La source de cet article se trouve sur ce site

Le Premier ministre s’envolera dimanche soir pour l’Ukraine en visite officielle (18 août 2019). Il sera notamment reçu par le nouveau président (juif) Vladmir Zelinsky. Ce sera la première visite officielle d’un dirigeant étranger en Ukraine depuis la dernière élection présidentielle il y a six mois. La dernière visite d’un dirigeant israélien à Kiev remonte à 1999, et ce fut également Binyamin Netanyahou!

Au programme de la visite, la signature d’accords de coopération dans le domaine de l’agriculture, du tourisme et de l’éducation. Les deux dirigeants s’entretiendront aussi sur deux sujets cruciaux: les retraites des originaires d’Ukraine en Israël et le transfert éventuel de l’ambassade d’Ukraine à Jérusalem. Ce dernier point ne sera probablement pas résolu car l’Ukraine tient à se rapprocher de l’Union européenne et y adhérer alors que l’UE est catégoriquement opposée à ces transferts.

Binyamin Netanyahou rencontrera aussi des dirigeants de la communauté juive ukrainienne et assistera à une cérémonie de souvenir au mémorial du tristement célèbre massacre des Juifs à Babi Yar.

Cette visite n’est pas dénuée d’arrières-pensées politiques: Binyamin Netanyahou veut s’attirer les voix de l’électorat traditionnellement attaché à Avigdor Lieberman.

Source : Shraga Blum 

https://lphinfo.com/binyamin-netanyahou-se-rend-en-visite-officielle-en-ukraine/

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, en quête de voix à l’approche des législatives, a appelé lundi à Kiev à des liens plus forts entre l’Etat hébreu et l’Ukraine, d’où sont originaires de nombreux Israéliens.

Selon les analystes, ce déplacement, le premier d’un chef du gouvernement israélien en Ukraine depuis 1999, revêt une importance stratégique pour Benyamin Nétanyahou à l’approche des élections législatives du 17 septembre. «Nous pouvons nous emparer de l’avenir séparément, mais nous pouvons mieux le faire ensemble», a notamment déclaré Benyamin Nétanyahou au cours d’une rencontre avec le nouveau président ukrainien, Volodymyr Zelensky.

Benjamin Nétanyahou a aussi félicité pour sa victoire Volodymyr Zelensky, un ancien comédien largement élu président en mars, qu’il a invité à Jérusalem. Le président ukrainien, dont le pays est englué dans une guerre avec des séparatistes prorusses depuis cinq ans, a répondu que son pays «pourrait apprendre d’Israël, particulièrement dans les domaines concernant la sécurité et la défense». Les deux dirigeants se sont aussi recueillis au mémorial de Babi Yar, le lieu du plus grand massacre par balle perpétré pendant la Shoah. Plus de 33.000 Juifs ukrainiens y avaient été assassinés en avril 1941. Avant l’Holocauste, une large part de la population ukrainienne était juive. Volodymyr Zelensky est lui-même d’ascendance juive, même s’il a dit considérer la religion comme une affaire privée, de même que son premier ministre Volodymyr Groïsman.

Plus d’un million de personnes en provenance des ex-républiques soviétiques se sont installées en Israël après l’ouverture du Rideau de fer. La société israélienne a dû alors intégrer l’équivalent d’un cinquième de sa population. Ces derniers sont généralement enclins à voter pour le parti russophone et nationaliste Israël Beiteinou dirigé par Avigdor Lieberman.

www.lefigaro.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here