C’Nul. Qui a dit : « Je suis le Ministre français au sein du gouvernement israélien ».

32

EDITORIAL. Peut-on croire les promesses des politiciens israéliens? Naftali Benett  à fait croire aux juifs de France ayant émigré en Israël qu’il était « le sauveur ». Certains (pas très nombreux) l’ont cru… Il n’est plus ministre mais personne n’a oublié les propos de Naftali Benett qui a fait des déclarations malheureuses. Bennett avait promis : « je serai le ‘papa’ de l’alyah de France. A partir de ce jour, je suis le ministre français au sein du gouvernement israélien ! ». La Alya de France n’a jamais été aussi basse cette année. Les chiffres le prouvent. (DR)

Selon le Time of Israel : « Jeudi 13 décembre, lors d’une réunion organisée par l’association Qualità qui chapeaute une partie des associations francophones israéliennes, l’actuel ministre de l’Education et de la Diaspora Naftali Bennett a affirmé que le Premier ministre l’a « chargé de la tâche d’élaborer un plan d’action global » pour favoriser l’alyah des Juifs de France. Avec emphase,

« 200 000 Juifs de France monteront demain en Israël si nous faisons ce qu’il faut » a-t-il ajouté estimant que « la situation en France n’est pas bonne, et que beaucoup veulent venir ici ». Le 9 décembre dernier, Naftali Bennett a abordé l’ayah française lors d’une réunion au cabinet. Il a estimé que l’échec des précédents gouvernements à investir dans l’alyah des Juifs français avait été une « opportunité historique manquée »

« Il y a 200 000 Juifs qui veulent venir ici et les bureaucraties de l’Etat n’y sont tout simplement pas préparées », a-t-il expliqué, sans préciser sur quelles données il s’était appuyé pour indiquer ce chiffre qui semble pour le moins élevé. Il a ajouté que « ce sont des gens éthiques, des sionistes, des amoureux du peuple juif et de la terre d’Israël et c’est notre devoir moral de leur venir en aide ».

Les propos de Bennett ont été tenus dans le cadre d’une présentation des activités de son ministère devant le cabinet. « Il y a deux semaines, j’ai lancé un programme d’éducation informel en direction des immigrants français », a-t-il déclaré aux autres ministres,
« mais ce n’est pas suffisant. Nous avons besoin d’un plan global dirigé par le gouvernement ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici