Afrique du Sud: refuge pour les terroristes du Hamas

Vues:

Date:

Afrique du Sud: refuge pour les terroristes du Hamas, de l’État islamique et d’Al-Qaïda

par Lawrence A. Franklin

Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud, entretient des liens étroits et de longue date avec l’organisation terroriste Hamas. Dès 2015, le Hamas avait développé des liens personnels avec le président sud-africain de l’époque, Jacob Zuma. En octobre 2015, l’ANC a accueilli une délégation du Hamas dirigée par le cerveau terroriste Khaled Mashaal, qui a rencontré Zuma à Pretoria.

L’Afrique du Sud pourrait sembler avoir remporté une autre victoire diplomatique et de propagande en faisant accepter par la Cour internationale de Justice (CIJ) dans son rôle judiciaire l’accusation de l’État africain selon laquelle la présence d’Israël en Cisjordanie est une occupation illégale.

Cette récente initiative fait suite à la présentation , le 29 décembre 2023, de l’Afrique du Sud à la CIJ, selon laquelle les opérations militaires israéliennes à Gaza étaient censées être des actes de génocide contre la population civile du territoire.

Même si la dernière manœuvre de l’Afrique du Sud en tribune échouera très probablement faute de mérite, cet effort a réussi à révéler une autre dimension peu recommandable de la relation entre l’Afrique du Sud et l’organisation terroriste Hamas, qui a lancé la guerre contre Israël le 7 octobre 2023.

Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud, entretient des liens étroits et de longue date avec le Hamas. Dès 2015, le Hamas avait développé des liens personnels avec le président sud-africain de l’époque, Jacob Zuma. En octobre de la même année, l’ANC a accueilli une délégation du Hamas dirigée par le cerveau terroriste Khaled Mashaal, qui a rencontré Zuma dans la capitale, Pretoria.

Le secrétaire général de l’ANC, Gwede Mantashe, a déclaré lors de la visite que l’ANC avait signé une « lettre d’intention » avec le Hamas, et a qualifié la visite de Mashaal de « très importante », ajoutant : « Nous avons l’intention de construire une relation durable ».

En décembre 2018, l’ANC s’est publiquement engagé à soutenir le programme anti-israélien de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS). Ce mois-là, l’ANC a été accueillie par une autre délégation du Hamas en visite.

Clandestinement, le Hamas possède des cellules en Afrique du Sud depuis au moins 1996. Les membres du Hamas basés à Gaza ont entretenu des liens étroits avec des groupes soutenant le Hamas en Afrique du Sud, tels que la Fondation Al-Aksa, la Fondation Al-Quds et le Conseil judiciaire musulman.

Le principal intermédiaire entre le Hamas et les musulmans radicaux sud-africains est l’imam Ebrahim Gabriels, qui, dans son rôle de collecteur de fonds pour le Hamas , a rencontré plusieurs membres du bureau politique du Hamas. Plusieurs visites de délégations du Hamas en Afrique du Sud ont inclus des discussions sur la collecte de fonds, les attaques planifiées contre les intérêts juifs en Afrique du Sud, ainsi que sur une base d’entraînement militaire pour les musulmans sud-africains.

Après l’attaque meurtrière du Hamas le 7 octobre contre des civils israéliens dans des villes et villages proches de la frontière entre Israël et Gaza, le ministre sud-africain des Relations internationales et de la Coopération, Naledi Pandor, a eu un appel téléphonique de soutien avec le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, qui l’a appelé depuis son sanctuaire au Qatar. L’Afrique du Sud a ensuite concrétisé son alliance avec le groupe terroriste avec une visite d’État du président Cyril Ramaphosa au Qatar, le financier du Hamas.

En visite au Qatar pour la première fois en tant que président de l’Afrique du Sud, Ramaphosa a rencontré l’émir Tamim bin Hamad al-Thani. Mais Pandor a démenti les rumeurs avancées par les députés de l’opposition selon lesquelles Ramaphosa aurait rencontré des responsables du Hamas lors de la visite. La touche finale au projet de la CIJ a probablement déjà été convenue lors de ce qu’Israël a décrit comme un certain nombre de réunions chaleureuses tenues début décembre 2023 entre des politiciens de l’ANC et une délégation du Hamas en visite.

La présence à ces réunions finales, qui ont eu lieu le 6 décembre, du représentant du Hamas en Iran, Khaled Qadoumi , a souligné le rôle probable de l’Iran dans l’organisation du projet anti-israélien de la CIJ. Le rôle de l’Iran dans l’affaire trompeuse de la CIJ contre Israël est révélateur d’une autre arme utilisée par la République islamique contre Israël et l’Occident, tout en employant et en exploitant les institutions libérales de l’Occident.

Dans les mois qui ont précédé l’attaque du Hamas du 7 octobre, le siège de l’ANC et même sa branche jeunesse auraient été au bord de la faillite. Les coffres de l’ANC auraient dû être renfloués à la lumière des élections nationales de mai prochain. Alors que les prévisions politiques indiquent que la popularité de l’ANC diminue , son besoin d’argent supplémentaire semble particulièrement important. Inexplicablement, des notables de l’ANC ont récemment laissé entendre que les finances du parti s’étaient stabilisées. Des rapports indiquent que l’Iran pourrait avoir injecté de l’argent dans les comptes bancaires de l’ANC :

« Des militants sud-africains de premier plan tels que l’ancien PDG de l’Institut des relations raciales, Frans Cronje , et le directeur de Accountability Now, Paul Hoffman, ont tous deux déclaré que des rapports émergeaient selon lesquels l’Iran avait résolu le problème financier de l’ANC.

« ‘Le gouvernement sud-africain est la même chose que le Hamas. C’est un mandataire iranien, et son rôle dans la guerre est de mener la guerre idéologique et des idées pour stigmatiser les Juifs dans le monde entier’ », a déclaré Cronje lors d’une interview sur la radio Chai FM. « 

Le laxisme de l’ANC dans la surveillance et les poursuites contre la présence terroriste en Afrique du Sud pourrait être le résultat d’un accord entre le gouvernement et les groupes terroristes visant à ne pas mener d’opérations terroristes dans le pays tout en permettant la poursuite de la collecte de fonds sans interférence des forces de l’ordre sud-africaines. Un rapport prétendument déclassifié publié par l’Agence nationale de renseignement d’Afrique du Sud indique que les groupes terroristes ont décidé de s’abstenir de perpétrer des attaques dans le pays et de l’exploiter à la place dans le but de collecter des fonds dans l’arrière-pays. Le gouvernement sud-africain dirigé par l’ANC, au pouvoir depuis la fin de l’apartheid en 1994, a apparemment fait du pays un refuge pour les cellules terroristes principalement impliquées dans la collecte de fonds pour des opérations terroristes en Afrique subsaharienne.

L’année dernière, le Groupe de travail antiterroriste financier (GAFI) du Département du Trésor américain a désigné l’Afrique du Sud comme pays de la « liste grise » pour son application imprudente des lois antiterroristes et pour ses politiques permissives concernant le blanchiment d’argent par les groupes terroristes. La désignation d’un pays sur la « liste grise » a sans aucun doute un impact négatif sur la confiance des entreprises internationales dans les investissements.

Les cellules de l’État islamique en Afrique du Sud ont utilisé le pays pour lever des fonds pour leurs opérations terroristes, notamment au Mozambique. Ces réseaux de l’État islamique et d’Al-Qaïda ont financé des opérations terroristes dans toute l’Afrique subsaharienne. La présence de l’Etat islamique en Afrique du Sud a soutenu financièrement ses affiliés en République démocratique du Congo, en Somalie, au Burkina Faso et au Mozambique.

La chance de l’Afrique du Sud est d’avoir été presque entièrement exempte d’incidents terroristes sur son sol au cours des dernières années. Mais cette bonne fortune pourrait bientôt prendre fin. L’Afrique du Sud a également bénéficié du fait que des citoyens sud-africains volontaires idéologiquement motivés ont rejoint la guerre djihadiste au Mozambique, mais ne se sont pas encore engagés dans le terrorisme dans leur pays. Ces recrues islamistes sud-africaines ont rejoint Ansar al-Sunnah wa Jamma (État islamique-Mozambique), un groupe qui mène des attaques contre des civils non musulmans, ainsi que des projets d’exploration pétrolière ouest et sud-africains au large de la côte est du Mozambique.

L’Afrique du Sud, malgré ses relations chaleureuses avec les terroristes du Hamas, n’a pas tardé à défendre ses intérêts en envoyant des troupes de combat pour lutter contre les djihadistes islamiques au Mozambique. Aux inquiétudes de l’Afrique du Sud s’ajoute la possibilité que ses citoyens menant le jihad au Mozambique reviennent éventuellement et mettent à profit leur expérience du combat dans leur pays pour cibler le régime de l’ANC.

Le Dr Lawrence A. Franklin était le responsable du bureau iranien du secrétaire à la Défense Rumsfeld. Il a également servi en service actif dans l’armée américaine et en tant que colonel dans la réserve de l’armée de l’air.

JForum.fr avec www.gatestoneinstitute.org
Sur la photo : Mashaal (au centre), lors d’un rassemblement organisé en son honneur le 21 octobre 2015, au Cap, en Afrique du Sud. (Photo de Rodger Bosch/AFP via Getty Images)

La rédaction de JForum, retirera d’office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

La source de cet article se trouve sur ce site

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img