La source de cet article se trouve sur ce site

Prendre des photos en Iran ferait de vous des espions et vous serez aussitôt inculpés.
C’est le sort qu’ont connu trois australiens.
En fait il s’agit d’une provocation de plus.

Austarliens détenus en Iran
Kylie Moore-Gilbert, australienne détenue en Iran

La semaine prochaine se tient l’assemblée générale de l’ONU.
Les Américains détiennent les preuves que ce sont les iraniens qui ont bombardé le plus gros fournisseur de brut de la planète.
L’Arabie Saoudite.
Ils présenteront ces preuves lors de cette assemblée.
L’Iran n’en est pas à son coup d’essai. Il est derrière:
Le sabotage des tankers en juin,
Les attaques incendiaires un mois plus tard, et le bombardement des installations saoudiennes les précipite vers le point de non-retour
Ruinés par les sanctions, ils provoquent ouvertement, comme s’ils étaient en position de force.
Ils font la guerre en zigzag
L’Ayatollah Ali Khamenei refuse de dialoguer avec TRUMP.
Il lui demande  de se repentir.
Quant à Rouhani, il est convaincu qu’il a mené le Président américain au désespoir.
L’Iran se comporte en vainqueur!
Comme s’ils avaient déjà la bombe.
Bien sûr qu’ils ne l’ont pas, mais quand on choisit de terroriser le monde, on commence par développer sa détermination.
Depuis les avions, précipités sur les tours jumelles, les terroristes ont appris à développer ce sentiment dont se servent les révolutionnaires pour justifier les pires exactions.
En prenant des otages, ils envoient un message, qui semble dire qu’ils peuvent prendre le monde en otage.
Il y a 40 ans, avec l’aide de la France, la révolution a renversé le Shah comme des pirates, à l’abordage d’un bateau, et c’est la France qui continue à encourager ce comportement.
S’ils ne réussissent pas à élaborer la bombe nucléaire, ce dont nous pouvons douter, ils n’hésiteront pas à la négocier avec la Corée du Nord.
Disposant de rampes de lancement il n’en faut pas beaucoup pour associer des états voyous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here