La source de cet article se trouve sur ce site

Ces travaux de de l’Université hébraïque de Jérusalem nous offrent l’éclairage le plus complet à ce jour sur la relation possible dans l’American Journal of Epidemiology.

L’acétaminophène (paracétamol) est l’un des médicaments les plus couramment utilisés pour le traitement de la douleur et la réduction de la fièvre pendant la grossesse et est considéré comme globalement sûr chez les humains. Cependant, les preuves d’effets neuro-perturbateurs s’accumulent suggérant qu’à long terme de faibles doses d’acétaminophène peuvent affecter le développement du système nerveux fœtal, et que cet effet est souvent observé plusieurs années après l’enfance.

Les chercheurs procèdent ici à une revue systématique et une méta-analyse pour évaluer l’association possible entre l’exposition prolongée à l’acétaminophène pendant la grossesse et le risque de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) et de trouble du spectre autistique (TSA). C’est même l’étude la plus complète jamais réalisée sur cette association possible, car elle couvre au total les données de 132.738 paires mères-enfants sur des périodes de suivi allant de 3 à 11 ans. L’analyse conclut qu’une exposition prolongée à l’acétaminophène pendant la grossesse est associée à :

  • une augmentation de 30% du risque relatif de TDAH,
  • une augmentation de 20% du risque relatif de TSA.

Des résultats qui doivent être interprétés avec prudence, et qui peuvent également causer une anxiété inutile chez les femmes enceintes. Par ailleurs les auteurs rappellent que la douleur et la fièvre pendant la grossesse peuvent aussi avoir un effet néfaste sur le fœtus en développement et que l’acétaminophène est toujours considéré comme un médicament sûr pendant la grossesse. Le conseil est donc simple : en cas de douleur ou de fièvre durant la grossesse, une femme peut utiliser l’acétaminophène pendant une courte période, cependant si les symptômes continuent, elle doit consulter son médecin.

Enfin, afin de rassurer les femmes enceintes, les chercheurs précisent que le risque reste faible, en valeur absolue.

Source santelog

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.