La source de cet article se trouve sur ce site

A nouveau, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se distingue -si l’on peut dire-  par sa haine des Juifs en général et d’Israël en particulier.

Étudiant en URSS, il avait déjà réalisé une thèse dans laquelle il niait la Shoah tout en la reliant au caractère prétendument vénal des victimes juives exterminées. Abbas reconnaissait ainsi par une anomalie de l’esprit et au moyen de l’argumentaire antisémite; l’existence de la Shoah qu’il n’hésitait pas à nier simultanément.

Abbas n’en est pas à une contradiction antisémite près. Cette fois, il commet sa haine devant le conseil national palestinien. Il y indique, entre autres propos nauséeux, l’« attitude sociale » des Juifs face à l’argent -le même argument dont se servent les tueurs antisémites en France-, développe le mythe antisémite des complots relatifs aux Juifs, nie l’Histoire des Hébreux sur leur terre, utilise et dénature les hypothèses ethniques relatives aux Juifs ashkénazes, justifie l’immigration des Juifs en Palestine britannique grâce à des accords financiers conclus  entre les communautés juives et leur bourreau nazi, etc.

A noter, mais ce n’est pas un scoop, l’absence de réaction négative de quelque membre du conseil national palestinien à l’antisémitisme de leur président, ce qui laisse envisager le rapport de leur assemblée à la démocratie et à l’éthique.

Haine récurrente et réitérée des Juifs en général et d’Israël en particulier, identité des arguments antisémites à la haine sempiternelle des Juifs et à la logorrhée nazie, double négationnisme historique à l’égard du sionisme et de la Shoah, tels sont en gros -évitons par commisération le détail- les facettes présentées par celui qui est l’interlocuteur numéro 1 des gouvernement et de l’ administration israéliens

Abbas pourrait se rappeler que les territoires perdus par son peuple l’ont été à la suite des agressions commises contre Israël et que les territoires sur lesquels il exerce son autorité l’on été grâce au traité de paix avec l’Etat hébreu.

La haine antisémite d’Abbas apparaît comme ontologique. Elle aveugle son expertise et trahit les intérêts de son peuple. Elle est inquiétante au regard de son rôle de négociateur et de partenaire avec l’Etat juif. Elle est indispensable à l’analyse des échecs de la paix entre Jérusalem et Ramallah.

Pierre Saba

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur « Faire un don », et d’avance MERCI à vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.