La source de cet article se trouve sur ce site

Mayday, Mayday, je crois que nous avons perdu Nathalie Loiseau…

À la veille des célébrations du 8 mai, la Dame a complètement perdu le sens commun et enclenché le pilotage automatique de son appareil qui pique vers le sol à vive allure.

Illustration : Wikipédia

Ainsi a-t-elle comparé hier à Caen la campagne de LREM pour l’élection européenne avec… le débarquement allié, ne reculant devant aucun délire, aucune honte, aucun ridicule : « Nous sommes à Caen et ça ressemble un peu à un débarquement allié », ajoutant : « Dans vingt jours, ce sera notre D-day ».

Outre le parfait grotesque de la situation (pas un jour sans, désormais), il serait intéressant de filer la métaphore, certes grossière, employée par la Dame : qui sont les ennemis, au juste ? Qui sont les ennemis qui seraient en France, qui occuperaient la France et dont il conviendrait de délivrer le pays ? S’agit-il du peuple français lui-même ? Celui qui se bat depuis des mois ? Celui qui a la lèpre et qui, lui, résiste en vrai à son anéantissement programmé ?
On aimerait bien savoir.

Dans un ultime élan délirant, notons que la Dame bizarre en proie à une profonde confusion mentale a également précisé, toujours dans le même registre historique manifestement obsessionnel, à L’Obs, vouloir opérer un «Blitzkrieg», mais, attention, «un Blitzkrieg positif». Un blitzkrieg positif avec des panzers gentils quoi, un Anschluss inclusif…

Sérieusement, qui sont ces gens ? Qui sont-ce ? Sont-ils plutôt complètement bêtes ou totalement dangereux ou échappés de quelqu’asile inconnu du grand public, ou tout cela ensemble ? Mystère et boule de gomme.

Anne-Sophie Chazaud

1 COMMENTAIRE

  1. Effectivement, il y a dans cette attitude qq chose qui ressemble étrangement à un délire.

    Les vannes de la bêtise sont grand ouvertes. Vivement que le scrutin arrive et qu’on en finisse avec cette mascarade indigne d’un pays comme la FRance

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here