Arie Nimra. Ce qu’on oublie de dire sur Hakim El-Karoui

J’adore Hakim El Karoui. La fine fleur de l’intelligentsia de l’islam. De France. La langue de bois en costard-cravate. La mode n’est plus à Tariq Ramadan. Le style imposteur, violeur, ça faisait désordre. Il fallait monter d’un cran, il fallait du haut de gamme, du plus que “bien-propre-sur-lui”.

Consultant, l’un des “meilleurs spécialistes de l’islam”. Trop intelligent et érudit pour être souvent invité sur les plateaux TV. Modérément médiatique. Quoique. Un expert. Pas à la portée de tout le monde. L’élite s’adresse aux élites. Il est partout, mais pas n’importe où. Dans la presse d’un certain niveau : L’Opinion, L’Express…

A l’Institut Montaigne “groupe de réflexion français d’orientation capitaliste et libérale” fondé par de grands pontes d’AXA, il est “collaborateur sur les questions de politique arabe et relatives à l’Islam”. On se demande simplement ce que vient faire une religion dans un groupe de réflexion sur l’économie capitaliste et libérale dans un pays laïc…

Mais Hakim El Karoui s’intéresse à l’économie. Et se passionne pour la politique.

Lycée Henri IV, Normale Sup, DEA de géopolitique (sur la Palestine), agreg. de géographie. Il part enseigner en Tunisie en 1993, puis passera 2 ans au Caire pour apprendre l’Arabe. Son père est tunisien, deux de ses oncles ont été ministres, dont l’un de Bourghiba.

En politique : du P.S. à Macron ? en passant par Raffarin dont il écrit les discours. «Je vais dans un cas être de droite, dans un autre cas être de gauche, ça ne veut pas dire pour autant que je suis en marche.» N’a-t-il pourtant pas murmuré à l’oreille de notre Président ?

En 2007 il vote Ségolène Royal. Chiraquien éventuellement mais pas sarkosyste. Admire Hubert Védrine, se fâche définitivement avec Rachida Dati avec qui il avait créé en 2004 le Club du XXIe siècle : “Un rassemblement ultrasélect réunissant le gratin des Français d’origine étrangère. « La devise : la diversité est une chance pour la France, la France est une chance pour la diversité. »”.

https://www.lejdd.fr/Economie/Les-nouveaux-chemins-de-la-reussite-137002-3096863

Se fait remonter les bretelles par Mediapart suite à son intervention auprès de Ben Ali (soutenu, on s’en souvient, par droite et gauche françaises) à la veille du printemps tunisien. Le portrait que fait de lui Libé en mars 2018 est beaucoup moins sympathique que celui du JDD en septembre 2009.

https://www.liberation.fr/france/2018/03/08/hakim-el-karoui-l-islam-a-la-carte_1634752

Il faut dire que, depuis, ses ambitions se sont précisées  : “Après les attentats de Charlie, «inquiet pour la cohésion nationale», il sent qu’il y a là un filon religieux, l’attrape et le déroule froidement. Pour réformer l’islam de France, il propose notamment d’instaurer une structure privée qui prélève de l’argent sur les consommations islamiques type halal – devenues un business juteux – pour le réinjecter dans le culte.” Nous reviendrons sur le business juteux du halal. «L’islam de France, c’est d’abord un sujet d’organisation et de financement. Comment peut-on parler d’intégration de citoyens français musulmans s’ils doivent obéir aux directives de pays extérieurs ? Moi, ce que je dis aux élites, c’est : “Les gars, la réforme de l’islam, c’est votre problème, c’est pas un truc d’Arabes, de Maghrébins ou de banlieues.” Quant aux musulmans, je les appelle (quel que soit leur rapport à la religion) à une insurrection culturelle sur Internet et les réseaux sociaux.»

Dans le CV Wikipedia de cet “essayiste et consultant français” tout va bien jusqu’à ce qu’il concrétise sa proposition et fonde l’AMIF en 2019. L’AMIF : une sorte d’état dans l’état qui sous l’alibi du contrôle va pouvoir gérer toutes les composantes financières, socio-économiques et naturellement politiques de l’islam. De France. Y compris bien sûr, l’éducation, la formation et la rémunération des imams. Ou plutôt, qui, avec l’argent du halal et du hadj, va constituer un monde religieux, vivant en autarcie, un monde en pleine croissance… Exponentielle. Plus les musulmans (ou pas) mangeront halal et plus il y aura d’argent. Et plus il y aura de musulmans mangeant halal… Nous verrons plus loin que c’est tout à fait l’intérêt des français. Retraités.

Hakim El-Karoui est un fin financier : Ancien Directeur de l’Afrique du Nord et de l’Ouest chez… Rothschild & Cie Banque ! Un autre ancien banquier de chez Rothschild (mais que l’on a traité de “Juif”, lui…) a trouvé que ça serait très bien de mettre fin à l’islam consulaire par des financements “internes”. Un peu comme pour la casherout.

Sauf que comme Mohamed Louizi l’a raconté à Alexandre Devecchio   :

“En mai 2017, j’avais dévoilé le contenu d’un document de travail non public de l’Institut Montaigne, intitulé «L’islam français : le connaître, l’organiser – Présentation des recommandations au Comité directeur de l’Institut Montaigne». Ce document de 26 pages datait de juillet 2016. Deux recommandations m’avaient interpellé: «aggiornamento de la loi de 1905» et «extension du Concordat sur tout le territoire».”

(http://www.fondapol.org/dans-les-medias-fr/mohamed-louizi-si-reforme-il-faut-mener-cest-celle-de-lislam-et-non-de-la-laicite/)

L’AMIF nous prépare un réveil avec gueule de bois.

Espérons que notre Président, lui, se soit réveillé.

Ce que nous dit Wikipedia de l’AMIF est intéressant… :

“L’AMIF est composée de deux associations (une association cultuelle de type 1905 et une association culturelle de type loi 1901). Elle est destinée à organiser et certifier les flux financiers liés au culte musulman. Elle a été lancée par l’ex-banquier, malgré la multiplication d’initiatives opposées, parmi lesquelles celles du CFCM et de Marwan Muhammad.

Selon le site Saphirnews, Hakim El Karoui a déposé les statuts de deux associations. Lui prendra la tête de l’AMIF – Chapitre culturel, une association loi 1901 qui, précise le média, s’occupera de « la régulation économique des marchés du halal et du hajj en France ». L’objectif est de collecter des fonds auprès des acteurs de l’abattage rituel musulman et du pèlerinage.

L’association cultuelle, disposant d’un statut d’association selon la loi de 1905, sera elle censée s’occuper de « la construction, l’aménagement, l’équipement, et la rénovation de mosquées et de salles de prière », mais aussi de « la formation des cadres religieux et des responsables d’associations cultuelles » et de la rémunération du personnel religieux. L’association sera dirigée par le recteur de la mosquée de Bordeaux Tareq Oubrou et par le médiatique imam de la mosquée d’Ivry-sur-Seine, Mohamed Bajrafil.

Une troisième structure sera créée, qui, elle, émettra des fatwas. Ce « conseil des imams » sera, selon le recteur bordelais, lancé prochainement. En 2015, le Conseil des imams de France avait appelé de ses vœux à la création d’une instance théologique pour tous les musulmans. Le Conseil théologique musulman de France (CTMF) était né quelques jours plus tard.”

…Est intéressant et on y rencontre des noms connus.. Certes l’AMIF, pour Marwan Muhammad, ancien président du CCIF, ça n’était pas assez. Mais Tareq Oubrou et Mohamed Bajrafil à la tête de l’association cultuelle.. Je vous laisse vérifier le pedigree de ces deux imams. Ou interroger Mohamed Louizi à leur sujet…

Hakim El-Karoui un “islamiste lié aux Frères Musulmans” ? comme le prétend la “militante anti religieuse Zineb El-Razhoui”, “c’est totalement grotesque !” répond-il  à Jean-Dominique Merchet :

https://www.lopinion.fr/edition/politique/hakim-el-karoui-organiser-l-islam-france-il-faut-parler-d-argent-211609

Ceci dit, chez les Frères, on n’est pas encarté comme au P.C. Ou au P.S. La carte, c’est celle de l’entrisme sui generis.

La suite de l’entretien avec Jean-Dominique Merchet est édifiante. Tout y est. Pour qui sait lire. Rapprochez Zineb El-Razhoui de Zemmour et vous aurez satisfait toute la gauche et extrême, et caressé dans le sens du poil toute la bien-pensance anti-raciste en poussant la lutte contre l’islamisme vers l’extrême-droite . Certains ont pu être proches de l’UOIF. Mais, ils ont eu le temps de prouver qu’ils avaient changé : pourquoi leur dénier cette liberté ?” On ne nie jamais, on nuance. De même quand on parle de Mila.

En fait ce qui m’a donné envie de me pencher avec attention sur le personnage, c’est son article dans l’Express du 23 décembre 2020 au 6 janvier 2021 : “Ce qu’on oublie de dire sur l’immigration”. Qui semble totalement anodin. A priori rien à dire, tout semble très cohérent. Chiffres à l’appui. Constat qu’en France l’immigration est stable, comme nous le disent tous les spécialistes dont il est : membre du conseil scientifique de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Que les immigrés qui travaillent contribuent à la richesse du pays, au financement de la protection sociale, c’est sûr. Comme tous les travailleurs déclarés en France. Comme tous les jeunes qui arrivent sur le marché du travail, comme tous les seniors qui travaillent bien après 60 ans.

Qu’oublie-t-on alors donc de nous dire ? Que les immigrés financent les pensions des retraités ! ça, c’est la meilleure !

Selon le fonctionnement de nos régimes de retraite par répartition, les cotisations des actifs paient les pensions des retraités. Paient mais ne financent pas ! Donc en effet, les immigrés actifs comme les non-immigrés actifs paient les pensions des retraités, à l’aide de leurs cotisations, qui leur donneront des droits personnels à retraite. En revanche les immigrés au chômage ou travaillant au noir comme les non-immigrés au chômage ou travaillant au noir ne contribuent pas, mais bénéficient de prestations (s’il y ont droit). Aucune différence donc entre les immigrés et les non-immigrés. Où veut-il donc en venir ?

Voilà ce qu’on oublie de nous dire : “les charges sociales prélevées sur le salaire financent 85 % du coût total des pensions et 61 % du financement total de la protection sociale. Où vont les allocations ? Ces transferts vont-ils  vers les immigrés, via les allocations familiales et le RSA, comme on l’entend beaucoup ? Eh bien non. Sur les 730 milliards de la protection sociale, 480 milliards sont destinés aux retraités. (…) la Seine-St-Denis , département le plus pauvre de France (…), le plus jeune et celui qui compte la plus grande part d’immigrés, est aussi le 8ème contributeur au financement de la protection sociale en France mais… le dernier receveur.”

Allez savoir pourquoi, Hakim El-Karoui en veut aux retraités. 480 milliards sont destinés aux retraités : depuis quand les retraités perçoivent-ils le RSA et des allocations familiales ? A moins que Wikipedia soit mal renseigné, il aurait conseillé à Emmanuel Macron, “en juillet 2020 une baisse des retraites pour « … contribuer à l’effort de guerre sanitaire » dans le contexte de la pandémie de Covid-19”.” Bah voyons… Et pour vous, cher Monsieur, la retraite, ça sera au Qatar ?

Hakim El-Karoui ne connaît rien au fonctionnement de la protection sociale en France. A-t-il jamais eu une fiche de paie entre les mains ? Il confond à dessein les allocations familiales et le RSA (donc ce qui relève des CAF et est financé par nos impôts) et ce qui est financé par des cotisations paritaires (employé/employeur) prélevées sur le salaire : l’assurance chômage (financée par le seul employeur), la sécurité sociale, la mutuelle et la prévoyance, et la retraite. A ces cotisations correspondent des prestations, individualisées pour la retraite. Certes les pensions sont payées avec l’argent des cotisations des actifs, mais leurs montants sont calculés en fonction de la carrière du retraité, en fonction du nombre d’années travaillées et du montant des cotisations versées. Ce sont les cotisations qu’il a payées pendant sa carrière qui financent la pension du retraité. Rien d’autre. Les caisses de retraite, gérées paritairement par des syndicats salariaux et patronaux, sont autonomes et ne reçoivent pas d’autre financement que les cotisations. Plus il y a d’actifs et mieux se portent les régimes de retraite, ou plutôt : moins il y a de risque que les pensions dues aux retraités ne soient pas payées. Pour ce qui est de l’assurance maladie (et des régimes complémentaires de mutuelle et de prévoyance) : elle fonctionne selon le système de la mutualisation. Et ce système est particulièrement généreux depuis 2016 pour les prestations en nature de la Sécurité Sociale (remboursement des frais médicaux) : toute personne résidant en France y a droit, qu’il cotise ou pas. C’est le gouvernement Hollande qui est à l’origine de cette réforme généreuse et unique.

Le sujet des immigrés clandestins n’est pas abordé. Ni celui des multiples épouses bénéficiaires de prestations pour mère isolée, venues grâce au regroupement familial, bénéficiant de la Sécurité sociale sans n’avoir jamais cotisé, etc etc. Passons sur ces sujets scabreux.

Quel était l’objectif d’Hakim El-Karoui dans cet article ? faire la promotion de l’immigration, sans doute. Il sait pour ça éluder le sujet de la natalité. Qui ferait peur. C’est en effet un apport pour la France. Pas n’importe quelle immigration, cependant. Il ne nous parle pas beaucoup d’immigrés américains du sud, portuguais, polonais, asiatiques… On comprend qu’il ne parle que d’immigration peut-être d’origine maghrébine, en tout cas de culture musulmane  : “Difficile ensuite de s’étonner de la montée du communautarisme et de “séparatisme” ! En passant : le communautarisme et le séparatisme, c’est notre faute, on l’a bien cherché. Ceci dit, qui fait du séparatisme en désignant allusivement les immigrés par leur origine religieuse, en les assignant ? On ne peut que le constater qu’à nouveau, il nous renvoie à la religion.

Conclusion de cet article : les immigrés de culture musulmane que vous accusez de séparatisme paient les pensions des retraités.

Mais, on vient de le voir, il n’y a, en matière de contribution économique, aucune différence entre un travailleur immigré ou non-immigré !

La différence, en revanche, peut résider entre ceux qui consomment halal et les autres… Si l’on revient au projet AMIF.

Parmi les consommateurs de halal, il y a les conscients et les inconscients. En effet, en l’espace de 5 ans, une grande partie du marché de la viande en gros est devenu halal, de même que toute la viande utilisée dans nos fast-foods bien aimés.. Mais les consommateurs conscients peuvent-ils nous dire à quoi correspond en Islam l’obligation de manger halal ? Hakim El-Karoui, quant à lui, semble tenir pour acquis (comme le voile, peut-être..) qu’il s’agit d’une obligation religieuse. Et pourtant il prétend distinguer l’islam de l’islamisme..

https://www.france24.com/fr/20170127-manger-halal-marche-pilier-islam-bergeaud-blackler-cnrs-france

Il faut dire qu’en effet le business est juteux. Et l’AMIF en a besoin. “L”Islam de France c’est d’abord un sujet d’organisation et de financement…” Revenons aux compétences d’Hakim El-Karoui en matière de finances. Ancien Directeur de l’Afrique du Nord et de l’Ouest chez Rothschild & Cie, il n’a pu être étranger à la finance islamique, qui s’imposera forcément dans le monde fermé de l’Islam de France. Toutes les banques se sont mises à la finance islamique. Y compris Rothschild & Cie. Comme pour le halal, il y a un marché.

Mais qu’est-ce que la finance islamique ? C’est la finance antisioniste. On ne passe pas par le réseau Swift supposé judéo-sioniste – on préfère la télécompensation bancaire hors contrôle des états – et on prête sans intérêt. L’usure étant également liée aux Juifs. Bien sûr qu’il y a des intérêts ou des commissions ou des dessous de table. Mais l’emprunteur – qui est plutôt un locataire avec option d’achat – croit qu’il n’y en a pas. Finance halale. Ce qui est drôle c’est que la finance islamique veut se distinguer de la finance judéo-capitaliste alors que le halal, inventé et lancé dans les années 1980  par Khomeyni, s’est inspiré de l’abattage cultuel pratiqué par la diaspora juive en Occident ! De même que l’islamophobie a voulu concurrencer l’antisémitisme. C’est à ce demander si l’ambition islamiste n’est pas de se judaïser !

Moins drôle est, à propos de halal, l’expérience que j’ai eue en étant en contact avec des franco-algériens dans le cadre d’un projet de développement du numérique en Afrique de l’Ouest. Ils travaillaient tous avec la CFAO, vendaient divers produits. Tous étaient impliqués dans le commerce du halal. J’ai fui en courant cette perspective de collaboration commerciale le jour où j’ai entendu l’un d’entre eux déclarer : “je ne vends plus d’arme létale”. Halal et armes décommissionnées ?

Ce qui est sûr c’est que le halal est un marché mondial, Hakim El-Karoui est de son temps, un homme de la mondialisation. Le halal ne se limite d’ailleurs pas à la viande, il touche tout l’alimentaire, voire plus : la Ligue Islamique Mondiale a demandé un vaccin halal.

Une pression financière sur la communauté internationale, une injonction pour alimenter les caisses du halal, et une pression de plus sur la population musulmane…

Peut-on donc raisonnablement penser que Hakim El-Karoui veut “intégrer” la population musulmane ? la laïciser ? alors que toutes ses démarches montrent qu’ils les distingue, les enferme, les assigne à résidence, les sépare ?

Peut-on raisonnablement penser que c’est avec innocence qu’il a pensé à l’argent généré par le halal pour se substituer aux financements étrangers de l’islam en France ? Compte tenu de sa formation et de son expérience de banquier sur l’Afrique du Nord et de l’Ouest, d’économiste et de politicien ? Encourage-t-il une pratique de l’Islam paisible telle que celle de Mohamed Louizi ? L’a-t-on entendu soutenir l’Imam Chalghoumi ? s’exprimer en faveur de Kahina Bahloul ?

J’adore Hakim E-Karoui, car il est lisible. Il se laisse lire. Chaque étape de sa courte biographie apparaît comme un pas de plus vers son objectif : arriver au sommet.  En commençant pas séduire le sommet. Les élites. De droite, de gauche. Ou plutôt de centre-droit et de centre-gauche. C’est davantage dans l’air du temps, et il n’a que faire de la base et des clowns politiques qui la défendent. Même un certain mépris. La base suivra, de toute manière. D’autres s’en chargent. Et qui, dans les hautes sphères, soupçonnerait Hakim El-Karoui de connivence avec une quelconque mouvance islamiste ? Lui, si élégant…

Il est jeune, il a tout son temps. Comme l’Islam des Frères Musulmans.

A propos d’”Islam de France” Monsieur le Président Macron, quand allez-vous écouter Mohamed Louizi ?  Aucune religion n’est “de France”. La République est sensée les protéger toutes mais également nous en protéger tous. On semble avoir oublié, à gauche, ce qu’en a dit Marx : qu’elles sont l’opium du peuple..

http://mlouizi.unblog.fr/2020/11/28/la-france-face-a-lislam-politique-connaitre-et-comprendre-pour-agir-interview-le-point/

© Arié Nimra

L’article Arie Nimra. Ce qu’on oublie de dire sur Hakim El-Karoui est apparu en premier sur Tribune Juive.

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

ARTICLES POPULAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Populaire cette semaine

Derniers Commentaires