Armés d'un ordre d'expulsion de la Haute Cour, les bulldozers israéliens arrivent à Masafer Yatta

12

La semaine dernière, la Haute Cour d’Israël a autorisé, dans un langage juridique clair et soigné, l’expulsion de plus de 1 000 résidents palestiniens de huit villages de la région de Masafer Yatta, en Cisjordanie occupée, à l’issue d’un processus juridique de 22 ans portant sur le sort des personnes vivant dans la « zone de tir 918 ». Mercredi, l’armée israélienne a lancé sa première opération d’expulsion dans la région depuis le jugement, détruisant neuf maisons dans deux de ces villages, laissant 45 Palestiniens sans abri.

« Treize d’entre nous vont devoir dormir ici dans une tente », a déclaré Fares al-Najjar, l’un de ceux dont la maison a été détruite. Il s’est assis sur une chaise en plastique, regardant les vidéos de la maison dans laquelle vivait sa famille en train d’être détruite. Autour de lui, ses frères ont tendu des cordes, accroché des bâches et tenté d’installer un abri près des débris de la maison. « Ils nous ont renvoyés 20 ans en arrière », a déclaré Ali, le frère de Fares, alors qu’il tendait une corde pour attacher la tente à des barres de fer.

La tente que les membres de la famille al-Najjar montaient comme abri temporaire avait jusqu’à récemment servi d’enclos pour leurs moutons. « Nous avons laissé le troupeau dehors », a déclaré Fares, avant de se tourner vers le reste de la famille et de les implorer de se dépêcher – « afin que nous ayons le temps de nous laver et d’apporter les lits dans la tente avant la nuit. »

Les bulldozers étaient arrivés dans leur village d’Al-Mirkez, dans les collines du sud d’Hébron, plus tôt ce matin-là. Les soldats n’ont autorisé que les femmes à retirer le contenu des maisons, et un officier de haut rang de l’administration civile – la branche de l’armée israélienne qui gouverne les territoires occupés – a supervisé le processus. Les femmes ont sorti les effets personnels de leurs familles, rassemblant en un tas matelas, cartables, miroirs, vêtements, accessoires de toilette et équipement médical.

Un des hommes a essayé d’entrer dans sa maison, mais l’officier lui a dit : « Seules les femmes peuvent entrer. » Une adolescente a sorti de sa chambre un morceau de papier avec quelques dessins dessus. « C’est tout », a dit l’officier. « Dieu vous vengera », a dit la jeune fille, alors que le bulldozer s’approchait et détruisait sa maison. Puis une autre maison a été détruite. Et une autre encore.

« En avant », a dit l’officier de l’administration civile, et les bulldozers se sont dirigés vers le village voisin d’Al-Fakheit. Là, les bulldozers se sont orientés vers plusieurs maisons, qui étaient vides mais pleines d’effets personnels et de meubles. « Ils ne sont pas chez eux », a déclaré un homme barbu, Jaber, dont la maison a déjà été détruite cinq fois.

Quelques jeunes soldats portant des gilets verts et des masques de protection sont sortis d’une jeep blanche et ont commencé à vider les maisons. Certains soldats avaient le visage couvert ; seuls les officiers supérieurs marchaient le dos droit et le visage visible. « Ça y est, la [décision] de la Haute Cour est rendue », a déclaré un inspecteur de l’administration civile plus âgé. « Maintenant, nous pouvons nous mettre au travail ».

« Je n’ai jamais vu une telle destruction »

Soudain, nous avons entendu des cris ; un groupe de personnes s’était précipité vers les bulldozers. L’un d’entre eux, Maher, enseignant dans une école voisine, s’était empressé de sortir en plein cours parce qu’il avait entendu dire que la maison de sa famille était en train d’être détruite. Les soldats ont dit à la famille de rester derrière. Puis le bulldozer a fait un bruit de craquement en descendant sur la maison et en commençant à l’écraser, tandis que la famille hurlait d’horreur.

Le bulldozer a ensuite avancé vers un âne, qui était attaché à un réservoir d’eau utilisé par les villageois et qui tressaillait lentement à côté de la maison détruite. Une femme soldat a crié : « Stop ! Que quelqu’un libère l’âne. » L’inspecteur a détaché la corde et a dit : « Ne vous inquiétez pas, il va bien. » Il a fait un signe de la main, et le bulldozer a écrasé la maison. Quand il a eu fini, il a démoli le réservoir d’eau du village.

« Je n’ai jamais vu une telle destruction », a déclaré Eid Hathaleen, qui documente les démolitions de ce type depuis des années. Le père d’Eid, Suleiman, a été tué en janvier après avoir été heurté par une dépanneuse engagée par la police israélienne. D’autres villages ont déclaré que les démolitions d’hier n’étaient pas différentes de celles qui ont eu lieu ici il y a deux mois.

Au total, cinq habitations et deux bergeries ont été démolies à Al-Mirkez mercredi. La famille al-Najjar n’a plus que sa tente et une ancienne grotte taillée dans la roche, dans laquelle vivaient les parents de Fares. « Le père de mon grand-père, ’Abd al-Rahman al-Najjar, est arrivé dans le village à la fin du 19ème siècle », a déclaré Fares. « Il y a 10 grottes ici, qui abritaient 10 familles. La plupart des gens sont partis au fil des ans à cause de l’occupation. Nous sommes restés. »

En raison du refus de l’État de délivrer des permis de construire pour les villages de Masafer Yatta, les habitants sont prisonniers d’un torturant jeu du chat et de la souris. « Ils ont démoli notre maison avant, en décembre », dit Ali. « Nous y vivions depuis 10 ans ».

Ali explique que lorsque les résidents reçoivent un ordre de démolition, ils versent de l’argent à un avocat qui déposera un appel auprès des tribunaux. Cela leur permet de gagner un peu de temps, mais au final, leur appel est inévitablement rejeté. « Et puis ils viennent détruire », a-t-il dit.

Quand cela se produit, s’ils reconstruisent près du même emplacement sur leur terrain privé, l’administration civile peut venir démolir la maison immédiatement, sans avoir besoin d’un ordre de démolition. C’est ce qui s’est passé mercredi : l’armée a détruit les maisons qu’ils avaient reconstruites après les démolitions de décembre.

Ils nous ont persécutés sans relâche

Durant les moments de répit, les membres de la famille se sont réunis pour évaluer leurs options : rester sous une tente ou essayer de trouver suffisamment d’argent pour reconstruire. « Maintenant, c’est l’été », a déclaré l’un d’entre eux. « Nous pouvons rester dans la tente jusqu’à l’hiver ». Fares a acquiescé, disant : « Ils ne nous feront certainement rien dans une tente. Nous allons attendre l’hiver. D’ici là, peut-être que quelque chose aura changé – peut-être que Dieu les prendra. »

À quelques mètres de là, une femme de 70 ans, Safa al-Najjar, était assise à côté des ruines de la maison qu’elle habitait avec sa jeune fille. Derrière la maison se trouvait une grotte construite dans la pierre, de l’intérieur de laquelle on pouvait entendre la voix d’un enfant. « Toute ma vie, j’ai été bergère », dit Safa. Sa voix était un peu rauque, et son sourire celui d’une jeune femme. Elle portait un couvre-chef blanc orné de fleurs et s’adressait à nous comme « mes enfants ».

« Au début, mon mari et moi vivions dans cette grotte », a-t-elle dit. « C’était une chambre, un salon et une cuisine tout-en-un. Les moutons vivaient à côté de nous dans l’autre grotte. Mais il y a 20 ans, quand les enfants ont grandi, nous avons construit une chambre. Depuis, ils ne cessent de nous persécuter. » Le mot « ils », que l’on entend beaucoup ici, fait toujours référence à Israël, aux occupants.

Safa se souvient bien de la déportation qui a eu lieu ici fin 1999, lorsque 700 résidents ont été expulsés de la zone. Une pétition a ensuite été déposée auprès de la Cour suprême, qui a émis une injonction provisoire autorisant les résidents à rentrer chez eux jusqu’à ce qu’une décision juridique définitive soit prise. Plus de 20 ans plus tard, la cour a décidé de rejeter le recours des résidents.

« Nous étions en train de faire sécher du fromage dehors quand ils sont arrivés », raconte Safa de ce matin fatidique de 1999. « Les soldats sont arrivés avec deux grands camions et nous ont forcés à y monter avec toutes nos affaires. Les moutons ont fui à pied. Ils nous ont jetés près de Susiya », en référence au village situé près de Masafer Yatta qui est également menacé de démolition. Nous avons demandé à Safa si elle avait entendu parler de l’arrêt de la Cour suprême de la semaine dernière, et elle a répondu non. « C’est leur tribunal ».

Najati, le plus jeune fils de Safa, avait effectivement entendu parler de l’arrêt. L’officier m’a dit quand il a détruit la maison : « Pourquoi construisez-vous ? L’affaire judiciaire est terminée. C’est le territoire de l’armée », a déclaré Najati. « Je pense que ce qui s’est passé aujourd’hui ne fera qu’empirer, et qu’ils nous mettront à nouveau dans des camions pour nous expulser. »

Il est impossible de savoir si l’armée répétera l’acte de déportation massive qui s’est produit en 1999, en particulier à l’ère actuelle des réseaux sociaux et de la pression internationale. Ce que nous savons, en revanche, c’est qu’une femme de 70 ans dormira sur le sol à côté des ruines de sa maison.

Traduction : AFPS

SourceFRANCE-PALESTINE.ORG

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici