La source de cet article se trouve sur ce site

Triste et révoltant week-end.

Des casseurs d’ultra-gauche complaisamment laissés comme il est désormais de coutume à accomplir leur traditionnelle besogne de saccages, pendant de longues minutes par exemple en s’acharnant sur la statue du Maréchal Juin sous toutes les caméras, sans être particulièrement entravés ni appréhendés en amont. On connaît bien désormais l’utilité de ces nuisibles pour discréditer toutes les révoltes populaires auprès d’une opinion frileuse et manipulable.

La statue du Maréchal Juin

Des gilets jaunes, des journalistes, de nouveau victimes de
violences inqualifiables et injustifiées et qui resteront impunies comme tant
d’autres.

Des pignoufs en jaune qui se disent qu’aller perturber les
commerçants ou les touristes aux Galeries Lafayette à l’approche des Fêtes est
une idée tellement excellente et si merveilleusement révolutionnaire en papier
mâché.

Un débile profond qui simule mieux qu’un footballeur italien
ou que Neymar  quelque violence policière
inexistante en se jetant au sol dans des convulsions imaginaires, discréditant
ainsi scandaleusement toutes celles et ceux qui l’ont subie en vrai, cette
violence, qui ont perdu un oeil, une main, toutes ces gueules cassées de la
République sur lesquelles le pouvoir et certains votants de mai 2019 se sont
assis avec un mépris qui un jour se paiera cher.

Et, cerise sur le gâteau, la révélation au grand jour de ce que tout le monde sentait, tant cela transpirait, suintait : le Préfet Lallemant qui déclare à une passante Gilet Jaune (totalement calme et pacifique) présente Place d’Italie : «Nous ne sommes pas dans le même camp Madame» (comme si on lui demandait son avis) avec sa ridicule dégaine de Chéri j’ai rétréci les gosses et sa casquette géante qu’on croirait chipée au Musée de la Guerre de Gulliver.

Préfet Lallemant

On ignore si ce monsieur est marqué par quelque inconscient
de son signifiant patronymique, pour reprendre l’image lacanienne, mais au
moins avec cette déclaration les choses sont claires : la police obéit
désormais à des ordres partisans ayant pour but de mener la guerre d’un clan contre
une partie supposée de son propre peuple.

Le macronisme fonctionne comme une bombe à fragmentation sociale, ou comme des morceaux de schrapnels…

Anne-Sophie Chazaud, philosophe, est auteur à Causeur, Vu du Droit et Atlantico, entre autres.

Droits d’auteur des photographies. Nous respectons les droits d’auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d’auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d’utiliser cette photo.
Voici l’adresse e-mail: am@tribunejuive.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here