La source de cet article se trouve sur ce site

By  | 

Jérusalem accuse à nouveau l’UE de donner des millions aux ONG anti-israéliennes
Un ministère exhorte l’Europe à conditionner ses financements à la non promotion du BDS ; l’UE insiste sur son rejet des boycotts, mais défend la liberté d’expression
Le ministère des Affaires stratégiques a accusé mercredi l’Union européenne de financer des organisations qui soutiennent le mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) à hauteur de plusieurs millions, exhortant Bruxelles à subordonner toute aide financière aux ONG à un engagement explicite à s’opposer aux boycotts d’Israël.
L’UE a répondu qu’elle s’opposait au BDS, mais qu’elle défendrait la liberté d’expression, notant qu’elle rejetait également les actions visant à « fermer l’espace » aux représentants de la société civile.
Dans un nouveau rapport de 34 pages, le ministère a déclaré que l’UE avait donné plus de 5 millions d’euros (environ 21 millions de shekels) à au moins 10 ONG qui encouragent les boycotts contre Israël.
Le rapport, intitulé « The Money Trail : European Union Financing of Organizations Promoting Boycotts against the State of Israel », a montré que deux ONG pro-palestiniennes de premier plan, Al-Haq et Al-Mezan, ont reçu l’année dernière une subvention pluriannuelle de plus de 750 000 euros.
« Le moment est venu pour l’UE d’entamer un réexamen en profondeur de ses politiques », a déclaré le ministre des Affaires stratégiques Gilad Erdan dans un communiqué.
« Au lieu de se cacher derrière des déclarations vides de sens, l’Union européenne devrait appliquer sa propre politique officielle et cesser immédiatement de financer les organisations qui promeuvent le boycott de l’État d’Israël.

Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, s’exprime lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 13 septembre 2018. (Roy Alima/Flash90)
Le rapport indique que le financement de « causes apparemment légitimes permet aux ONG promotrices du BDS de canaliser d’autres fonds pour promouvoir la délégitimation et le boycott de l’État d’Israël ».
Le fait que l’UE finance des groupes qui soutiennent le BDS, même si l’argent est destiné à d’autres fins, donne à ces organisations une « légitimité accrue », ce qui, à son tour, les aide à obtenir des subventions pour des activités anti-israéliennes, selon le rapport.
Dans le rapport, Israël a exhorté l’UE à « mettre immédiatement en œuvre » certaines recommandations, notamment en stipulant que tout financement futur des ONG serait « subordonné à un engagement de ne pas promouvoir » les boycotts d’Israël.
Il a également appelé l’UE à cesser de financer les ONG « ayant des liens avec des organisations terroristes ».
Le rapport du ministère cite également un rapport de décembre 2018 de la Cour des comptes européenne (CCE), l’organe d’audit financier de l’UE, qui a exhorté l’union à être plus transparente quant à son financement des ONG.
« La CCE a averti que l’Union européenne manque d’information et de transparence sur la manière dont ces fonds ont été distribués ou dépensés », a déclaré le ministre Erdan dans un communiqué.
En réponse aux accusations du ministère, un porte-parole de la délégation de l’UE en Israël a noté que le rapport de la CCE estimait que la sélection par l’UE de projets menés par des ONG « était généralement transparente » et conforme aux normes internationales de transparence.
« Nous soulignons que l’audit a passé en revue la coopération de l’UE à travers le monde et n’a pas fait de constatations spécifiques concernant le financement des ONG israéliennes ou palestiniennes », a déclaré le porte-parole au Times of Israel, mercredi.
L’UE dispose de « règles très strictes pour filtrer et contrôler les bénéficiaires des fonds de l’UE », a poursuivi le porte-parole, qui s’est engagé à enquêter sérieusement sur toute allégation d’abus si elle est présentée avec des preuves concrètes.
L’opposition de Bruxelles au mouvement BDS n’a pas changé, a ajouté le porte-parole.
« Tout en maintenant sa politique de distinction claire entre le territoire de l’Etat d’Israël et les territoires qu’il occupe depuis 1967, l’UE rejette toute tentative d’isolement d’Israël et ne soutient pas les appels au boycott », a-t-elle affirmée.
« L’UE ne finance pas d’actions liées à des activités de boycott. Dans le même temps, l’UE est fermement résolue à protéger la liberté d’expression et la liberté d’association conformément à la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne ».
Sur son fil Twitter, la mission de l’UE à Ramat Gan a écrit que les individus ou les groupes « liés au mouvement BDS » ne sont pas nécessairement impliqués dans l’incitation à commettre des actes illégaux et ne sont pas automatiquement inadmissibles au financement de l’UE.
L’UE « reste ferme dans la protection de la liberté d’expression même si certaines idées peuvent offenser ou déranger certaines personnes », a ajouté la mission sur Twitter : « Toute action ayant pour effet de fermer l’espace aux organisations de la société civile doit être évitée. »
Tout l’engagement de l’UE vis-à-vis du conflit israélo-palestinien « sert l’objectif politique clé de l’UE d’une solution pacifique en faisant progresser et, à terme, en réalisant une solution viable à deux États ».
SOURCE :
https://fr.timesofisrael.com/jerusalem-accuse-a-nouveau-lue-de-donner-des-millions-aux-ong-anti-israeliennes/

happywheels

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here