Choc en Espagne après la diffusion d’une vidéo montrant des policiers frapper des migrants

Vues:

Date:

Filmée à Madrid vendredi dernier, une vidéo montrant des policiers en train de frapper deux migrants est rapidement devenue virale en Espagne. Selon le quotidien local El País, plusieurs associations et partis de gauche ont d’ores et déjà porté plainte pour violences policières. Une enquête a été ouverte par le ministère de l’Intérieur espagnol.

Enregistrée par un témoin depuis sa voiture, cette scène survenue dans le quartier de Lavapiés est choquante. Sur cette vidéo d’environ une minute, on peut voir un homme immobilisé au sol par un agent de police, pendant qu’un second fonctionnaire le frappe avec une matraque.

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

350 personnes réunies à Madrid

Après quelques secondes, un autre homme noir qui semblait demander à l’agent de se calmer a été brutalement poussé contre le rideau de fer d’un magasin. Saisi à la gorge par le policier, le migrant a finalement réussi à s’enfuir avant d’être poursuivi par plusieurs fonctionnaires. L’intervention s’est soldée par l’interpellation des deux individus, lesquels ont été relâchés dans la soirée de samedi.

À l’appel des partis Podemos, Sumar et Más Madrid, une manifestation a eu lieu dimanche pour protester contre cette sortie policière qualifiée de « raciste ». « Nous demandons au gouvernement de faire quelque chose, ça ne peut pas continuer », a lancé le militant antiraciste de Podemos Serigne Mbayé, lors de ce rassemblement ayant réuni environ 350 personnes à Madrid.

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Le maire soutient la police

Le ministère de l’Intérieur a affirmé pour sa part qu’il allait analyser « les faits et les actions qui peuvent révéler une violation présumée des droits fondamentaux des personnes à l’occasion d’une action policière ».

De son côté, le maire de Madrid, José Luis Martínez-Almeida, a soutenu la police. « Jusqu’à preuve du contraire, j’ai une confiance totale dans les forces et les corps de sécurité de l’État », a-t-il déclaré à nos confrères espagnols.

La source de cet article se trouve sur ce site

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER:

spot_imgspot_img