La source de cet article se trouve sur ce site

Le retrait définitif des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien est incontestablement une victoire diplomatique, politique et stratégique du Premier ministre Nétanyahou.

Depuis deux décennies, il alerte le monde libre contre la politique hégémonique et terroriste de l’Iran et ses intentions d’acquérir l’arme atomique. Depuis 1996, il a mis en priorité le dossier iranien malgré toutes les critiques tous azimuts et cyniques à son égard.

Il a prononcé des discours contre la conduite d’Obama et de Kerry et n’a pas hésité à leur dire les quatre vérités au sein même du Congrès américain. Il a condamné avec force la supercherie et la ruse des Iraniens et surtout le mauvais accord signé le 14 juillet 2015 à Vienne. Durant de nombreuses années, il n’a pu avoir de convergences avec Obama et Clinton, ni sur le dossier iranien et ni sur la question palestinienne.

Depuis un an et demi, ils forment avec le Président Trump un merveilleux tandem. Ils se parlent fréquemment, échangent des avis et coordonnent minutieusement la marche à suivre. Jamais dans l’Histoire des deux pays l’entente a été si satisfaisante sur tous les plans. D’autant plus que le président Trump tient ses promesses contrairement à tous ses prédécesseurs.

Aujourd’hui les efforts diplomatiques portent leurs fruits. Désormais, le « minuscule » Etat d’Israël se range dans le peloton des Grands de la planète. Il n’est plus isolé. On suit sa diplomatie, on admire son économie et ses inventions et on respecte son armée et ses services secrets. Nétanyahou et Rivlin seront reçus avec tous les égards à Washington, à Moscou, à Pékin, à Buenos-Aires ou à New-Delhi.

Le retrait américain de l’accord a brouillé toutes les cartes et a remis en ordre une nouvelle stratégie mondiale. Le lien qu’a fait le président Trump avec la Corée du Nord et ses contacts fructueux avec la Chine prouvent que l’Amérique se retrouve en position de force. Elle revient en effet à sa grandeur et à sa puissance réelle, sur le plan diplomatique, militaire et économique.

Les efforts diplomatiques de Benjamin Nétanyahou portent leurs fruits (ici avec Trump, crédit GPO)

Les Européens se trouvent loin en arrière et perdent tout rôle d’influence. Trump a infligé un véritable camouflet à leur prestige et a donné un coup dur à leurs affaires commerciales. Après le choc, ils devront se réveiller et se ranger du côté américain et non choisir obstinément le camp islamiste des ayatollahs, surtout pour essayer de récupérer des contrats faramineux et éviter le risque qu’ils s’envolent en fumée. Soulignons que depuis l’accord de Vienne, la France a multiplié par trois son excédent commercial avec l’Iran. Il s’agit donc pour elle d’une affaire d’argent et non un souci sécuritaire et stratégique comme le perçoit et le souligne le gouvernement israélien.

Les tentatives désespérées de Macron de sauvegarder l’accord seront probablement vouées à l’échec, et les cris alarmants sur les risques de guerre mondiale sont bien exagérés. Seul un nouveau traité robuste mené et orchestré par Trump en coordination avec Israël pourra écarter les intentions belliqueuses de l’Iran et sortir de la crise actuelle.

Dans ce contexte, le retrait américain aura aussi des conséquences certaines sur l’avenir du régime islamiste et sur la reprise de la contestation populaire. La présence iranienne en Syrie et l’avenir du dossier palestinien sont aussi liés.

Au lendemain d’un raid en Syrie attribué à Israël, Nétanyahou était présent à Moscou pour célébrer avec Poutine le 73ième anniversaire de la victoire de l’Union soviétique sur l’Allemagne nazie. Il a assisté à une impressionnante parade militaire et a écouté l’orchestre de l’armée Rouge entonnant l’Hatikva.

La présence d’un Premier ministre israélien en ce jour, est plus que symbolique puisque Nétanyahou compare souvent la menace de l’Iran à celle de l’Allemagne nazie.

La huitième rencontre de Nétanyahou avec Poutine était cruciale non seulement pour la coordination sécuritaire entre les deux armées, mais aussi sur le danger de l’implantation iranienne dans notre région, renforcée par la victoire électorale du Hezbollah au Liban. Des frappes ponctuelles contre des positions et bases iraniennes et syriennes se poursuivront jusqu’au départ du sol syrien de tous les militaires iraniens et de leurs milices chiites.

Sur le dossier palestinien, l’entente avec le président Trump est totale et Mahmoud Abbas ne pourra plus compter sur le soutien inconditionnel des Européens, puisque l’Europe vient de perdre tout rôle d’influence politique.

L’inauguration de l’ambassade à Jérusalem prouve que c’est bien le tandem Trump-Nétanyahou qui dictera l’ordre du jour sur ce dossier. Un règlement ne se fera plus sous les auspices des Européens mais qu’avec le soutien et la coordination des Saoudiens et des Egyptiens qui ne cachent pas aujourd’hui leur forte satisfaction de la politique israélo-américaine à l’égard de l’Iran.

Enfin, nous ne devons pas négliger les différents dangers qui risquent de nous projeter à contre gré vers une escalade et une nouvelle guerre d’usure. Vigilance, dissuasion, et mesures préventives sont des gages pour mener à bien la nouvelle bataille contre toutes les menaces. Réfléchir à temps et avec sagesse à toutes les alternatives et options pour prévenir justement le pire.

Freddy Eytan

Le CAPE de Jérusalem  jcpa-lecape.org

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur « Faire un don », et d’avance MERCI à vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.