La source de cet article se trouve sur ce site

Dimanche dernier, une élue municipale de Johannesburg, Mpho Phalatse, a prononcé un court discours lors d’une réunion d’une association des Amis d’Israël au cours duquel elle a lancé: « je voudrais déclarer que je suis une amie d’Israël et que la ville de Johannesburg est une amie d’Israël », un témoignage de sympathie accueilli par les applaudissements de son auditoire mais pas par le maire de la ville qui l’a tout simplement suspendue…

Capture vidéo

Et pourtant, le maire de Johannesburg Herman Mashaba et sa conseillère Mpho Phalatse sont tous deux membres du même parti: l’Alliance démocratique (DA), principale formation d’opposition en Afrique du Sud. Mais lorsqu’il s’agit d’Israël, l’improbable arrive souvent. L’Alliance démocratique a expliqué dans un communiqué   « défendre la solution de deux Etats au Moyen-Orient, dans la lignée de la résolution de 1947 des Nations unies » et le maire a réagit en disant: »C’est pour cette raison que j’ai pris la décision, en tant que maire de Johannesburg, de suspendre Mpho Phalatse, le temps qu’une enquête se penche sur le contexte de sa remarque ». De quelle enquête peut-il s’agir, alors que cette élue n’a jamais exprimé une opinion contraire au communiqué de son parti. Quand bien même, de quoi peut-on l’accuser?

Mi-mai, l’Afrique du Sud avait rappelé son ambassadeur en Israël après la mort d’une cinquantaine de personnes à Gaza lors de manifestations contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Print Friendly

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.