La source de cet article se trouve sur ce site


Stéphane Nivet, communicant de la Licra et proche du Printemps républicain, aurait conseillé sur Twitter à Taha Bouhafs, qui cherchait un logement, de faire appel à «Jawad». Depuis, les membres du mouvement laïc et le militant s’apostrophent…….Détails……..



Le 10 mars, Taha Bouhafs a fait savoir sur Twitter qu’il avait modérément apprécié la pique que lui aurait lancée Stéphane Nivet, directeur de communication de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra). 
Alors que le militant de La France Insoumise (LFI), en recherche de logement, avait lancé un appel sur Twitter en décembre 2018 pour louer un studio, le membre de la Licra lui aurait en effet conseillé de faire appel au célèbre logeur de terroristes du Bataclan, Jawad Bendaoud. 
«Un certain Jawad habitant à Saint-Denis a une solution à vous proposer», aurait ironisé Stéphane Nivet.
«Donc Stéphane Nivet, le directeur de la communication de la Licra qui se trouve aussi être membre du Printemps républicain, trouve pertinent d’assimiler les Arabes à des terroristes. 
C’est sensé être une association antiraciste. Je suis scandalisé. Des sanctions doivent être prises», s’est plaint celui qui avait filmé les violences d’Alexandre Benalla à Paris le 1er mai.
La polémique a ensuite enflé sur Twitter, Taha Bouhafs ne cessant de tweeter son indignation, en menaçant l’association, qui n’a pas répondu dans l’immédiat : «Eh la Licra, je vous le dis direct vous avez intérêt à répondre, car là vous êtes tous allés trop loin, je ne laisserai pas passer. Vous pensez que votre directeur de com Stéphane Nivet peut me traiter de terroriste comme ça sans aucune conséquence ?»
Un certain Jawad habitant à Saint-Denis a une solution à vous proposer
Taha Bouhafs s’est attiré plusieurs soutiens sur Twitter, dont celui de Madjid Messaoudene, élu de Seine Saint-Denis. 
Les membres du Printemps républicain, mouvement politique visant à défendre la laïcité, et dont Stéphane Nivet se présentait sur Twitter comme le référent à Lyon, ont été prompts à réagir.
Amine El-Khatmi, son président, a traité Taha Bouhafs de «petit roquet insoumis et mythomane professionnel». Laurent Bouvet, son co-fondateur, a qualifié Taha Bouhafs de «militant professionnel de l’indigénisme».
Les affrontements rhétoriques entre la Licra et Taha Bouhafs avaient débuté le 18 février, lorsque Benoît Hamon, ancien candidat du parti socialiste à la présidentielle, avait établi sur Twitter que le «sale sioniste» lancé à Alain Finkielkraut lors d’une manifestation de Gilet jaune signifiait en réalité «sale Juif». 
Taha Bouhafs avait alors répliqué que le politique n’«avait pas envie d’être privé de petits fours» au dîner du CRIF. La Licra y avait vu une allusion aux fours crématoires des camps nazis.
Source Francais RT

Vous nous aimez, prouvez-le….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here