La source de cet article se trouve sur ce site

Une photo prise le 21 novembre 2016, montre la structure d’un bâtiment dans le cmap de réfugiés d’Ain al-Hilweh, tout près de la ville côtière de Sidon (photo by AFP)

Apartheid, apartheid? Est ce que j’ai une g. d’Apartheid?

Le Liban élève des murs infranchissables près du camp de réfugiés Palestinien.

Le Liban construit un mur tout autour du plus important camp de « réfugiés » palestiniens pour empêcher les djihadistes de s’infiltrer et de se développer à l’intérieur du camp, selon une source militaire contactée lundi.

Le camp surpeuplé et en voie de paupérisation accentuée d’Ain al-Hilweh, près de la ville balnéaire de Sidon s’est taillé une réputation, au cours de ces dernières années, de sanctuaire pour les djihadistes extrémistes et les criminels en fuite.

On y a aussi assisté à des combats meurtriers l’an dernier, entre le groupe islamiste le Jund Al Islam dt les membres du mouvement du Fatah palestinien encore fidèle au Président Mahmoud Abbas

Et, en septembre 2016, l’armée a confié que les forces de sécurité avaient arrêté un réfugié palestinien suspect de liens au groupe terroriste Etat Islamique (ou Daesh), venu développer des cellules dormantes dans le camp.

« La construction du Mur a commencé il y a quelques temps (novembre) et le but est de stopper l’infiltration de terroristes à l’intérieur d’Ain al-Hilweh depuis les vergers avoisinants » a déclaré cette source militaire à l’AFP.

« C’est une mesure de sécurité », qui a été prise après l’arrestation de « terroristes fugitifs » qui avaient trouvé refuge dans le camp, a t-il ajouté.

Des photos ont été publiées en ligne montrant des grues soulevant d’énormes blocs de béton sur la côté ouest d’Ain al-Hilweh, puis les déposant côte à côte , ainsi qu’une tour de contrôle (mirador, pour les poètes).

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont comparé ce mur à la barrière controversée de séparation qu’Israël a bâti sur la ligne de démarcation de la Bande occidentale de Judée-Samarie, considéré comme un « territoire palestinien ».

« Bientôt, les enfants d’Ain al-Hilweh dessineront des images décrivant la « Palestine » et la liberté sur le mur de la Honte », déclarait récemment un internaute en ligne.

Un responsable du camp, Fouad Othman, appelle ce mur une « provocation ».

Le Général-Major Mounir al-Maqdah, le chef des forces de sécurité palestiniennes au Liban, a vertement critiqué la construction ce mur.

« Ce mur, qui est désormais en voie d’être achevée, provoque une pression psychologique sur les réfugiés palestiniens », déclare Maqdah.

« Nous n’aurions pas dû avoir besoin d’une barrière de séparation et de tours de contrôle, si les autorités libanaises, il y a des années, avaient trouvé une solution à la présence palestinienne au Liban », ajoute t-il

Les sources militaires disent que le Liban « ne construit pas une prison ni un mur de séparation, mais un mur de protection », ajoutant que les résidents pourront aller et venir du camp, excepté par le côté ouest.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.