Bennett a refusé d’accéder à une demande ukrainienne

660

D’après des informations révélées par N12, le bureau du Premier ministre Bennett aurait opposé une fin de non recevoir à une demande très précise émanant de la présidence ukrainienne.

Zelensky aurait souhaité qu’Israël ne fête pas la journée du 9 mai comme c’est traditionnellement le cas, depuis plusieurs années. Cette date est celle de la victoire de l’Armée Rouge sur les nazis. En raison de la forte communauté russe en Israël, il a été décidé en 2017 qu’Israël marquerait la victoire sur les nazis le 9 et non le 8 mai comme partout ailleurs dans le monde occidental.

L’Ukraine estime que de maintenir cet événement envoie un message négatif, compte-tenu de la guerre qui se déroule sur son sol.

Elle a donc demandé au gouvernement israélien d’annuler ces commémorations ou au moins de les avancer au 8 mai.

Naftali Bennett a donc refusé d’accéder à cette demande.

Après une semaine de relations tendues avec la Russie, liées aux déclarations du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui avait estimé qu’Hitler avait du sang juif, il semblerait qu’à Jérusalem on tente de retrouver une position équilibrée dans le conflit qui oppose la Russie à l’Ukraine.

Photo Bennett by Tomer Neuberg/Flash90

SourceLPHINFO.COM

8 Commentaires

  1. @Alex
    Ah? Pouvez vous développer? Alors que l’armée russe a envahi un état indépendant, a commis des crimes de guerre, le prix à payer pour bombarder le sud du Liban et de la Syrie est élevé. Une demi mesure aurait été acceptable. A moins que vous ne considériez l’Ukraine et les ukrainiens comme l’Allemagne nazie et les Nazis du 21e siècle.

    • La guerre en Ukraine n’est que la conséquence de l’abandon des accords de Minsk en 2014. Zelenski est tombé sous les sirènes de l’Europe qui lui a promis de la dette (comme pour le reste de l’Europe). Zelenski aurait épargné la destruction de son pays s’il avait eu une politique de neutralité et de statu quo.
      Il n’y a aucun rapport avec une soi disant autorisation pour bombarder le Liban et la Syrie. La reconnaissance de l’Etat d’Israël aurait suffit pour régler ce conflit. Ces 2 pays sont entre les mains d’autres intér^ts qui ne sont pas nationaux.

    • @Paul
      2 raisons à mon attitude :
      1- Les pires massacres, commis par des populations locales, de nos coreligionnaires durant la seconde guerre mondiale, sont le fait d’ukrainiens et en Ukraine. Les nazis n’ont pas fait pire.Cela ne peut et ne doit pas être oublié;
      2 – Nous avons tout intérêt, au sens égoïste des besoins de l’État, de rester en bons termes avec les russes.
      Car c’est leur inattention volontaire qui permet à notre aviation, sans difficulté de leur part, d’aller détruire groupements de bêtes féroces et infrastructures hostiles et menaçantes en syrie.
      Voila pourquoi, sans sympathie particulière pour la Russie, je soutiens que la meilleure attitude à avoir, pour notre part, est de demeurer totalement neutre et surtout de ne pas nous aliéner la Russie.

    • Alex MERALI est contre la collaboration des propagandistes juifs et même israéliens, avec la gauchiasserie antijuive, complice des déchets nazislamistes. Ce serait une raison suffisante pour le soutenir. Pour le reste il a apporté lui-même des raisons tout à fait recevables.

        • @Alex
          Les réfugiés et leur destin. Le sujet est plus que jamais d’actualité : Les conflits armés ont toujours ­existé. À toutes les époques et en de nombreux endroits. Hier comme aujourd’hui, les conséquences pour les personnes concernées, généralement des civils, sont toujours les mêmes. Mais il est vrai que les réfugiés Ukrainiens attirent moins l’attention de la communauté internationale

          Les civils sont des gens comme vous et moi : des femmes, des enfants, des hommes non armés. Dans leur pays, ils sont la cible de grenades. Leurs maisons sont bombardées. Leurs proches sont tués ou enlevés. On les déporte, les torture, les viole. Certains ne s’en sortent qu’en devenant eux-mêmes des bourreaux. Autant d’arguments qui les mènent à cette conclusion : tout vaut mieux que de rester dans leur pays d’origine.

          Ils entreprennent alors le périlleux chemin vers l’exil. Un voyage pendant lequel ils subissent de nouvelles atteintes à leur vie, osent des traversées risquées sur terre et mer, et survivent à la faim et à la soif
          Je suis une personne d’une famille déportée , cependant, je pèse le pour et le contre, je vous rappelle que le président ukrainien est juif que lui même est de descendance d’une famille déportée. N’oubliez pas qu’il est apprécié par 73% de la population ukrainienne juive et non juive

          Il n’est pas permis de culpabiliser des humains qui n’ont pas vécu au temps d’itler.

          Monsieur Alex Mérali tous Vos commentaires ne sont que critiques

  2. @Alex
    1. L’Allemagne, la Roumanie, la Pologne, la Lituanie, la Croatie … ont également participé activement à la destruction des Juifs d’Europe. Alors ?
    2. Peut-être faudrait il voir à plus long terme. Se mettre hors du groupe des démocraties peut entraîner un retour de boomerang.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici