La source de cet article se trouve sur ce site

Il est des jours comme ça où pour de multiples raisons, je n’ai pas envie de me lever, ni de faire quoi que ce soit. Je culpabilise presque d’exister, alors que l’ordinateur neurophile qui me sert de cerveau a disjoncté, il a bugé, il ne répond plus.

Putain! je ne trouve pas les mots. D’habitude, selon les circonstances, je convoque le cœur ou la raison ou les deux à la fois. Mais eux aussi sont aux abonnés absents.

Que faire ? Que dire ?

Il y a quelques semaines, je te disais que je ne t’aimais plus, suit au vandalisme que tu as subi. C’était peut-être prémonitoire.

Mais là, ma chère, je crois que le bon Dieu exagère pour avoir accepté que tu sois amochée de cette façon.

Qu’à cela ne tienne! je vais faire contre mauvaise fortune bon cœur, en chantant, en te chantant. Non je n’ai pas envie de chialer.

Il faut arrêter de déconner, tu n’es pas morte! Tu es plus vivante que jamais. Les bobos que tu as eus sont réparables avec de la volonté et une certaine vision de l’histoire.

« Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
sous le pont Mirabeau coule la Seine
Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure »
J’ai envie de dire « tu demeures ».

Tu sais

« On t’a chanté sur tous les tons
y a plein d’paroles dans tes chansons
Qui parlent de qui de quoi d’quoi donc
…………….Et tu n’ignores pas aussi que :
Si tu souriais j’aurais ton charme
Si tu pleurais j’aurais tes larmes
Si on t’frappait j’prendrais les armes

Dans tes bois
Y a des petites fleurs
Y a des petites fleurs
Y a des copains au bois de mon cœur
Celui de St Cloud, d’Clamart ou de Vincennes…

Allez ma belle à faire pâlir le soleil (c’est de moi), n’exagérons rien. En tout retard, y a du bien dit en substance un proverbe de chez moi.
Quoiqu’il en soit, je t’aime….à ma façon.

« Ce n’était rien qu’un feu de bois
Mais il m’avait chauffé le corps
et dans mon âme il brûle encore
A la manière d’un feu de joie ».

Oui! promis.
Lors de mon prochain passage, nous irons danser, danser avec tes pavés que l’monde regarde avec ses pieds.
Au caveau de la Huchette.

Tendrement!

Khaled Slougui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here