La source de cet article se trouve sur ce site

Les mensonges d’Abbas et la connivence avec Olmert

 

 

 

 

Mahmoud Abbas avec Ehoud Olmert

Mahmoud Abbas vit dans le mensonge et donc ne peut être un partenaire crédible, « un homme de paix, opposé à la terreur et le seul partenaire avec lequel nous pouvons traiter » comme le déclare Ehoud Olmert avec tant d’assurance. Quelle honte de voir un ancien Premier ministre de l’Etat d’Israël soutenir à New-York un chef palestinien et dire de lui qu’il un « homme de paix » au moment même où des soldats israéliens affrontent quotidiennement des actes terroristes.

Pourquoi infliger un camouflet au président Trump ? Comment s’associer à nos détracteurs au moment où les Etats-Unis défendent leur plan de paix et soutiennent l’Etat Juif au sein même du Conseil de sécurité ?  

Comment Olmert peut-il approuver le refus catégorique d’Abbas au « plan du siècle » ? Abbas n’avait-il pas déjà refusé en 2008 le plan Olmert qui offrait aux Palestiniens plus de 90% des Territoires et Jérusalem Est comme capitale ?

Pis encore, oublie-t-il qu’Abbas n’a pas changé d’idéologie concernant Israel et les Juifs. N’avait-il pas publié à Moscou une « thèse universitaire » sur « la relation secrète entre le nazisme et le sionisme » ? Ne s’est-il pas rangé avec les négationnistes européens ? Sa thèse ne caractérise-t-elle pas l’idéologie des leaders palestiniens depuis la montée d’Hitler au pouvoir ? A l’époque elle fut véhiculée par le mufti de Jérusalem, et actuellement elle est suivie par Abbas, Daesh et les Islamistes de tous bords, sunnites et chiites.

Abbas peut toujours démentir ou s’excuser à contrecœur, en évoquant son « respect » pour les Juifs. Il ne pourra jamais admettre que les Juifs et les Israéliens sionistes forment un seul peuple. En réalité, il reprend à chaque fois les fameuses clauses de la Charte de l’OLP qui revendiquent le pouvoir des Palestiniens sur toute la Palestine.

Le double jeu de Mahmoud Abbas est transparent. Il se présente soi-disant comme un homme de paix devant la communauté internationale, mais ignore sa responsabilité dans la gestion des affaires, dans la corruption et la gouvernance au sein de l’Autorité palestinienne, ainsi que son refus catégorique de négocier avec le Hamas et de se réconcilier pour aboutir à une trêve.

Ses discours à Ramallah sont bien différents que ceux prononcés à Paris ou à New-York.

D’une part, il s’engage à « promouvoir une culture de paix et un rejet de la violence » et dans la même veine, l’Autorité Palestinienne qu’il dirige encourage les actes de violence et paye des salaires aux auteurs d’attentats et à leur famille.

C’est clair, Abbas ne changera pas de narratif de son vivant. D’ailleurs, il a lui-même avoué que sa terrible peur était d’être ciblé comme traître à la cause palestinienne

En réalité, Mahmoud Abbas ne maîtrise pas la situation dans la bande de Gaza, dirigée par le régime du Hamas, et il ne peut donc représenter l’ensemble du peuple palestinien, ni accepter des résolutions à l’ONU et au sein des instances internationales en leur nom.

Le 20 février 2018, le président de l’Autorité palestinienne avait déjà rejeté le « deal du siècle » américain au Conseil de sécurité de l’ONU.

Il avait affirmé que l’administration américaine avait perdu sa capacité à servir de médiateur impartial et depuis il n’a pas modifié ses positions intransigeantes et irréalisables.

Nous le répétons souvent, il n’existe pas de raccourci en diplomatie, et rien ne servira de faire des acrobaties ou de dicter par avance le résultat des pourparlers. Pour l’heure, nous comptons uniquement sur la médiation américaine car les dirigeants palestiniens ne sont pas capables de faire des compromis et ne souhaitent pas négocier avec le gouvernement Nétanyahou ni avec l’administration Trump. Rien ne sert donc de se précipiter et d’offrir à Mahmoud Abbas un Etat sans aucune concession de sa part.

La véritable question est de savoir ce qu’ont vraiment fait Abbas et Arafat pour leur peuple depuis plusieurs décennies, avec toute l’aide et le soutien des organismes de l’ONU, de l’UE et des diverses et multiples ONG, avec tous ces milliards de dollars offerts par de nombreux pays donateurs et Etats arabes ? C’est bien cela l’héritage d’Abbas au peuple palestinien ?

L’échec cuisant et total devant toute réconciliation avec le Hamas ? Aucun accord de paix avec Israël ? Seuls le chaos, la haine, le désespoir et la désolation plongent son peuple dans la confusion, la frustration, et la détresse infinie.

Mahmoud Abbas avoue les faiblesses de son grand âge, et nous dit qu’il n’a plus « la force de se battre », mais ne compte pas finir sa vie « en traître ». En d’autres termes, il refuse de céder jusqu’à son départ définitif du pouvoir. Il poursuivra son narratif désastreux, coûte que coûte et se moque éperdument de l’avenir. Il préfère donc que son bilan soit catastrophique et sans résultats positifs.

Mahmoud Abbas se berce aussi d’illusions en souhaitant que le gouvernement Nétanyahou perde les prochaines élections en visant sur l’alternance. Une coalition du centre-gauche qui enfin lui offrira sur un plateau d’argent un Etat indépendant.

Abbas se trompe sur toute la ligne car la majorité des Israéliens n’est plus dupe. A part Olmert et certains leaders de l’extrême gauche, la majorité des Juifs Israéliens ont compris depuis longtemps le manège des dirigeants palestiniens actuels. Malheureusement, ils ne sont guère de vrais partenaires pour une paix sincère et viable.

Freddy Eytan

jcpa-lecape.org

The post Les mensonges d’Abbas et la connivence avec Olmert (F. Eytan) appeared first on JForum.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here