La source de cet article se trouve sur ce site

Du 5 décembre aux municipales. Mercredi 27, jeudi 28 ou vendredi 29 novembre. Les retraites de Russie.

Sur le dossier des retraites comme sur bien d’autres, le gouvernement va devoir reculer, mais en laissant croire qu’il avance en reculant. Question d’optique et de com. De plus , quand on doit reculer, il est préférable que ce ne soit pas dans le désordre et dans la panique. La référence des armées napoléoniennes pendant la campagne de Russie vient naturellement à l’esprit.

Un Premier ministre comme fusible

Emmanuel Macron n’est pas le général Bonaparte – il cite
plus volontiers l’empereur des français- et a des capacités de manœuvre que ce
dernier n’avait pas lors de la déroute militaire en Russie, bien avant le
réchauffement climatique. Il est président de la République et si quelqu’un
doit s’enliser dans une déroute sociale et sociétale, ce ne sera pas lui,  mais son Premier ministre. Un fusible que
Napoléon  n’avait pas.

Cela étant, reculer en ordre de bataille n’est pas aisé, tous les militaires et tous les politologues vous le diront. Edouard Philippe le sait et a prévu en conséquences un jeu de bottes. De préférence des bottes molles, souples, qui s’adaptent au terrain. Il va évidemment jouer avec et de l’exaspération des français qui pourrait monter en puissance au cours des trois prochains mois. Tout en soutenant certaines revendications catégorielles, à commencer par celles des personnels soignants, des enseignants, des juges, des forces de l’ordre , des sapeurs- pompiers de la France périphérique en particulier, ce qui fait beaucoup déjà beaucoup du monde. Si l’on ajoute les retraités maltraités depuis plus de deux ans et les jeunes qui vont devoir payer les additions avec des perspectives de retraites qui peuvent les inquiéter, on arrive aisément aux 2 français sur 3 qu’espéraient VGE.

Reculer jusqu’où ?

Reculer jusqu’où ? Le budget de l’Etat et des comptes
sociaux est-il un puits sans fond ? François Fillon qui sera jugé en
février un mois avant les municipales- un pur hasard de calendrier- se disait
déjà à la tête d’un Etat en faillite. La dette s’est depuis accrue. Mais les
taux sont devenus négatifs et le président de la République a décrété la faillite
…de la règle du 3% du déficit par rapport au PIB. La BCE n’a cessé de créer de
la monnaie sur le modèle des Etats fantoches d’Amérique latine. Et pourtant
l’euro tient. Jusqu’à quand ?

Les gilets jaunes nous ont appris qu’avec la violence on
pouvait obtenir plus que par la négociation syndicale. Message bien reçu.
Certes un peu brouillé par ces casseurs et black blocs venus de nulle
part,  que les forces de police ne
parviennent pas à identifier. Et heureusement à arrêter avant qu’ils n’aient
commis l’irréparable, puisque c’est le fondement de notre état de droit.

Selon le ministre de l’intérieur, les barbares, ce sont les casseurs, pas les terroristes islamistes.

Selon le ministre de l’intérieur, les barbares, ce sont les casseurs,
pas les terroristes islamistes. Il n’y a pas que le gouvernement qui recule. La
pensée aussi.

Et il n’y a pas que le pont qui soit effondré.

Droits d’auteur des photographies 

Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour
localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous
avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez
nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo.

Voici l’adresse e-mail: am@tribunejuive.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here