La source de cet article se trouve sur ce site

Franz-Olivier Giesbert, écrivain de talent, journaliste de haut niveau, donne chaque semaine dans « Le Point » un éditorial lumineux qui éclaire plein de zones d’ombres.

Dans le numéro 2383 paru le 3 mai 2018, il évoque la désinformation qui ne cesse de faire des progrès et cite comme exemples les contre-vérités qui circulent dans tous les Media sur les conséquences de la mondialisation et du libéralisme, sur les Kurdes et sur Israël.

Nous reproduisons ci-dessous la partie de ce texte concernant la terre juive. Ce n’est pas une novation pour nous. Franz-Olivier Giesbert, FOG, l’a déjà dit sur BFM avec Bourdin. Mais dans les ténèbres des mensonges et de la haine, cette bougie allumée est plus qu’un symbole, c’est l’espoir de voir disparaître les mensonges et la vérité s’imposer.

Comme le disait ce vieux farceur de Mark Twain, « un mensonge peut faire le tour de la terre le temps que la vérité mette ses chaussures ». C’est sans doute pourquoi le mensonge a si souvent l’avantage, qui conduit à raconter l’ Histoire à l’envers. L’un des plus inouïs concerne Israël, qui «  occuperait «  une terre qui, de tout temps, aurait été arabe. Une terre que les juifs auraient volée alors qu’au contraire, ils l’ont habitée majoritairement pendant au moins trois millénaires.

Dans l’Antiquité, la terre juive fut sans cesse envahie, piétinée, martyrisée par les Babyloniens, les Arabes, les croisés, les Ottomans…Pendant les dix derniers siècles, alors qu’elle était devenue quasi désertique, sa population était composée en majorité de juifs avec des chrétiens, assyriens ou arméniens. En quoi est-ce un pays arabe dont la capitale serait Jérusalem, comme le laissent entendre tant de confrères ? Falsification !

L’Histoire est devenue une perte de temps dans notre monde pressé. Observons comme elle est de plus en plus remplacée par un récit magique, totalitaire, qui n’a plus aucun rapport avec la réalité. Arabe, la Palestine ? Le nom de Palestine est un dérivé de Philistin, qui, en hébreu, signifie «  envahisseur ». Il a été donné au pays des juifs par l’empereur Hadrien, qui entendait ainsi les punir de s’être révoltés contre lui. Il à été maintenu jusqu’à la partition de 1948, tamponnée par l’ ONU. Les juifs ayant alors abandonné ce nom pour reprendre celui, originel, d’Israël, il fut récupéré dans les années 1950 par les Arabes, qui ont réussi une sorte de hold-up sémantique en faisant croire qu’ils étaient à eux seuls la Palestine..

Franz- Olivier Giesbert

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur « Faire un don », et d’avance MERCI à vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.