Bennet expose son plan pour plus coloniser les hauteurs du Golan

LES + VUS CHEZ LES PRO

Lors d’une conférence sur le développement des hauteurs du Golan, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré qu’il prévoyait d’augmenter considérablement le nombre de résidents israéliens dans la région contestée.

Le Premier ministre Naftali Bennett a l’intention d’augmenter considérablement le nombre d’Israéliens vivant sur le plateau du Golan. S’exprimant lors de la conférence Makor Rishon Golan dans le village de Hispin le 11 octobre, Bennett a déclaré que dans six semaines, son gouvernement présentera un plan visant à augmenter considérablement la population israélienne sur le plateau du Golan. Ce plan prévoit la construction de deux nouvelles villes ainsi que l’expansion des communautés existantes et des investissements dans les infrastructures locales. Plusieurs ministres de droite et du centre, dont le ministre de la Justice Gideon Saar de New Hope, la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked de Yamina et la ministre de l’Énergie Karin Elharar de Yesh Atid, ont participé à la conférence sur le développement économique de la région.

Le président Isaac Herzog a ouvert la conférence. Dans son discours d’ouverture, il a déclaré que si les Israéliens ont tendance à prêter attention à la région en période de crise sécuritaire, l’État doit répondre à ses besoins en temps normal en développant tout le potentiel du plateau du Golan.

M. Bennett a déclaré : « Le développement du Golan est un intérêt national. Il ne suffit pas de dire : ’Le peuple est avec le Golan’ ; le gouvernement doit aussi soutenir le Golan. » Il a expliqué que l’objectif de la première étape est de doubler la population sur place, déclarant : « Dans six semaines encore, nous tiendrons une réunion gouvernementale dans la région, au cours de laquelle nous approuverons un programme national pour le Golan, dont l’objectif est de passer de 26 000 résidents à 50 000, puis de 50 000 à 100 000 ; de créer deux nouvelles villes sur le Golan, de créer de nouveaux emplois et d’investir de manière significative dans les infrastructures. »

Le Premier ministre a précisé qu’Israël n’a pas l’intention de se retirer de la région, quelle que soit l’évolution politique ou sécuritaire de la Syrie voisine. « Notre position sur le plateau du Golan n’a aucun lien avec la situation en Syrie. Il est vrai que les atrocités qui s’y déroulent depuis une décennie ont convaincu de nombreuses personnes dans le monde entier qu’il valait peut-être mieux que ce magnifique et stratégique morceau de terre soit entre les mains d’Israël, qu’il était préférable qu’il soit vert et florissant plutôt qu’un autre théâtre de tueries et de bombardements. Même dans un scénario où, comme cela peut arriver, le monde change de position à l’égard de la Syrie ou d’Assad, cela n’aurait aucun rapport avec le plateau du Golan. Le plateau du Golan est en Israël, point final », a-t-il noté.

M. Bennett a également évoqué la reconnaissance par les États-Unis, sous l’administration Trump, de la souveraineté d’Israël sur le Golan, deux décennies après l’annexion de la région par Israël en 1981, suggérant que l’administration Biden suit la même politique. « Il y a exactement 40 ans, le gouvernement d’Israël dirigé par Menachem Begin a pris une décision incroyablement courageuse et importante : appliquer la loi israélienne au plateau du Golan. Il y a presque trois ans, nous avons été informés d’un autre développement important : La décision de la précédente administration américaine de reconnaître les hauteurs du Golan comme faisant partie d’Israël – une perception qui a été adoptée par l’administration actuelle », a-t-il déclaré.

Bennett faisait référence à l’annonce faite en mars 2019 par le président de l’époque, Donald Trump, reconnaissant la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan. En guise de remerciement pour cette décision, le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, a décidé de dédier un nouveau village de la région au président, le nommant Trump Heights.

Le 17 juin de cette année, l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré à la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants que l’administration Biden n’avait pas modifié la reconnaissance par l’administration Trump de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan et qu’elle travaillait toujours sur cette question. Quelques jours plus tard, le département d’État a rejeté un rapport suggérant que l’administration Biden reviendrait sur la reconnaissance de l’administration précédente. Son Bureau des affaires du Proche-Orient a tweeté : « La politique américaine concernant le Golan n’a pas changé, et les rapports indiquant le contraire sont faux. »

Traduction : AFPS

SourceFRANCE-PALESTINE.ORG

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook