et d’autres États sunnites à propos de l’expansion de l’Iran. Dans les arcanes du pouvoir israélien, Cohen, avec son impressionnante maîtrise de l’arabe et de l’anglais et son instinct politique bien rodé, est surnommé «le ministre des Affaires étrangères de facto». Des visites, telles que celle réalisée en grandes pompes à Oman et le récent secret éventé de la visite d’une délégation israélienne au Tchad, à majorité musulmane, ainsi que l’établissement de relations avec l’Azerbaïdjan (où le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, s’est rendu en septembre), ne sont que la partie visible d’un iceberg géant qui prend forme à la surface de l’eau.

L’administration américaine a très probablement été informée à l’avance de la visite à Oman et l’ambassadeur américain dans la région était au courant de cet événement. L’Iran a déjà protesté contre cette visite, mais personne, ni à Jérusalem, ni à Mascate, n’est trop inquiet. “Les Iraniens savent qu’ils doivent l’accord sur leur programme nucléaire avec les puissances mondiales à Oman”, a déclaré à Al-Monitor un haut responsable de la sécurité, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat. «L’Iran ne peut pas se permettre d’ouvrir un autre front de guerre diplomatique, en plus de tous les autres fronts brûlants où il est engagé. Dans l’ensemble, la visite a été acceptée avec sérénité au Moyen-Orient, ce qui montre à tout le monde que les liens avec Israël, ces temps-ci, sont plus un atout qu’un fardeau. ”

Quoi qu’il en soit de cette lune de miel, les dirigeants israéliens comprennent qu’un processus de paix, ou au moins des négociations et une forme quelconque de normalisation avec les Palestiniens, pourraient encourager et accélérer le processus de normalisation avec le monde arabe. C’est probablement pour cette raison que Netanyahu a récemment envoyé le chef de l’agence de sécurité israélienne (Shin Bet), Nadav Argaman, rencontrer Abbas pour tenter de sauver ce qui reste des relations entre Jérusalem et Ramallah.

C’est aussi probablement la raison pour laquelle les envoyés d’Oman ont rencontré Abbas. Parallèlement aux tentatives visant à conclure un accord de cessez-le-feu à long terme avec le Hamas dans la bande de Gaza, Israël tente d’apaiser les tensions avec Abbas, afin de continuer à profiter du fruit régional naissant (l’accord tacite avec les régimes sunnites). Dans les coulisses, la tension monte avant le dévoilement prévu du plan de paix Trump, probablement après les élections de l’année prochaine en Israël. Les principaux ministres de Netanyahu savent déjà que le plan inclura la reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem-Est en tant que capitale d’un futur État palestinien. Ce sera une pilule amère à avaler pour Netanyahou et son gouvernement de droite actuel, ce qui explique pourquoi des tentatives sont en cours pour bloquer le projet jusqu’après les élections. Maintenant, par l’intermédiaire d’Oman et d’autres médiateurs, Israël tente d’apaiser Abbas et de ramener le calme sur le front avec Ramallah, tout en dynamisant l’élan régional.

Netanyahu et le sultan Qaboos se sont tout de suite mis d’accord. Le sultan a fait ses études en Écosse, son anglais est excellent et la communication entre les deux dirigeants a été fluide. Dans un point de presse avec les journalistes israéliens, Netanyahu a parlé de son hôte avec des yeux éblouis. Il était évidemment sous le charme. «Il a l’âme d’un artiste. il est exceptionnellement éduqué et impressionnant. Nous avons découvert que nous lisions les mêmes livres », a déclaré Netanyahu. Interrogé sur ce qu’il avait appris du sultan, Netanyahu a choisi de garder cela pour lui, affirmant qu’il avait appris deux choses qu’il allait révéler dans ses mémoires. Interrogé sur le fait que le sultan avait déchu son père et avait pris les rênes du pouvoir, Netanyahu a répondu : «C’est vrai, mais il ne l’a pas mis en prison.»

Plusieurs faits historiques ont été abandonnés en chemin, sous les nuages ​​d’euphorie générés par la visite de Netanyahu. Sans la signature de l’accord d’Oslo de 1993 sur la paix israélo-palestinienne, les relations avec Oman n’auraient pas vu le jour. Le premier Premier ministre israélien qui se soit rendu à Oman était le regretté Yitzhak Rabin, suivi en 1996 par Shimon Peres, devenu Premier ministre à la suite de l’assassinat de Rabin en novembre 1995. L’orchestre militaire d’Oman avait attendu Peres sur la piste de l’aéroport et joué l’hymne national d’Israël, “Hatikva.” Peres, contrairement à Netanyahu, a été autorisé à faire venir des journalistes (y compris les soussignés). Ces jours semblaient augurer de l’avènement d’un «nouveau Moyen-Orient», une vision qui s’est rapidement effondrée sous le feu et la fumée de la deuxième Intifada palestinienne, qui a éclaté à la fin de l’année 2000. Netanyahu tente maintenant de ressusciter cette vision, mais en mettant le processus de paix entre parenthèses. Il pourrait bien réussir à cause de la menace chiite régionale.

Ben Caspit est un chroniqueur pour Israel Pulse d’Al-Monitor. Il est également éditorialiste et analyste politique pour des journaux israéliens. Il diffuse quotidiennement des émissions de radio et des émissions de télévision consacrées à la politique et à Israël. Sur Twitter:  @BenCaspit

Lire plus : al-monitor.com

The post Le Chef du Mossad, diplomate secret d’Israël au Moyen-Orient appeared first on JForum.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here