Comment regarder l’entrée d’un train en gare de Jaffa des frères Lumière (1896) ?

LES + VUS CHEZ LES PRO

Partager :

Pendant des années, seules les personnes disposant d’une autorisation spéciale pouvaient se rendre dans les locaux climatisés de la cinémathèque de Jérusalem pour voir les films conservés dans les archives cinématographiques israéliennes. Mais suite à un effort massif de numérisation, toute personne disposant d’une connexion internet peut désormais visionner ces images.

« Nous sommes arrivés à la partie amusante où nous pouvons partager ce trésor avec le public », déclare Noa Regev, directrice de la Cinémathèque de Jérusalem. À la suite d’un projet de 10 millions de dollars qui a débuté en 2015 pour préserver, restaurer et numériser sa collection audiovisuelle, les archives peuvent désormais être diffusées en continu via un site web qui a été lancé en hébreu fin 2020 et a ajouté des sous-titres en anglais en octobre.

Divisé en deux sections, le site Web comprend une catégorie payante à la demande, « The Artistic View », contenant 300 longs métrages israéliens, et une zone gratuite « Historical View » avec des versions numérisées de films rares, tous les films d’actualité créés en Israël de 1927 à 1972, des films amateurs et des collections familiales.

L’espace « Historical View » expose, dans des films essentiellement en noir et blanc à la patine grattée, la vie de la région à travers les élections et les guerres, les plantations d’arbres et les publicités pour les salons de beauté des années 1920. On y trouve également des versions intégrales de séquences historiques, comme la déclaration de l’État d’Israël.

Il y a beaucoup à voir sur la plateforme, qui est consultable par décennie, par mot-clé et par lieu, et d’autres sélections sont en cours d’élaboration. Jusqu’à présent, seuls 30 % environ des documents celluloïd et vidéo des archives ont été numérisés ; M. Regev estime que l’intégralité des archives sera disponible d’ici cinq ans. « Les gens découvrent sans cesse de nouveaux documents », ajoute-t-elle, tout en précisant que les archives ne seront peut-être jamais entièrement disponibles en ligne. « Les documents les plus fascinants sont ceux que l’on trouve dans le boydem [grenier en yiddish] de quelqu’un, que ce soit en Israël ou à l’étranger. »

Parmi les pépites qui peuvent être visualisées qui ont été tournées de la fin du XIXe siècle au XXe siècle, il y a ces films sur Jaffa, Bethléem et Jérusalem tournés par un représentant des frères Lumière, pionniers français du cinéma, un an seulement après l’invention de leur Cinématographe, ce clip de neuf minutes – la plus ancienne séquence vidéo de la région – s’ouvre sur un train qui entre en gare de Jaffa en 1896. Pour ne pas être en reste par rapport à ses concurrents français, l’inventeur américain Thomas Edison a envoyé le caméraman Alfred C. Abadie dans la région quelques années plus tard, en 1903, avec un Kinetographe. On peut aussi des archives de fête du Pourim et du légendaire zoo de Tel-Aviv de 1959 ou des visites de stars en Israël dans les années 1950 et 1960, comme Joséphine Baker, Danny Kaye, Frank Sinatra, arrivé en jet privé pour donner sept représentations dont les recettes ont été versées à un centre de jeunesse judéo-arabe à Nazareth ou Kirk Douglas, venu en 1964 et où il a rencontré le troisième Premier ministre israélien, Levi Eshkol.

Source : Jweekly & Israël Valley

Partager :

SourceISRAELVALLEY.COM

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER ARTICLES POPULAIRES

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

POPULAIRE CETTE SEMAINE

Rejoignez nous sur Facebook