La source de cet article se trouve sur ce site

Sophia Chikirou intervient par contrat une fois par semaine dans l’émission dirigée par Ruth Elkrief « Face à Duhamel ». Elle y exprime les réactions et positions du mouvement politique FI « La France insoumise » dirigé par le député Mélenchon.

Le 4 novembre dernier, au cour de l’échange télévisé, Chikirou a rapproché la présence du « CRIF (conseil représentatif des institutions juives de France) et de la LDJ » (ligue de défense juive ) à la dernière manifestation nationale contre l’antisémitisme. Elle s’est autorisée à qualifiée le CRIF auquel elle a associé la LDJ d’associations « infréquentables ».

La LDJ n’appartient pas au CRIF. L’adjonction réprobative des deux est une grossièreté supplémentaire destinée à présenter le CRIF comme une organisation extrémiste. Les attaques répétées de Chikirou, Mélenchon et de leur FI contre le CRIF tentent de délégitimer l’organisation issue de la Résistance.

Les attaques contre la LDJ contredisent l’idéologie de la FI. Celle ci soutient urbi et orbi la nécessité de lutter contre les institutions républicaines. Elle malmènent, maltraitent et tentent violemment d’interrompre les protocoles judiciaires lancés contre elle dans le cadre d’action pour infractions. Elles appellent à ce que le Droit nomme la « sédition ». Elle justifie son dogme par la nécessité de combattre des institutions de classe. La FI n’en est pas à une contradiction près. Elle fait et dit ce qu’elle reproche à la LDJ. Cette dernière adopte la même position que la FI. Elle la transpose en la nécessité de défendre les personnes juives menacées et qu’elle estime sans protection.

Démêlés judiciaires, provocations, approximations, invectives, irrespect des institutions de la démocratie, sont l’apanage de la FI en général et de Melenchon & Chikirou en particulier. Ces trois n’ont de cesse corollaire de salir la nature et l’action des institutions communautaires, scolaires, culturels des Français juifs. Les comportements hostiles à ces institutions s’agrègent au moment le plus difficile que vivent les Français juifs depuis la Libération ( délits et crimes antisémites ).

SILENCE de RUTH ElKRIEF

Le plus étonnant dans cet incident diffamatoire télévisé en direct est l’absence de réaction de la journaliste Elkrief. La déontologie exige du journaliste responsable du débat la défense et / ou la réserve relative aux personnes morales & physiques attaquées et absentes.

Nul doute que ce silence sera considéré par Chikirou, Melenchon et la FI comme un encouragement à réitérer leurs diffamations.

A moins de suites éventuelles émanant des services déontologiques ou de ceux du CSA (conseil supérieur de l’audiovisuel).

Pierre Saba

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here