La source de cet article se trouve sur ce site


Voici un rappel des dates-clés de l’Etat d’Israël depuis sa création le 14 mai 1948 jusqu’à aujourd’hui…….détails…….



– Naissance et guerres –

Le 14 mai 1948, trois ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’extermination de plus de six millions de juifs par les nazis, David Ben Gourion proclame l’Etat d’Israël sur une partie de la Palestine, sous mandat britannique depuis 1920.
Dès le lendemain, les armées arabes entrent en guerre contre le nouvel Etat qui remporte une écrasante victoire en 1949.
Plus de 760.000 arabes choisissent l’exode par l’avancée des forces juives.
Le 29 octobre 1956, trois mois après la nationalisation du canal de Suez par l’Egypte, Israël lance ses blindés et son aviation à l’assaut du Sinaï et parvient au canal de Suez. 
Le 31 octobre, Paris et Londres bombardent l’Egypte. Sous la pression de l’ONU, des Etats-Unis puis de l’URSS, Israël se retire du Sinaï.
Le 5 juin 1967, Israël déclenche la guerre dite des « Six-jours » contre l’Egypte, la Syrie et la Jordanie, s’emparant de Jérusalem-Est, de la Judée Samarie, de la bande de Gaza, du plateau syrien du Golan et du Sinaï égyptien.
Le 6 octobre 1973, l’Egypte et la Syrie attaquent Israël dans le Sinaï et sur le Golan. 
Après de graves revers, l’armée israélienne reprend le dessus au prix de pertes sévères. La chef du gouvernement Golda Meïr démissionne en 1974.

– Traités de paix –

En septembre 1978, le président égyptien Anouar al-Sadate et le Premier ministre israélien Menahem Begin concluent les accords de Camp David, qui préfigurent la signature, le 26 mars 1979, du premier traité de paix israélo-arabe.
La Jordanie signera un accord de paix avec Israël en 1994.

– Invasion du Liban –

Le 6 juin 1982, les troupes israéliennes envahissent le Liban et assiègent Beyrouth. L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) de Yasser Arafat doit quitter le pays. 
En septembre, des massacres sont perpétrés dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila à Beyrouth par des miliciens chrétiens libanais pro-israéliens.
Les troupes israéliennes occupent le Sud jusqu’en 2000.
Après l’enlèvement de soldats israéliens par le Hezbollah en 2006, Israël lance une offensive dévastatrice au Liban.

– Intifadas et accords d’Oslo –

En décembre 1987, les Palestiniens en Judée Samarie et à Gaza déclenchent la « guerre des pierres », la première Intifada (soulèvement) contre l’occupation israélienne.
Le 13 septembre 1993, Israël et l’OLP signent à Washington les accords d’Oslo sur l’autonomie palestinienne, scellés par une poignée de main historique entre Yasser Arafat et le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin (assassiné en 1995).
Après l’échec des négociations israélo-palestiniennes à Camp David et la visite controversée en septembre 2000 d’Ariel Sharon, alors chef de l’opposition de droite, sur le mont du Temple (esplanade des Mosquées pour les musulmans) à Jérusalem, la seconde Intifada est déclenchée.
L’armée israélienne réoccupe les principales villes de Judée Samarie, puis lance en mars 2002 la plus vaste offensive en Judée Samarie depuis 1967. Israël commence à élever un mur de séparation avec la Judée Samarie pour empêcher les attaques terroristes palestiniennes.
En septembre 2005, Israël se retire unilatéralement de la bande de Gaza, à laquelle il impose un blocus après la prise de contrôle de l’enclave palestinienne par le mouvement terroriste islamiste Hamas en 2007.

– Guerres à Gaza –

Du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009, Israël lance une vaste offensive aérienne puis terrestre pour mettre fin aux tirs de roquettes venant de Gaza (opération « Plomb durci »): 1.440 Palestiniens et 13 Israéliens tués.
Le 14 novembre 2012, l’armée israélienne mène l’opération « Pilier de défense », avec l’assassinat ciblé du chef militaire du Hamas, Ahmed Jaabari. En huit jours de frappes, 174 Palestiniens meurent. Six Israéliens, dont quatre civils, sont tués.
Le 8 juillet 2014, Israël lance l’opération « Bordure protectrice » dans le but de faire cesser les tirs de roquette et détruire les tunnels creusés depuis l’enclave palestinienne. 2.251 morts côté palestinien et 74 morts côté israélien.

– Soutien de Trump –

En mars 2015, Benjamin Netanyahu, à la tête du gouvernement depuis 2009, triomphe aux législatives et forme le gouvernement considéré comme le plus à droite de l’histoire du pays.
Le 6 décembre 2017, le président américain Donald Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël, déclenchant la colère des Palestiniens et la réprobation de la communauté internationale.
Le 14 mai 2018, jour du 70e anniversaire de la création d’Israël, les Etats-Unis transfèrent à Jérusalem leur ambassade.
Le 25 mars 2019, Donald Trump signe, en présence de M. Netanyahu, le décret reconnaissant officiellement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan.

Cette chronologie ne rappelle pas les dizaines de milliers de victimes israéliennes tombées lors des attaques terroristes lancées par les groupuscules palestiniens OLP, FPLP, Fatah, Djihad Islamique et Hamas…..

Source La Libre et Koide9enisrael (Mais épuré de la propagande pro-palestinienne…)

Vous nous aimez, prouvez-le….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here