La source de cet article se trouve sur ce site

Plus de 90 000 israéliens se sont rassemblés samedi soir sur la place Rabin à Tel Aviv pour soutenir la communauté druze et protester contre la loi sur « l’Etat-nation du peuple juif ». De nombreuses personnalités étaient présentes parmi lesquelles le chef spirituel de la communauté druze Sheikh Mowafak Tarif qui a déclaré: « Personne ne peut nous apprendre ce qu’est le sacrifice » mais aussi des vétérans de l’armée comme le Général de division Amal Asad, ancien haut responsable de la défense, l’ancien chef d’Etat Major de Tsahal Gabi Ashkenazi, des anciens directeurs du Mossad, Tamir Pardo et Efraim HaLevy, et l’ancien directeur du Shin Bet, Yuval Diskin, Le député Yair Lapid et l’ancien ministre Matan Vilnai avaient également pris part au rassemblement.

Les Druzes israéliens  a la manifestation  pour protester contre la «loi sur l’Etat-nation juif» sur la place Rabin, à Tel Aviv, le 4 août 2018. Photo de Gili Yaari / FLASH90

Tous avaient soutenu la communauté druze du pays dans un courrier rendu public dans la journée de vendredi pour protester contre loi récemment adoptée en Israël et qui a redéfini en quelque sorte l’Etat juif comme « L’état-nation du peuple juif.

« Nos chères frères et sœurs, vous êtes une partie inséparable de ce pays, de ses réussites et inséparable de nous. Personne ne peut vous prendre cela….. c’est un grand privilège de vous avoir parmi nous» exprime en substance ce courrier.

Pour ne rien rater de l’actualité en Israël et recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

La loi, adoptée le 19 juillet par le Parlement israélien  déclare que l’établissement de « localités juives relève de l’intérêt national » et confère aux Juifs le droit « unique » à l’autodétermination en Israël. Cette loi fait partie des lois fondamentales qui font office de Constitution en Israël.

Même si en pratique, rien ne change par rapport a la declaration de l’Etat Juif de 1948, il n’empêche que pour les minorités dont les druzes, cette loi  est anti-démocratique et ne confère la pleine citoyenneté qu’aux juif.

« Le but de la manif d’hier soir à Tel Aviv était  de revendiquer  l’importance de préserver le caractère  démocratique de l’Etat d’Israël pour tous ses citoyens » ont déclaré les participants.

« Malgré notre loyauté illimitée envers l’Etat, cette loi ne nous considère plus comme des citoyens égaux« , a affirmé le chef spirituel de la communauté druze, cheikh Mouafak Tarif avant d’ajouter dans son discours devant les manifestants: « Nul ne peut nous donner des leçons de loyauté, les cimetières militaires témoignent en notre faveur. Malgré notre absolue loyauté, l’État ne nous considère plus comme des égaux ».

Les Druzes sont des Arabes non musulmans dont la plus part sont installés au Liban, en Irak et en Syrie. En Israël, ils sont autour de 120 000, soit moins de 2% de la population. Contrairement aux  arabes musulmans, qui sont exemptés de service militaire, les druzes effectuent leur service et sont largement actifs dans le système de gouvernance et dans les médias, certains s’élevant à de hautes fonctions politiques ou militaires.

Lors de la réunion du cabinet de sécurité de ce dimanche matin, Le Premier ministre Benjamin Netanyahou est revenu sur la loi sur la nationalité en stipulant que celle-ci ne porterait pas atteinte aux droits civils d’aucun citoyen israélien. Netanyahou a tout de même promis de renforcer le lien entre l’Etat d’Israël et la communauté druze. « Les lois de l’Etat ne consacrent dans la loi fondamentale que des droits individuels, sans équilibre constitutionnel pour notre caractère national« , a expliqué Netanyahou au début de la réunion hebdomadaire du cabinet. « Nous avons adopté la loi sur la nationalité pour veiller à ce que l’Etat d’Israël ne soit pas seulement démocratique, mais aussi l’Etat-nation du peuple juif , le seul état dont les juifs disposent« .

En outre, le Premier ministre a confirmé que la loi était nécessaire « non seulement pour notre génération, mais pour les générations à venir. Sans la loi sur la nationalité, nous ne pouvons garantir l’avenir d’Israël en tant qu’Etat-nation juif« a t-il conclu.

Il y a environ dix jours,  trois députés druzes israéliens ont saisi la Haute Cour de justice contre la loi sur l’État-Nation (appelée aussi loi sur la nationalité), dénonçant une loi discriminante à l’égard des minorités en Israël dont la minorité druze.

Tel-Avivre –

Print Friendly

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here