La source de cet article se trouve sur ce site

Islamistes radicaux et Frères musulmans investissent massivement la manifestation « Le 10 novembre, à Paris, nous dirons STOP à l’islamophobie ! » organisée par une cinquantaine de personnalités et d’organisations politiques, syndicales et musulmanes.

Par Antoine Peillon,
BENJAMIN MENGELLE/HANS LUCAS/AFP
« Le plus important, depuis le début de la semaine, c’est l’appel de Musulmans de France (ex-Union des organisations islamiques de France/UOIF), lundi 4 novembre, ’’à participer à la manifestation qui se déroulera le dimanche 10 novembre 2019 à Paris’’ », affirme Mohamed Louizi, ingénieur et ancien cadre au sein des Frères musulmans (1).

« Si cette organisation islamiste a un peu tardé à se joindre à l’appel lancé par d’autres le 1er novembre, c’est certainement pour des raisons tactiques, afin de ne pas effaroucher les premiers signataires. Car il est connu de tous, aujourd’hui, qu’elle est la vitrine de la confrérie des Frères musulmans, en France. Ce qui est malheureusement moins connu, c’est la stratégie de conquête politique de cette confrérie, le ’’tamkin’’, c’est-à-dire l’islamisation de toute la société » (2), précise-t-il.
Fait significatif, à propos d’une démarche tactique de l’ex-UOIF, l’« organisation d’un rassemblement majeur contre l’islamophobie, réunissant toutes les bonnes volontés » est le treizième point du « plan de lutte » porté par les Musulmans de France (3), dès l’aube du 1er novembre.
Problèmes
D’autres signaux permettent de déceler l’engagement de l’islamisme, parfois radical, dans la manifestation « Nous dirons STOP à l’islamophobie ! » du 10 novembre. Ainsi, une source policière note le relais de l’Appel à cet événement par plusieurs imams lyonnais, très investis dans l’UOIF. Mohamed Louizi relève, lui, les mêmes attitudes chez l’imam francilien Noureddine Aoussat, « frériste » reconnu ou chez l’imam nordiste Abdelmonaim Boussenna (Roubaix), très proche, longtemps, de Tariq Ramadan, et dont les profils YouTube et Facebook comptent des centaines de milliers d’abonnés.
Scrutant la liste des signataires de l’appel à manifester « contre l’islamophobie », Mohamed Louizi estime que « plusieurs d’entre eux posent problème ». Ainsi, la « Plateforme L.E.S. Musulmans », un « réseau collaboratif » qui entend exprimer l’opinion des « bases musulmanes », a été fondée par Marwan Muhammad, un « proche des Frères musulmans » qui fut aussi porte-parole et directeur exécutif du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). Cette plateforme activiste vient d’ailleurs de lancer une Union des imams qui inquiète certains observateurs. Ses adhérents pourront être de toutes sensibilités et tous courants de pensée, y compris salafistes.
Islamisme politique
Plus largement, poursuit Mohamed Louizi, « tous les initiateurs de cette manifestation dénoncent, depuis le début, la loi du 15 mars 2004 qui interdit de porter à l’école les signes manifestant ostensiblement son appartenance à une religion… » A ce propos, une phrase de la tribune publiée par Libération, le 1er novembre, a particulièrement attiré l’attention : « Depuis des années, les actes qui visent (les musulmans) s’intensifient : qu’il s’agisse de discriminations (…) ou de lois liberticides… »

La plateforme « L.E.S. musulmans » lance une Union des imams

À propos du CCIF, un des principaux « initiateurs » de la manifestation de dimanche, une source experte ajoute que ce collectif est complètement au service d’un islamisme particulièrement politique : « Cette organisation prône un islam identitaire et politique. C’est elle qui a imposé partout le terme ’’islamophobie’’. Ses dirigeants et principaux cadres sont tous des Frères musulmans pur-sang. Le collectif a été fondé avec le soutien de la confrérie. En juin dernier, il a perdu son procès en diffamation mené contre la journaliste Isabelle Kersimon (Le Figaro) qui avait dénoncé ces faits. » Mohamed Louizi apporte une précision à cette analyse : « Le CCIF a été fondé et présidé par Samy Debah, main dans la main avec Marwan Muhammad. Sa candidature aux élections législatives de 2017, à Sarcelles (Val-d’Oise), a signé son engagement dans l’islam politique inspiré par les Frères musulmans. »
(1) Auteur, entre autres, de Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans (Michalon, 2016) et de Libérer l’islam de l’islamisme (Fondapol, 2018), il tient à jour un blog (http://mohamedlouizi.eu), « Écrire sans censures » (260 articles), consulté par plus d’un million de personnes.
(2) Le tamkin, projet stratégique des Frères musulmans, Cogito, 12 juin 2016 : https://youtu.be/GPEfWY8bBIg
(3) https://lesmusulmans.fr/plan-lutte-islamophobie

SOURCE:
https://www.la-croix.com/France/Politique/ombre-islamiste-plane-marche-contre-lislamophobie-2019-11-07-1201059144

happywheels

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here