La source de cet article se trouve sur ce site

By  | 

Le préfet de la Corrèze, Frédéric Veau, a saisi ce mardi le procureur de la République suite aux propos tenus, par le site raciste et antisémite Démocratie participative, à l’encontre de Jean Viacroze, le dernier survivant des pendus de Tulle.
A la suite de la parution dans nos colonnes de l’information selon laquelle le site raciste et antisémite Démocratie participative sévit toujours, le préfet Frédéric Veau a déclenché ce mardi l’article 40 du code de procédure pénale, qui lui permet de saisir directement le procureur de la République.

Cet article dit que  » toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs ».
A Tulle, les réactions consternées se multiplient : « Nous sommes dégoutés par les propos proférés et nous devons être dans la capacité de réagir, a indiqué le maire Bernard Combes. Nous avons un arsenal possible pour lutter contre ce genre de site, des sites qui sont hébergés à l’étranger. Nous allons donc ressaisir la justice. » Bernard Combes a saisi ce mardi matin le préfet de la Corrèze en urgence. « Il faut arrêter tout cela, c’est gravissime. Je suis sous le choc. Quand on sait l’homme qu’a été Jean Viacroze. Ce site injure la victime qu’il a été. »

Michel Trésallet, président de l’antenne tulliste de l’Association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance (Anacr), reste abassourdi. « Jean Viacroze était mon ami. Là, je n’ai plus envie de discuter. Quand j’ai voulu déposer une plainte contre la Division nationaliste révolutionnaire (DNR) l’année dernière, il a fallu que je passe quatre fois au commissariat avant que soit prise une plainte. Elle a été classée sans suite, faute de preuves. Je ne sais plus quoi faire. Ce site a un informateur sur la région, il y a des moyens de le trouver, via les adresses des ordinateurs. Il est donc possible de l’identifier. Mais je reste dubitatif sur la démarche du préfet parce que la plainte déposée l’année dernière est restée sans suite… »
Jean-Louis Mercier et Estelle Bardelot
Source :
https://www.lamontagne.fr/tulle/justice/correze/2019/03/12/le-prefet-de-la-correze-saisit-la-justice-a-la-suite-des-parutions-violentes-concernant-jean-viacroze_13515227.html

happywheels

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here