La source de cet article se trouve sur ce site

Les prédictions du secrétaire d’Etat américain et du Premier ministre d’Israël, Binyamin Netanyahu, jeudi 7 novembre, selon lesquelles l’Iran pourrait disposer d’une arme nucléaire d’ici un an, exprimaient plus d’inquiétude quant à la réactivation du site d’enrichissement de Fordow que de prévisions fondées sur des données fiables. La même prévision d’un an a été entendue en 2012 et rien n’a été fait à ce sujet – ni par les États-Unis ni par Israël.

On peut dire qu’aucune de leurs agences de renseignement ne sait avec certitude quand l’Iran passera le stade d’une capacité nucléaire opérationnelle – ni même où ses armes nucléaires doivent dissimulées. Après tout, aucun des deux n’avait eu connaissance du projet de l’Iran de lancer 25 missiles de croisière et des drones explosifs contre les champs de pétrole et l’usine de traitement de l’Arabie saoudite le 14 septembre, jusqu’au moment où cela s’est produit. Peuvent-ils faire mieux pour découvrir le moment où le programme nucléaire iranien débouchera sur la possession d’une arme atomique?

Cette semaine, Massimo Aparo, le plus grand inspecteur de l’AIEA, un organisme de surveillance nucléaire international, a convoqué une réunion spéciale du conseil de Sécurité pour discuter de l’incapacité de l’Iran à communiquer avec les inspecteurs, sur la source des “particules d’uranium naturel et artificiel” trouvées dans un entrepôt secret à Téhéran, découverte l’année dernière lors d’une audacieuse opération du Mossad israélien visant à faire passer en contrebande les archives atomiques de l’Iran. Combien d’installations nucléaires secrètes restent à découvrir en Iran?

L’AIEA n’a pas de réponses à cela, pas plus que les États-Unis et Israël. Pendant 15 ans, ses inspecteurs se sont vu refuser l’accès à une section interdite de la base militaire de Parchin, dans le centre de l’Iran, où des particules d’uranium trop suspectes ont été découvertes, indiquant des essais secrets de déclencheurs nucléaires. Néanmoins, aucune action n’a été prise alors non plus pour en venir à bout. L’usine de Fordow, où des centrifugeuses ultra-rapides ont été mises au travail pour l’enrichissement de l’uranium, n’a été révélée que par des cellules souterraines du mouvement d’opposition iranien en exil (MEK).

Par contraste avec un danger toujours présent en provenance d’Iran, la semaine dernière, Netanyahu et certains responsables de la sécurité ont mentionné une menace iranienne par des missiles de croisière iraniens basés au Yémen, qui s’avère sans fondement. Si les médias qui ont raconté l’histoire avaient vérifié les faits, ils auraient découvert que le Yémen avait cessé de tirer des missiles de croisière et de lancer des drones contre l’Arabie saoudite l’année dernière, car il ne possédait plus ces armes après que l’approvisionnement par l’Iran s’est asséché.

   ,  , 

Adaptation : Marc Brzustowski

Neither the US nor Israel knows for sure when Iran will have a nuclear weapon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here