La source de cet article se trouve sur ce site

Alors qu’elle faisait escale à Moscou sur un vol en provenance de New-Delhi et à destination de Tel-Aviv, une jeune touriste israélienne de 25 ans, a été arrêtée en avril dernier à l’aéroport de Moscou avec moins de dix grammes de cannabis dans son sac. La jeune Naama Issachar qui a reconnu que le canabis était destinée à son usage personne est depuis six mois en prison à Moscou. Vendredi, un tribunal russe l’a injustement condamnée à sept ans et demi de prison pour trafic de drogue.

La raison ?

La Russie veut l’échanger avec un hacker russe détenu en Israël et dont les Etats Unis ont demandé son extradition. La diplomatie israélienne a tenté à plusieurs reprises d’aider sa jeune ressortissante mais le sort de la jeune Naama  est compromis car Israël se trouve entre le marteau russe et l’enclume américaine..

Naama Issachar crédit Facebook

Un nouvel enregistrement téléphonique entre Naama et une de ses amies avant son arrestation par les autorités russes a été rendu public samedi.

On peut  entendre Naama parler au téléphone avec son amie et lui dire: « Écoute, apparemment j’ai plus de problèmes que prévu. Je ne comprends pas, on se croirait dans un film….« . L’enregistrement se termine par ces mots: « Je suis perdu. Police, ils me prennent.« 

Retour sur l’affaire

Le 9 avril dernier, lors de son transit dans un aéroport de Moscou avec neuf grammes de cannabis dans son sac, Naama Issachar, une touriste israélienne de 25 ans, a été arrêtée. Elle n’a pas nié que les quelques grammes de marijuana étaient destinée à sa consommation personnelle et a expliqué qu’elle n’était pas un trafiquant de drogue puisqu’étant dans une zone de transit, elle ne franchissait pas la frontière russe.

Jugée vendredi par le tribunal de Khimki, près de Moscou, Naama Issachar a été reconnue coupable de trafic et détention illégale de drogue et condamnée à sept ans et demi de prison.

Une aberration juridique d’autant plus scandaleuse que la chaîne russe RT, financée par le Kremlin, a été la première à expliquer que la jeune femme était prise en otage par la justice russe pour libérer de prison le hacker russe,  Alexei Burkov, détenu par Israël depuis 2016. Un haut responsable de l’Etat hébreu a déclaré vendredi aux médias israéliens que la Russie avait proposé plusieurs fois ces derniers mois de libérer Naama Issachar si Israël acceptait de libérer Aleksey Burkov.

Aux États-Unis,  Burkov est recherché pour une affaire d’escroquerie à la carte de crédit. Le pirate informatique arrêté en 2016 en Israël,  est accusé d’avoir volé 20 millions de dollars à des citoyens américains. Et depuis son arrestation par Interpol en Israël, les américains demandent son extradition.

Alors que la procédure d’extradition vers les Etats Unis est en cours (la Haute Cour de Justice israelienne vient de l’autoriser), la Russie réclame quant à elle le retour de Burkov dans son pays.

Le cas de Naama Issachar préoccupe l’État israélien au plus haut niveau. Interviewé samedi soir sur Channel 12 News, le ministre des Affaires étrangères Israël Katz  a déclaré: « Il y a des choses qui ne sont pas liées à ce qu’elle a fait…..elle est visiblement devenue victime de quelque chose avec laquelle elle n’est pas liée….« . Évoquant les contacts sur un éventuel accord de libération de la jeune femme en échange de l’extradition d’Alexei Burkov, Katz a déclaré: « Formellement, il n’y a aucun lien entre les deux. Il existe un demande d’extradition et la Cour suprême l’a approuvée « . « Nous continuerons à tirer parti des bonnes relations de Netanyahou avec Poutine. Ces bonnes relations ont été bénéfiques dans de nombreux domaines. Et dans ce cas également, le Premier ministre s’est entretenu à deux reprises avec le président russe. Je m’engage personnellement  à aider et j’ai l’intention d’inviter la famille à une réunion pour que nous puissions trouver le moyen d’agir ensemble. Nous devons nous rappeler que les États-Unis veulent extrader Burkov. Tout le monde comprend que la situation est compliquée « , a ajouté Katz.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a déjà échangé deux fois avec Vladimir Poutine au sujet de Naama Issachar. Les autorités israéliennes assurent que le pays «continue ses efforts pour la libérer et la rendre à sa famille». Mais un communiqué publié par les services du bureau du premier ministre exclut néanmoins tout échange de prisonniers.

Pour les autorités israéliennes, la libération d’Aleksey Burkov n’est pas envisageable. Mais il reste un espoir car Naama Issachar possède aussi la nationalité américaine et son sort pourrait également faire l’objet de tractations seulement bilatérales entre Moscou et Washington.

Tel-Avivre –

Print Friendly

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here