Aucun prix à payer pour la destruction d’un village palestinien ?

LES + VUS CHEZ LES PRO

« Les diplomates du monde entier peuvent voir que le nouveau gouvernement israélien continue à expulser les Palestiniens. Pourquoi leurs États récompensent-ils encore ces crimes avec les honneurs ? », écrit Sarit Michaeli, de l’ONG israélienne B’Tselem dans le magazine d’opposition 972 +

Aucun prix à payer pour la destruction d'un village palestinien ?

« Une seule image du sol peut capturer un moment qui résume toute la politique de persécution d’Israël contre les communautés palestiniennes les plus défavorisées de Cisjordanie, dont le seul but est de les désespérer, de les forcer à quitter leurs maisons et de s’approprier leurs terres.
C’est un moment qui met tout en relief, aussi clair que le soleil brûlant de l’été qui frappe la vallée du Jourdain.

Le 7 juillet, des camions israéliens, des bulldozers et d’autres équipements lourds sont arrivés au hameau de bergers palestiniens de Khirbet Humsa, composé de quatre groupes de tentes et de cabanes en tôle qui abritent 61 personnes, dont 34 enfants. Les soldats et la « police des frontières » n’ont pas perdu de temps pour se lancer dans la destruction. Les femmes et les enfants des familles Abu al-Kabash et Awawdeh, qui étaient à la maison pendant que les hommes faisaient paître les troupeaux, ont vu les bulldozers tirer les poteaux métalliques et les bâches en plastique de leurs tentes, et les emmener dans des camions. Ils ont regardé le conducteur du bulldozer ouvrir des réservoirs d’eau noire, puis en abattre un grand, avant de le marteler dans le sol aride, s’assurant qu’il ne restait rien.

Une femme de la communauté a filmé une partie de ce qui s’est déroulé sur un téléphone portable qu’elle avait reçu des militants de Machsom Watch, jusqu’à ce que la batterie s’épuise. Plus loin, des militants palestiniens d’autres parties de la vallée du Jourdain, des militants humanitaires et des Nations Unies, ainsi que des diplomates européens se sont tenus debout et ont filmé. Les soldats ne les laissaient pas s’approcher.

Des résidents palestiniens de Khirbet Humsaaprès la démolition de leur village par les autorités israéliennes, dans la Vallée du Jourdain, le 7 juillet 2021. (Oren Ziv)

Une fois que les bulldozers ont fini d’écraser les tentes et les enclos à bétail de la communauté, les travailleurs contractuels ont chargé pendant des heures, sur des camions, tout ce qui se trouvait dans les maisons qu’ils venaient de détruire : meubles, literie, vêtements, plaques de cuisson, nourriture. Les camions se sont ensuite rendus à un endroit dans la région d’Ein Shibli, en bordure de la zone C de la Cisjordanie, qui est sous contrôle militaire israélien total, et y ont tout déchargé C’est là qu’Israël a essayé d’expulser les habitants, malgré leur refus catégorique de se réinstaller n’importe où, sans parler d’Ein Shibli, où le manque de pâturages les empêcherait de poursuivre leur mode de vie traditionnel.

Les habitants de Humsa ont été laissés à passer la nuit avec rien d’autre que les vêtements sur le dos, sans produits de première nécessité et sans abri. C’était la sixième fois au cours de l’année écoulée que la communauté devait physiquement résister à l’expulsion par Israël. Une expulsion sous prétexte que la zone en question est déclarée « zone de tir » par l’occupant.

La destruction de Humsa n’est pas une exception. C’est la norme qu’Israël a établie. Cela fait partie de la politique actuelle du gouvernement israélien de créer des conditions de vie insupportables pour les Palestiniens dans le but de les chasser de leurs maisons, de les concentrer dans des enclaves et de s’emparer sans effort de leurs terres. Une tentative de transfert forcé de personnes protégées est un crime de guerre en vertu du droit international humanitaire et est reconnu comme tel dans le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. La responsabilité de ce crime incombe à ceux qui l’ordonnent, l’approuvent et le supervisent : les représentants du gouvernement et les commandants militaires supérieurs, les hauts fonctionnaires de l’administration civile et les juges de la Cour suprême qui lui confèrent un sceau d’approbation juridique.

Lorsque la CPI examinera les transferts forcés dans le cadre de son enquête sur d’éventuels crimes de guerre israéliens, elle devra évaluer la responsabilité de tous ceux qui ont rendu le crime possible. Après de précédentes démolitions dans la communauté, des délégations de hauts diplomates de l’Union européenne sont venues en visite. Ils ont dit aux habitants que l’UE les soutenait dans leur combat pour leur terre et s’opposait à la politique d’Israël. Les ambassadeurs de l’UE ont répercuté ce message dans une démarche auprès du gouvernement israélien, qui a choisi de l’ignorer et de poursuivre – un choix pour lequel il n’a subi aucune répercussion de la part de l’Europe.

C’est même le contraire qui est vrai. Depuis la dernière démolition de Humsa, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a été honoré en tant qu’invité au Conseil des Affaires étrangères, une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

Yair Lapid, ministre israélien des affaires étrangères au parlement israélien le 21 juin dernier

L’UE aurait également accepté d’autoriser Israël à rejoindre « l’Europe créative », un instrument européen de financement des arts, qui interdit le financement des colonies, tandis qu’Israël déclare publiquement qu’il rejette la position de l’UE sur l’illégalité des colonies.

Les États-Unis, qui, sous la présidence de Joe Biden, parlent à nouveau de la solution à deux États et des droits de l’homme, n’ont rien dit sur les événements de Humsa.

Dans la nuit du 7 juillet suivant le jour des destructions, un bulldozer militaire est revenu dans la zone pour enterrer l’épave et les débris laissés sur place. Khirbet Humsa a été effacé de la surface de la terre.

En dehors de la zone, les habitants tentent de conserver leurs biens dans des hangars de fortune. Depuis la destruction, des militants solidaires palestiniens et israéliens, ainsi que des travailleurs humanitaires, arrivent occasionnellement dans la région. Les soldats qui patrouillent en jeep les avertissent de ne pas entrer dans la zone fermée.

Les habitants de Humsa ne pourront pas supporter les conditions actuelles plus longtemps. Par leurs actions, les décideurs de la soi-disant « coalition pour le changement » d’Israël ont clairement indiqué qu’ils n’avaient aucune intention de renoncer à la politique d’expulsion et de destruction.

La communauté internationale seule détient la clé. Choisira-t-il de faire comprendre à Israël que nuire à Humsa et aux autres communautés palestiniennes a un prix, ou sa réprimande ne restera-t-elle une fois de plus qu’une rhétorique creuse ? »

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)
Source : 972 +

CAPJPO-EuroPalestine



SourceEUROPALESTINE.COM

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook