La source de cet article se trouve sur ce site

Forces de sauvetage évacuant les blessés (Photo: AP)

Forces de sauvetage évacuant les blessés (Photo: AP)

Des séquences vidéo largement diffusées sur les réseaux sociaux, apparemment prises par un homme armé et postées en direct au fur et à mesure du déroulement de l’attaque, le montraient en train de se rendre dans une mosquée, y pénétrant et tirant au hasard sur des personnes se trouvant à l’intérieur. 

La vidéo montre que des fidèles, éventuellement morts ou blessés, sont couchés sur le sol de la mosquée. Reuters n’a pas été en mesure de confirmer l’authenticité de la séquence. 

Un homme qui a déclaré être à la mosquée Al Noor a déclaré aux médias que le tireur était blanc, blond et portait un casque et un gilet pare-balles. L’homme est entré dans la mosquée alors que les fidèles étaient à genoux pour la prière. 

“Il avait une grosse arme à feu … il est venu et a commencé à tirer sur tout le monde dans la mosquée, partout dans la foule”, a déclaré l’homme, Ahmad Al-Mahmoud. Il a dit que lui et d’autres s’étaient échappés en brisant une porte vitrée. 

Selon un témoin à l’intérieur de la mosquée, Radio New Zealand a déclaré avoir entendu des coups de feu, au moins quatre personnes étaient couchées par terre et “il y avait du sang partout”. 

Des foules se rassemblent autour du site de l'attaque (Photo: Reuters)

Des foules se rassemblent autour du site de l’attaque (Photo: Reuters)

La Première ministre Jacinda Ardern a condamné ce qu’elle a appelé “un acte de violence extraordinaire et sans précédent”. 

“C’est l’un des jours les plus sombres de la Nouvelle-Zélande”, a-t-elle déclaré. 

Ni Ardern ni la police n’ont fait état du nombre de victimes. 

Le commissaire de police néo-zélandais, Mike Bush, a déclaré que quatre personnes – trois hommes et une femme – avaient été arrêtées, mais il n’était pas évident de savoir si le tireur était parmi eux ou si d’autres personnes étaient impliquées. 

Bush a également déclaré qu’il ne fallait pas présumer que l’attaque avait été isolée à Christchurch. “A ce stade, nous ne devrions jamais faire de suppositions”, a-t-il déclaré. 

Bush a également déclaré que des engins explosifs improvisés avaient été découverts avec un véhicule qu’ils avaient arrêté. 

La séquence vidéo en ligne, qui semblait avoir été capturée sur une caméra fixée sur la tête du tireur, montrait des bidons d’essence rouges à l’arrière de sa voiture, ainsi que des armes. 

Toutes les mosquées de Nouvelle-Zélande ont été invitées à fermer leurs portes, a annoncé la police. 

L’équipe de cricket du Bangladesh arrivait pour la prière du vendredi lorsque la fusillade a eu lieu, mais tous les membres ont été mis en sécurité, a déclaré un entraîneur de l’équipe à Reuters. 

Le ministre indonésien des Affaires étrangères, qui compte la plus grande population musulmane au monde, a condamné cette fusillade. 

Les musulmans représentent un peu plus de 1% de la population néo-zélandaise, selon un recensement de 2013. 

“Beaucoup de ceux qui auraient été touchés par cette fusillade pourraient être des migrants arrivés depuis peu en Nouvelle-Zélande”, a déclaré Ardern. 

“Ce sont peut-être même des réfugiés ici. Ils ont choisi de s’installer en Nouvelle-Zélande et c’est leur chez-eux … ils sont comme nous. Les personnes qui ont perpétué cette violence à notre égard … n’ont pas de place en Nouvelle-Zélande”. 

La séquence en ligne montre le tireur au volant alors que la musique résonne dans son véhicule. Après avoir garé sa voiture, il prend deux armes à feu et marche jusqu’à l’entrée de la mosquée.

Des forces de police importantes arrivent sur les lieux de l'attaque (Photo: Reuters)

Des forces de police importantes arrivent sur les lieux de l’attaque (Photo: Reuters)

Il a ensuite ouvert le feu. En cinq minutes, il tue à plusieurs reprises des fidèles, laissant plus d’une douzaine de corps dans une seule pièce. Il est retourné à la voiture pendant cette période pour changer de fusil et est retourné à la mosquée pour tirer sur quiconque présentait des signes de vie. 

La vidéo montre le tireur qui s’éloigne à grande vitesse et tire plus tard sur des voitures en stationnement et un bâtiment. La police a déclaré que la deuxième mosquée attaquée était située dans la banlieue de Linwood, sans donner de détails. 

Une autre vidéo non confirmée, prise par quelqu’un d’autre, a semblé montrer que la police appréhendait le tireur au bord d’une route. 

L’équipe de cricket du Bangladesh est à Christchurch pour affronter la Nouvelle-Zélande dans une troisième épreuve de cricket qui débutera samedi. 

“Ils étaient dans le bus, qui était en train de se rendre à la mosquée lorsque la fusillade a commencé”, a déclaré Mario Villavarayen, entraîneur des équipes de cricket du Bangladesh, dans un message à Reuters. 

Les crimes violents sont rares en Nouvelle-Zélande et la police ne porte généralement pas d’armes à feu. 

Avant vendredi, le pire massacre à l’arme à feu en Nouvelle-Zélande remonte à 1990. Un loup solitaire fou d’armes à feu avait tué 11 hommes, femmes et enfants dans un déchaînement qui avait duré plus de 24 heures, dans le petit village balnéaire d’Aramoana. Il a été tué par la police. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here