23.8 C
Jérusalem
samedi 4 avril 2020

Arié Bensemhoun : le groupe ELNET préfère l’après confinement

Cher(e)s ami(e)s,

A l’heure où j’écris ces lignes, la France, Israël et de nombreux autres pays dans le monde ont décrété l’état d’urgence sanitaire pour contrer la pandémie de COVID19 qui, partie de Chine, est en train de conquérir la planète, menaçant des milliards d’individus.

Comme l’a déclaré le président de la République, nous sommes en guerre. Une guerre contre un ennemi invisible qui n’a ni armée, ni État et qui n’obéit qu’à ses propres règles. Une guerre implacable où toutes les nations sont unies et devraient agir de concert car cette guerre ne peut se gagner seul.

C’est une guerre mondiale qui doit mobiliser toutes nos énergies, tous nos moyens médicaux, économiques, humains, technologiques… une guerre dans laquelle chacun doit donner le meilleur de lui-même. Une guerre qui nous oblige à être responsables, solidaires et garants les uns des autres. C’est un défi lancé à toute l’humanité. Car, face à cette menace existentielle que sont les pandémies, que valent nos frontières, nos armées, nos économies, nos contentieux et nos conflits ?

Un virus aussi microscopique que redoutable, nommé Corona, s’est invité au festin des puissants pour dicter ses lois et imposer un ordre du jour qui bouscule nos haines et nos égoïsmes. Seul un vaccin ou un remède adapté pourrait en venir à bout. En attendant, nous vivons confinés. Nous découvrons les gestes barrières pour se protéger et protéger les autres, les fondamentaux de l’hygiène, la distanciation sociale quand ce n’est pas l’isolement total, la quarantaine forcée pour les personnes infectées ou contagieuses.

Nous réapprenons à vivre en société dans le respect de soi et des autres. Nous vivions à mille à l’heure aux quatre coins du monde, nous voilà cloués au sol à tourner en rond entre quatre murs. Tout ce qui était urgent peut attendre et le temps qui nous manquait nous semble aujourd’hui interminable… et ce n’est que le début.

Mais, nous vaincrons cette épidémie et surmonterons cette crise qui remet en cause tout ce qui nous semblait immuable. Il y aura comme on dit, un avant et un après COVID19. Notez bien que l’on dit cela à chaque fois et qu’à chaque fois chacun retourne à ses mauvaises habitudes, à sa routine, au monde d’avant.

Je ne crois pas que cela sera possible cette fois car cette épidémie révèle des vulnérabilités, des faiblesses qui auront raison de l’orgueil des plus prétentieux qui devront faire preuve de sagesse et d’humilité. Il y aura donc un avant et un après.

Alors oui, nous vivons une période exceptionnelle dans tous les sens du terme. Exceptionnelle de gravité, de danger, de menace, de souffrance… et le pire serait de ne pas en avoir conscience. Cette période exceptionnelle nous oblige évidemment à modifier nos programmes et nos méthodes de travail. Mais, le combat pour Israël et la coopération avec les principaux pays européens ne connaît pas de répit.

Plus que jamais, ce qui fonde ELNET, les valeurs qui nous portent, la mission qui est la nôtre sont absolument indispensables pour participer aujourd’hui au combat contre la pandémie et demain, après la victoire, à la transformation d’un monde de justice, de vérité et de paix.

Malgré la pandémie et le confinement, les équipes d’ELNET aux Etats-Unis, en Europe et en Israël sont au travail. Chacun est à son poste pour faire vivre la relation avec Israël et préparer la sortie de crise dans les prochaines semaines. Nous multiplions les initiatives pour garder nos réseaux de décideurs politiques, d’experts, de journalistes, d’influenceurs et de volontaires connectés et informés. Nous avons interrompu nos délégations et nos missions en Israël, mais nous multiplions les rencontres et les face-à-face par vidéoconférences.

Les rendez-vous sont impossibles mais nous utilisons les groupes WhatsApp, les réseaux sociaux et la communication directe.

Je n’oublie pas non plus que nous commémorions hier le 19 mars et qu’il y a huit ans un terroriste islamiste perpétrait un attentat barbare contre l’école Ozar Hathora de Toulouse assassinant un père et deux de ses enfants, Jonathan, Arye et Gabriel Sandler, et la petite Myriam Monsonégo. Huit ans après, le monde n’est pas non plus guéri de cet autre virus qu’est la haine des Juifs et d’Israël. Contre cette épidémie aussi nous sommes et restons mobilisés.

Restez confinés, respectez les consignes de sécurité, prenez soin de vous et de vos familles.

Soyez en bonne santé.

Arié Bensemhoun
Directeur exécutif ELNET France depuis 2011.

Arié Bensemhoun a construit une grande partie de sa carrière dans le secteur privé en tant que consultant en communication, relations publiques et internationales sur des questions stratégiques et liées au Moyen-Orient. Il joue un rôle majeur dans les relations franco-israéliennes à travers son engagement tant au niveau de la communauté qu’au niveau politique. Il cherche à renforcer les liens entre les leaders politiques de France et d’Israël qui pensent que des liens étroits entre l’Europe et Israël sont essentiels pour les deux parties.

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire cette semaine

Les médecins du team Israel Start Up Nation ont rejoint, volontairement, les hôpitaux pour aider les malades.

L’équipe cycliste Israel Start Up Nation dont nous avons souvent parlé a annoncé que ses 4 médecins ont rejoint leurs confrères pour les épauler dans...

Grâce à Israël, une entreprise tchèque lance des masques faciaux qui capturent et tuent les coronavirus.

Les masques faciaux sont généralement portés non pas pour protéger celui qui les porte, mais pour protéger leur environnement de la propagation des agents...

Exportations d’armes : l’Allemagne approuve de nouvelles livraisons en Israël.

Après une année faste pour les exportations d’armes allemandes en 2019, les affaires se poursuivent pour les industriels germaniques. Ainsi, le conseil de sécurité...

Coronavirus. Israël réoutille des chaînes de production de missiles pour produire en masse des ventilateurs.

Israël a converti une installation de production de missiles pour produire en masse des ventilateurs et compenser une pénurie de machines de sauvetage alors...

Derniers Commentaires

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO