La source de cet article se trouve sur ce site

La police israélienne a annoncé dimanche avoir assez de preuves en sa possession pour inculper le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et sa femme Sarah, pour corruption, fraude et  abus de confiance dans l’affaire 4000 après avoir déjà recommandé l’inculpation du chef du gouvernement israélienne dans deux autres affaires de corruption. Le Premier ministre a rejeté dimanche les conclusions de la police. C’est la troisième affaire de corruption dans laquelle la police israélienne recommande l’inculpation du Premier ministre israélien. « Je suis sûr que dans ce cas, les autorités compétentes, après avoir examiné la question, parviendront à la même conclusion: qu’il n’y avait rien parce qu’il n’y a rien », a indiqué le Premier ministre dans un communiqué.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, dirige la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre Netanyahu à Jérusalem. 2 décembre 2018. Photo de Marc Israel Sellem / POOL

Dans cette affaire 4000, la dernière en date, Benjamin Netanyahou a été interrogé au moins une dizaine de fois par les enquêteurs de la police qui cherchent à savoir si le couple Netanyahou a bénéficié d’une couverture média favorable de la part de Walla!, site d’information et propriété de Shaul Elovitch également propriétaire de Bezeq, le groupe de télécommunications le plus puissant d’Israël et de Yes  en contrepartie de faveurs du gouvernement à Bezeq ( qui se chiffreraient en centaines de millions de dollars). La police a déjà arrêté et remis en liberté huit personnes en février dernier dans cette affaire 4000, dont Shaul Elovitch, cité plus haut  et Shlomo Filber, le Directeur Général du ministère des Communications et proche collaborateur de Benjamin Netanyahou, qui a signé le 21 février dernier un accord pour témoigner contre le Premier ministre dans cette enquête 4000. Mais ce n’est pas le seul, Nir Hefetz, ex conseiller du Premier ministre pour les médias de 2014 à 2017 a, lui aussi, après sa garde à vue,   conclu un accord avec les enquêteurs de l’affaire  pour devenir témoin d’Etat. Outre le fait que Nir Hefetz ai déclaré à la police que Netanyahou était sans cesse influencé par sa femme et son fils, celui-ci a également fourni des enregistrements et SMS à la police qui prouveraient que le couple Netanyahou l’a mandaté pour rencontrer  Elovitch et sa femme en décembre 2016.

Bref, ce matin Benjamin Netanyahou a proclamé une fois de plus son innocence sur tous les fronts, et a dénoncé comme les autres fois, une « chasse aux sorcières » de la part des médias et de la police.

Rappelons que ce n’est pas la première fois ni même la deuxième que la police recommande l’inculpation du premier ministre. Le 13 février dernier, la police avait recommandé que Benjamin Netanyahou soit inculpé dans deux affaires (1000 et 2000), mais le procureur général n’a toujours pas décidé de le poursuivre. Dans la première, baptisée Affaire 1000, il est reproché à Netanyahou d’avoir reçu des cadeaux pour une valeur estimée par les enquêteurs de près de 300.000 dollars de la part de riches hommes d’affaires. La seconde affaire, baptisée Affaire 2000, porte sur des soupcons, similaires à l’affaire 4000 (d’avoir bénéficier d’une couverture journalistique favorable de la part du Yediot Haararonot, principal quotidien israélien en échange de mesures pour réduire la diffusion d’Israel Hayom, l’un de ses concurrents).

Rappelons aussi qu’au cours de son premier mandat dans les années 90,Netanyahou avait deja été soupçonné de corruption et avait échappé à des accusations formelles. Puis il avait fait un retour en force en 2009 à la tête du gouvernement.

Le procureur général doit donc maintenant décider s’il inculpe ou pas le couple Netanyahou dans cette affaire 4000 mais on risque d’attendre encore longtemps…

Tel-Avivre –

Print Friendly

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here