La source de cet article se trouve sur ce site

À la télévision, la nouvelle star de Bagnolet Raquel Garrido (LFI) a déclaré que si Jean-Michel Blanquer avait dit : « Pas de kippa en sortie scolaire », il ne serait plus ministre. Les « mamans voilées » seraient donc des cibles malheureuses dans une République où le vote gauchiste s’imposerait…

Les municipales approchent et le clientélisme islamiste se porte bien. Comme il est compliqué de soutenir ceux qui par leur idéologie poussent au passage à l’acte meurtrier en mode massacre de masse ou livraison de la mort en bas de chez vous par votre voisin « déséquilibré », quand on fait partie de ces politiques qui n’ont souvent d’autres convictions que leur désir de pouvoir, il faut trouver d’autres stratégies pour faire alliance avec de purs fascistes, tout en préservant son image de gauche progressiste ou de droite tolérante.

« Pas de kippa en sortie scolaire »

C’est ainsi que parmi les politiques qui pensent gagner avec les voix des quartiers – comprendre en investissant sur l’islamisme et le racisme anti-blanc – certains ont trouvé la martingale : créer des rapprochements en partageant les mêmes haines.

A la France Insoumise (LFI), ces derniers temps, cela se traduit par la mise en avant de l’antisémitisme, sous couvert d’antisionisme, en espérant glaner ainsi les voix des quartiers. C’est aussi dangereux que pathétique.

Raquel Garrido, ex-porte-parole de la France insoumise, n’a pas hésité à affirmer jeudi 9 janvier 2020, dans l’émission « Balance ton post » que si le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer avait dit : « Pas de kippa en sortie scolaire », il ne serait plus ministre.

Ce lumineux et très opportuniste propos fait suite à la déclaration non moins violente de Jean-Luc Mélenchon sur le fait que « le Likoud, parti d’extrême-droite de Natanyahou en Israël [était] responsable de la défaite de Jeremy Corbyn aux Législatives anglaises ».

On peut également citer sa réflexion non anodine sur son opposition « aux oukases arrogantes des communautaristes du CRIF ».

LFI plus à un dérapage près

Il faut dire que quand on cherche son salut en braconnant sur les terres du Parti des Indigènes de la République, des islamo-gauchistes et des islamistes, les gages d’anti-républicanisme que l’on doit donner sont importants et l’antisémitisme n’est pas le moindre.

L’affaire arrive d’ailleurs après bien des dérives constatées dans le parti: il y a eu les déclarations de sympathie et de soutien de Danièle Obono, députée LFI, aux discours racistes et aux positionnements violents de l’égérie du PIR, Houria Bouteldja.

Cette même députée avait aussi apporté son soutien à Dieudonné, dont l’antisémitisme n’est guère discret non plus. On pourrait rappeler également l’exclusion de Djordje Kuzmanovic et François Cocq pour avoir voulu que la question de l’islamisme politique et de son influence fasse l’objet d’un débat au sein de la France Insoumise.

On pourrait aussi parler du violent procès en racisme essuyé, lors des Universités d’été du parti, par Henri Peña-Ruiz, intellectuel incontournable sur les questions de laïcité.

Il avait réaffirmé le droit de critiquer l’islam au même titre que les autres religions. Un petit scandale pour beaucoup de monde dans le parti.

On pourrait surtout reparler du soutien apporté par LFI à la fameuse marche organisée le 10 novembre 2019, quelques jours avant la commémoration des attentats de Paris.

C’est lors de cette marche que des leaders islamistes ont fait scander « Allahu Akbar » non loin du Bataclan, et où pour se victimiser, les frères musulmans (organisation phare de l’Islam politique au même titre que les salafistes) ont fait porter l’étoile jaune à leurs enfants.

Outre l’indécence qu’il y a lorsqu’on défend une idéologie qui encourage le séparatisme, la violence et la mort à se faire passer pour des victimes, il y a derrière cette appropriation, la volonté de piétiner et de nier ce qu’a de spécifique la Shoah pour n’y voir qu’une bonne affaire victimaire.

Alya interne

Il parait qu’il y a des républicains à LFI : ceux qui ont quitté le radeau de la Méduse PS ou le Titanic MRC, en espérant accrocher leur drapeau au vaisseau amiral de Jean-Luc Mélenchon, ils ont fondé la GRS, Gauche républicaine et socialiste et leurs amis disent d’eux qu’ils ont des convictions et sont d’authentiques laïques.

Pour l’instant ils se distinguent par leur silence et leur lâcheté face aux sorties antisémites et à l’islamogauchisme du mouvement. On ne sait pas s’ils ont du cœur, mais ils ont un bon estomac et avalent sans broncher des couleuvres de la taille d’un boa constrictor.

Serait-ce là l’occasion d’entendre leur voix ou sont-ils prêts pour leur future place sur la liste à continuer à se taire et à trahir leurs soi-disant convictions ?

Le pire c’est que leur silence et leur hypocrisie ne sont pas sans conséquences. Est-ce que ces stipendiés de LFI sont conscients d’œuvrer par leur silence à la légitimation de l’antisémitisme ?

Y a-t-il quelqu’un pour rappeler à ces « élus » de LFI (mais pas que) que dans nombre de banlieues la question du port de la kippa pour les accompagnateurs scolaires ne risque pas de se poser : les juifs ne peuvent en effet pas aller partout à l’école de la République car ils n’y sont plus en sécurité !

Quelqu’un pour rappeler que sous la pression de l’antisémitisme arabo-musulman, des déplacements de population sont en cours sur certaines zones ? On appelle cela l’Alya interne : des populations juives qui quittent des villes où ils vivaient depuis leur arrivée en France car elles sont menacées au quotidien par leurs voisins.

Face à ces réalités, la LFI choisit d’être du côté des agresseurs et reprend les accusations, les haines et les éléments de langage des pires représentants du fascisme islamiste.

Sans craindre d’utiliser le mensonge pour pousser à la haine.

On peut rassurer tout de suite Madame Garrido, et le répéter puisque certains refusent obstinément d’entendre : là où les islamistes font pression pour imposer le voile en sortie scolaire, le problème ne se pose plus depuis belle lurette pour la kippa, sauf à vouloir mettre sa vie ou son intégrité physique en danger.

Bienvenue dans le monde réel, chers militants et élus de LFI. Continuerez-vous à soutenir la dérive de votre parti, ou allez-vous enfin prendre des distances officielles ?

Sinon n’oubliez pas, dans certaines situations, surtout dans celles qui exigent honneur, courage et dignité pour s’opposer, se taire c’est consentir et soutenir.

Source: www.causeur.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here