La source de cet article se trouve sur ce site


Excellente nouvelle judiciaire: enfin Soral a été condamné ce lundi 15 avril, à un an de prison ferme assorti d’un mandat d’arrêt pour négationnisme, c’est à dire pour contestation de l’existence de la Shoah. Le négationnisme constitue une violence permanente infligée aux rescapés et aux proche s de ceux et celles qui ont été massacré.e.s……..Détails……….


La justice passe enfin à la vitesse supérieure contre Soral : il est pour la première fois visé par un mandat d’arrêt délivré lundi 15 avril à l’issue de sa condamnation à Paris à un an de prison ferme pour négationnisme.
En vertu de ce mandat d’arrêt, Soral, , peut donc être interpellé très prochainement et conduit en détention.
Il a été reconnu coupable de contestation de l’existence de la Shoah, pour avoir publié sur son site des conclusions de son avocat dans une autre affaire.
Ce dernier, Damien Viguier, également conférencier pour Soral,  a été condamné à 5.000 euros d’amende pour complicité de ce délit, en raison du contenu de ces conclusions.
Le tribunal est allé au-delà des réquisitions du parquet. Lors de l’audience le 5 mars, l’accusation avait demandé six mois ferme contre lui, et 15.000 euros d’amende contre son avocat.

Vous nous aimez, prouvez-le….



Aux sources de ce dossier se trouve une autre affaire : en 2016, le site d’Alain Soral avait publié un dessin représentant, sur une fausse Une titrée de manière insultante en yiddish « Chutzpah Hebdo » ( Insolence juive) , le visage de Charlie Chaplin devant l’étoile de David, avec dans une bulle la question « Shoah où t’es ? », référence à la Une polémique de « Charlie Hebdo » après les attentats de Bruxelles, « Papa où t’es ? ».
Pour cette publication jugée négationniste, Soral est définitivement condamné à 10.000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, depuis le rejet de son pourvoi en cassation le mois dernier.
En novembre 2017, « Egalité et réconciliation » avait ensuite publié les conclusions de son avocat Damien Viguier dans cette affaire. Le texte évoquait notamment une chaussure et une perruque représentées sur le dessin condamné de « Chutzpah Hebdo ».
« Chaussure et cheveux font référence aux lieux de mémoire organisés comme des lieux de pèlerinage. 
On y met en scène des amoncellements de ces objets, afin de frapper les imaginations », avait notamment écrit l’avocat. 
« La coupe des cheveux se pratique dans tous les lieux de concentration et s’explique par l’hygiène », écrivait-il encore, renvoyant vers les écrits du négationniste Robert Faurisson qui a été mis en vedette par son acolyte Dieudonné.
Source Mediapart

Vous nous aimez, prouvez-le….
Suivez-nous sur FaceBook ici:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here