La source de cet article se trouve sur ce site

Alana Newhouse, editor in chief of Tablet Magazine, and her new book, “

Aux USA vient de sortir un livre et un site internet consacré aux « 100 aliments les plus juifs ».

Il est édité par Alana Newhouse, fondatrice et rédactrice en chef du magazine en ligne, Tablet et liste les 100 aliments les plus juifs.

Il ne porte pas sur les aliments juifs les plus populaires, ni sur les plus savoureux, ni même sur les plus durables, il s’agit d’une liste des aliments les plus importants culturellement et historiquement pour le peuple juif, explorés en profondeur avec des essais, des recettes, des histoires et des contextes.

Certains de ces plats ne sont plus cuisinés à la maison et d’autres ne sont même pas des plats au sens traditionnel du terme (céréales du commerce et biscuits Stella D’oro, par exemple).

La liste entière est à débattre, ce qui rend ce livre amusant. Beaucoup de ces aliments sont délicieux (comme le babka et le shakshuka), d’autres sont plus que surprenants dans leur longévité (comme les œufs de poule non éclos et les pieds de veau en gelée).

Figurent évidemment beaucoup de favoris juifs (et maintenant universels) comme les boules de matzo, les cornichons, les gâteaux au fromage, les blintzes et le foie haché font la liste.

Les recettes sont universelles et représentent toutes les contingences de l’expérience juive.

Ruth Reichl, Éric Ripert, Joan Nathan, Michael Solomonov, Dan Barber, Gail Simmons, Yotam Ottolenghi, Tom Colicchio, Amanda Hesser et Merrill Stubbs, Maira Kalman, Action Bronson, Daphne Merkin, Shalom Auslander ont participé à la rédaction de cet ouvrage qui est parfait pour se plonger dans la gastronomie juive, pour cuisiner et lancer ensuite un débat animé sur les goûts et choix respectifs de son entourage.

Son contenu nous rappelle que la nourriture juive comprend les huîtres, le bacon et toute la cuisine chinoise. Pas nécessairement le poisson gefilte ashkénaze ou le kishke farineux, mais aussi le lox (saumon fumé), le concombre saumuré demi-sec, le foie de poulet, le hareng mariné et les boulettes matzo.

Du côté sépharade, il y a les vrais délices: l’artichaut globe frit, Carciofi alla Giudia, le hoummous, le kubbeh, le shakshuka et tous les plats faits avec les aubergines.

Gabriela Geselowitz observe dans sa préface que  » comme la pomme de terre est à Ashkenaze, l’aubergine est à Sépharade ».

Source : 100Jewishfoods & Israël Valley (Un article de Guilaume Lenorman)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here