La source de cet article se trouve sur ce site
http://www.tribunejuive.info/wp-content/uploads/2019/02/12835784-89b8-4c31-99f9-5ef1bac0cdc0.mp4

Il s’était dit, au début du mouvement, plus proche des ploucs que des bobos.

Il avait affirmé, sur le plateau de Sonia Mabrouk et devant Patricia Ludosky, que certes lui était privilégié, mais encore bien évidemment capable de comprendre la vie des autres. Se mettre à leur place.

Puis le philosophe, très attentif au mouvement, a été plus réticent. Il finit par s’insurger contre les déchaînements de barbarie et dénonça cette arrogance qui avait changé de camp.

Ça n’est pas ce qui lui a valu aujourd’hui de se faire insulter violemment.

La cause de tout ça, la cause explicite, elle est simple : Il l’est ! Il l’est ! Juif !

Pour avoir voulu goûter à l’air du temps, pour peut-être être malheureusement passé par là, il lui est arrivé la même chose que lorsque cet esprit curieux eut l’idée bizarre d’aller faire un tour chez… Nuit Debout….

Nuit Debout, Nuit Barbare, Nuit Fasciste, avais-je alors écrit, lorsque de sombres idiots l’avaient sorti de là. Sans ménagement.

Aujourd’hui, c’est pire. Qui a retenu les violences antisémites jetées à la figure de cet homme humble. Pudique. En rien arrogant. Cet académicien.

Nique ta mère. Sale sioniste de merde. Barre-toi. Rentre chez Toi. A Tel Aviv.

Forcément à Tel Aviv ! Un Juif Rendez-vous compte !

Ce qu’ils sont cons décidément. C’est à désespérer. Elle est à nous la France, hurla un sauvage avec haine.

vidéo, cliquez sur le lien 12835784-89b8-4c31-99f9-5ef1bac0cdc0

L’affaire fait froid dans le dos. Barre-toi sale juif de merde. La France est à nous. Palestine. Tu es un haineux. Tu vas mourir. Tu vas aller en enfer.

Evacué de la rue Campagne-Première sous la protection des forces de l’ordre, Alain Finkielkraut est resté calme. Digne.

Peut-être lui revient-il à l’esprit le désormais célèbre Répliques qui avait conduit Bensoussan à la XVIIème Chambre.

Enfin, si sur Twitter, les messages de soutien au philosophe se multiplièrent, l’on trouva pléthore de justifications honteuses à ces propos : notre police a-t-elle arrêté les fauteurs et notre Justice les inculpera-t-elle pour ce qui relève du délit et évidemment pas de la liberté d’expression.

 

Sarah Cattan

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here