La source de cet article se trouve sur ce site

By  | 

Ahmet Ogras, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), regrette que le président de la République ne se rende pas au repas de rupture du jeûne du ramadan ce mardi, contrairement à l’an passé.
Absence du président de la République, pas d’allocution du Premier ministre… Ahmet Ogras, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), regrette le peu d’enthousiasme des sommets de l’Etat pour son repas annuel de rupture du jeûne du ramadan, l’iftar, qui a lieu ce mardi soir, à 22 heures, au Pavillon Dauphine à Paris (XVIe). « Le Premier ministre nous avait confirmé sa présence pour y faire un discours. Mais finalement, c’est son ministre de l’Intérieur qui va s’exprimer », nous a confié Ahmed Ogras ce mardi matin.
Selon lui, le chef du gouvernement devrait tout de même passer en fin de soirée, « vers 23h15 », « pour prendre le thé ». Matignon confirme sa venue mais pas l’horaire. « Il est pris par l’agenda à l’heure du dîner mais il y passera », assure son cabinet.
Le responsable du CFCM, institution critiquée pour son manque de représentativité « regrette » également qu’Emmanuel Macron ait décliné son invitation, alors que ce dernier l’avait acceptée l’année dernière. Le locataire de l’Elysée était alors le premier chef de l’Etat à participer à cet iftar depuis une décennie. « Il représente la France, c’est lui le big boss ! Cette absence est perçue par la communauté musulmane comme un boycott. Elle veut être respectée et reconnue comme un enfant de la République », martèle-t-il.
Lui explique cette non-venue par « un agenda politique » du locataire de l’Elysée incompatible avec l’événement, Emmanuel Macron n’ayant aucune annonce à faire à ce jour sur ce sujet très sensible qu’il pilote directement. En février, dans les colonnes du Journal du Dimanche, il annonçait : « C’est durant ce premier semestre 2018 que je souhaite poser les jalons de toute l’organisation de l’islam de France ». Sa prise de parole sur ce chantier devrait être repoussée à l’automne.
« Il s’est auto-piégé en croyant que le sujet était facile », juge Ahmed Ogras. Depuis plusieurs mois, le chef de l’Etat consulte des intellectuels et des universitaires ainsi que des représentants de toutes les religions. A l’ordre du jour, la formation des imams, le financement des lieux de culte… « Mais il ne nous a toujours pas reçus, nous attendons de le rencontrer », répète le président du CFCM.
Source :
http://www.leparisien.fr/societe/rupture-du-jeune-du-ramadan-l-absence-de-macron-percue-comme-un-boycott-par-les-musulmans-12-06-2018-7768023.php

happywheels

1 COMMENTAIRE

  1. La gueule du boubakeur bouffie aux loukoums, en attendant l’Emmanuel Macroud
    il aurait du mettre une jellaba, à défaut de zélabias

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here