La source de cet article se trouve sur ce site

Bon
Mardi

Quel thème aborder ce matin ?

Il n’y a pas beaucoup de place pour la pensée aujourd’hui. Reste l’émotion, épaisse, palpable, lourde.

Je ne suis pas chrétienne.
Mais je suis française.

Et à ce titre propriétaire du patrimoine culturel français.

Mes parents ne parlaient ni de Rabelais, ni de Lully, ni de Degas, ni de Verlaine, ni de Notre Dame.

Mes parents travaillaient pour me reconstruire un monde enfin respirable où s’épanouir en toute quiétude.

Photo prise le 15 avril 2019/REUTERS/Benoît Tessier

Mais moi, petite française, j’ai été nourrie de cette lumière, je me suis appropriée avec appétit et entrain ce fabuleux patrimoine culturel qui m’a construite au cours de ces années, j’ai bu le lait de l’histoire de France, j’ai dévoré cette manne culturelle, j’ai aimé et transmis cette richesse qui m’a construite , qui m’a formée, qui m’a éduquée.

Et privilège d’entre les privilèges, j’ai toujours habité Paris.

Et chaque traversée, chaque déplacement m’offrait ce féérique cadeau que le destin avait mis sur mon chemin: la Concorde, l’Arc de Triomphe, la Tour Eiffel et la Seine le long de laquelle se dressait avec majesté cet ineffable joyau , fruit de centaine d’années d’efforts et d’histoire, ce symbole de grandeur, de noblesse et de beauté : Notre Dame.

Notre Dame était un peu à moi, je l’avais visitée,adolescente, j’avais lu Victor Hugo, vu la comédie musicale.

Victor a dû se retourner dans sa tombe cette nuit, Napoléon, de Gaulle et le cardinal Lustiger aussi.

Voir la flèche s’écrouler et les flammes avaler cette cathédrale symbole de la France nous a mangé un petit morceau de cœur.

Alors on se dit qu’il n’y a pas eu de victimes, qu’au même moment des hommes et des enfants mouraient, qu’on rebâtira Notre Dame, que la vie est plus forte et que la semaine sainte endeuillée porte déjà en elle les germes de la reconstruction…

On se dit que nos enfants et nos petits-enfants observeront pendant des années le monument défiguré, carbonisé par la faute de..

Mais que si cette reconstruction se conduit pendant des années de paix et de prospérité dans un pays réconcilié avec lui-même, elle cicatrisera la plaie et édulcorera la peine et la sidération qui nous ont saisis hier devant ces images bouleversantes..

Que cette journée signe la consolation de savoir que ces images pathétiques n’ont pas causé de victimes.

Je vous embrasse

Michèle Chabelski

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here