La source de cet article se trouve sur ce site
Embauché par Facebook à 17 ans, Michael Sayman a commencé à coder des applications à l’âge de 13 ans, qui lui ont servi à payer les factures de sa famille. Il travaille maintenant sur un jeu mobile pour Google.

« Le chat est sorti du sac », a tweeté Michael Sayman jeudi. « Le secret a été révélé », voulait dire le jeune Américain par cette expression anglaise. L’agence Bloomberg  a en effet eu vent de l’existence de « Google Arcade », la start-up sur laquelle Google est en train de travailler secrètement, et dont il est le fondateur.

Cette start-up devrait accoucher cet été de sa première application, un jeu mobile à pratiquer « avec des amis », a confirmé un porte-parole de Google. « C’est une expérience qui en est encore à un stade précoce, il n’y a pas beaucoup de détails à partager pour le moment », a-t-il ajouté. Ce projet est né dans l’« Area 120 », l’incubateur interne de Google.

L’appli, qui devrait se présenter sous la forme d’un jeu-quizz, a été pensée comme un réseau social. Les utilisateurs pourront créer un compte grâce à leur numéro de téléphone et jouer avec leurs amis, ou se connecter à d’autres joueurs. La dernière expérience de Google en matière de réseau social, Google Plus, n’a pas réussi à croître dans l’ombre de Facebook.

 Mais avec Michael Sayman aux manettes, ce nouveau projet met toutes les chances de son côté. Le développeur a le même âge que son coeur de cible : 21 ans. Mais surtout, son CV fait de lui un de ces jeunes prodiges que s’arrachent les géants de la Tech.

 Première appli à 13 ans : « Internet a toutes les réponses »

Le voyage qui a mené Michael Sayman jusqu’à la Silicon Valley a commencé par le jeu en ligne « Club Penguin », qu’il a découvert à l’âge de 11 ans. « J’étais tellement obsédé par ce jeu que j’ai fini par créer un blog sur le sujet »,  raconte-t-il sur son compte Facebook.

Pur produit de la génération Internet, le jeune Américain suit attentivement l’audience de son site et se met en tête d’en créer une version mobile pour accroître sa popularité. « J’ai passé des mois à chercher sur Internet comment créer des applications », dit-il. « Je n’ai jamais douté qu’Internet avait toutes les réponses ».

A 12 ans, son premier prototype d’appli était prêt. Mais il n’avait pas les 100 dollars nécessaires pour l’inscrire sur l’Apple Store. Il a dû les demander à sa mère, en lui promettant de travailler dans son restaurant de poulet s’il ne parvenait pas à la rembourser.

Pour lire la suite cliquez ICI

Source lesechos

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur « Faire un don », et d’avance MERCI à vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.