La source de cet article se trouve sur ce site
Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, René Trabelsi, est en passe de devenir le chouchou des Tunisiens alors même qu’il a été conspué lors de sa prise de fonction le 5 novembre dernier. Retour sur le parcours d’un patriote qui a su faire de ses origines son principal atout et celui de son pays.

Il est la nouvelle coqueluche des médias et le symbole d’une Tunisie fraîche et revigorée. Depuis son arrivée au 1 avenue Mohamed V à Tunis, ce Djerbien de 57 ans et de confession juive a littéralement éclipsé toute la classe politique en allant à la rencontre de nos artisans, de nos commerçants et de tous ceux dont l’activité est liée de près ou de loin à l’image de notre pays.

Tunisie, mon pays !

Fils de Perez Trabelsi, président du comité juif de la Ghriba et dirigeant de la communauté juive de Djerba, René Trabelsi a toujours revendiqué ses traditions judaïques au même titre que son patriotisme effréné.

Après avoir fait des études de gestion à Paris au milieu des années 80, le jeune René se lance dans la direction des franchises de supermarchés avant de se rabattre vers le secteur touristique.

Quelques années plus tard, il fonde le tour-opérateur Royal First Travel et se spécialise dans le marché tunisien. L’île des Rêves devient sa destination phare et le pèlerinage de la Ghriba reprend de plus belle.

Très vite, René Trabelsi se fait un nom dans le domaine de l’hôtellerie et devient le porte drapeau d’une Tunisie progressiste, accueillante, chaleureuse et surtout tolérante.

Des attributs que notre cher pays n’a pas su, véritablement, préserver sous l’ère Ben Ali et qu’il a tout, bonnement perdu, sous l’ère Ghannouchi, Essebsi, Taboubi et compagnie…

Bien que le ministère du Tourisme et de l’Artisanat a la réputation d’être une planque pour les quelques arrivistes de la politique, il est, à l’heure actuelle, la seule institution gouvernementale dont on peut s’enorgueillir.

Car pendant que nos enfants délaissent le banc des écoles pour les endroits mal famés, que le dinar poursuit sa chute vertigineuse face aux devises étrangères et que le pouvoir d’achat de nos concitoyens n’en finit plus de décliner, des touristes affluent par millions au point de « surbooker » nos hôtels et de créer de l’emploi.

Tel est le fruit du travail de ce nouveau ministre ô combien populaire et dont l’aura fera, bientôt, l’un des hommes forts de Tunisie. Y a-t-il une méthode René Trabelsi ?

Un ministre champion du monde !

Les juifs du Maghreb, plus particulièrement ceux de Tunisie, ont cette tendance amusante à l’exagération.

Chaque fois que l’un de leurs amis ou de leurs proches réussit brillamment, ils le qualifient de « champion du monde ». Le fameux restaurateur Bichi de La Goulette était, d’ailleurs, surnommé « le champion du monde du poisson complet ».

Pour en revenir à notre cher René, il serait légitime de lui attribuer ce nouveau blase, compte tenu de l’incapacité de nos autres ministres à faire bouger les choses avec un minimum de charisme, de compétence et surtout d’autorité.

Vêtu d’une belle jebba vert sombre et spécialiste incontesté du domaine touristique, René Trabelsi a, véritablement, révolutionné l’image du politique tunisien.

A la manière d’un Bourguiba qui savait gagner la confiance de la foule et à l’allure d’un Bey qui défendait les intérêts de son pays avant tout, René le patriote est de toutes les sorties et sur tous les fronts.

Mais à la différence de ses homologues de confession musulmane, M. Trabelsi sait qu’il n’a pas le droit d’échouer dans sa mission, en partie parce qu’il est juif.

Alors que la totalité du monde arabo-musulman éprouve la plus grande hostilité à l’égard des enfants d’Israël, René Trabelsi s’est donné pour objectif de reconsolider les liens d’amitié et de fraternité entre toutes les ethnies de Tunisie, qu’elles soient arabe, séfarade, turque ou amazigh.

Certains diront que parce qu’il est juif, il rejettera tôt ou tard la Tunisie pour se ranger avec Israël le moment venu. Moi je dis que c’est l’homme qu’il nous faut pour diriger le pays.

Mohamed Habib LADJIMI

Source: webdo.tn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here